Né en 1926, Rozier est plus âgé que la plupart de des fondateurs de la la Nouvelle vague et n'a jamais appartenu à la "bande des Cahiers".

Diplômé de l'IDHEC en 1947, Rozier se fait très vite une réputation dans le monde du court-métrage. En 1955, il réalise son premier court-métrage, Rentrée des classes, rapidement suivie par Blue jeans, qui dresse un portrait attachant de la jeunesse d'après-guerre. Les deux courts-métrages qui suivent en 1964, Paparazzi (0h18) et Le Parti des choses (0h09), reviennent sur le tournage du Mépris, le film mythique de Jean-Luc Godard.

Assistant sur les plateaux de cinéma (notamment sur celui de Jean Renoir pour French Cancan, en 1955), il rentre aux studios de télévision des Buttes-Chaumont. Ce premier emploi l'amène peu à peu à la carrière de réalisateur de documentaires (deux épisodes de Cinéastes de notre temps : Jean Vigo et Luis Buñuel et Ni figue ni raisin en 1964 et Dim Dam Dom en 1965. Cela lui vient en aide entre deux films ; car ses long-métrages, bien que souvent couverts de critiques élogieuses, sont des échecs financiers.

Truffaut l'exhorte à passer au long métrage, et Godard le présente à George de Beauregard, lequel lui signe un contrat en mars 1960 pour une comédie musicale baptisée "Embrassez-nous ce soir..". Le résultat s'intitule Adieu Philippine, ce n'est plus une comédie musicale ni une production de Beauregard mais d'Alain Raygot. Chronique douce-amère de la jeunesse française, ayant pour toile de fond la guerre d'Algérie, le film ne sort qu'en 1963, une fois la guerre finie. Le cinéaste reçoit un accueil critique très favorable et le film devient l'un des films phares de la Nouvelle Vague. François Truffaut et Jean-Luc Godard prennent publiquement sa défense.

Très injustement Rozier devra atteindre 1969 pour pouvoir tourner son deuxième film Du côté d'Orouët, qui ne sera distribué qu'en 1973 et passera inaperçu aux yeux d'une époque devenue plus sérieuse, plus demandeuse de grands sujets que de flirts et de bisbilles entre trois jeunes femmes et deux hommes sur une plage vendéenne.

En 1974, Jacques Rozier fait appel à Pierre Richard pour interpréter Les Naufragés de l'ile de la Tortue. On y retrouve certains aspects d'Adieu Philippine : un humour au bord du cynisme et un penchant pour le rêve, les climats oniriques.

Maine Ocean (1986) est l'occasion pour le cinéaste d'aborder un style plus intimiste, en rassemblant plusieurs acteurs (Bernard Menez, Luis Rego, Yves Alfonso) dans un étrange voyage en train, filmé en temps réel.

En 2001, le réalisateur présente à la Mostra de Venise son dernier film, Fifi Martingale, une comédie se déroulant dans le casino d'Enghiens-les-bains, où Jean Lefebvre, Yves Alfonso, Alexandra Stewart et Jacques François se donnent la réplique.

FILMOGRAPHIE :

Courts-métrages :

1956 : Rentrée des classes . 0h24.
1958 : Blue jeans . 0h22.
1964 : Paparazzi (0h18), Le Parti des choses (0h09)
1976 : Nono Nenesse. Avec : Bernard Menez (Nénesse), Jacques Villeret (Nono), Maurice Risch (Arthur), Jeanne Maud (Poupette), Arlette Emmery (La nurse). 0h30.

Longs-métrages

1962 Adieu Philippine

Avec : Jean-Claude Aimini (Michel), Yveline Céry (Liliane), Stefania Sabatini (Juliette), Vittorio Caprioli (Pachala). 1h46.

Quand on travaille à la télé, même en poussant des caméras ou en tirant des câbles, il est relativement facile de laisser croire qu'on est une vedette. C'est ainsi que Michel, jeune machiniste bientôt militaire, éblouira sans peine Liliane et Juliette, inséparables comme des amandes " philippines". Les deux filles s'amourachent donc de Michel..

   
1973 Du côté d'Orouët

Avec : Bernard Menez (Gilbert), Danièle Croisy (Joëlle), Françoise Guégan (Kareen), Caroline Cartier (Caroline). 2h30.

Joëlle est une jeune fille un peu forte, employée de bureau, qui s'ennuie onze mois sur douze dans son travail. C'est le mois d'août et septembre sera le douzime mois tant attendu, celui des vacances. Mais où aller ? La cousine de son amie Kareen, Caroline possède une villa sur la côte vendéenne. Toutes les trois se retrouveront dans la maison d'Orouet....

   
1976 Les naufragés de l'île de la tortue

Avec : Pierre Richard (Jean-Arthur Bonaventure), Maurice Risch (Gros Nono), Jacques Villeret (Petit Nono). 2h20.

Pour donner une leçon à sa maîtresse jalouse, Jean-Arthur Bonaventure, modeste employé d’une agence de voyages, invente une rivale nommée Lisette Benoît. Or, par le plus grand des hasards, cette Lisette existe vraiment. Pris à son propre piège, Bonaventure rencontre la belle Antillaise....

   
1986 Maine - Océan

Avec : Rosa-Maria Gomes (Dejanira), Luis Rego (Lucien Pontoiseau), Bernard Menez (Le Gallec), Lydia Feld (Mimi De Saint Marc). 2h11.

Dans un wagon de première classe du "Maine Océan", une danseuse brésilienne, Dejanira, a des problèmes avec deux contrôleurs, Pompoiseau et Le Garrec, car elle n'a pas composté son billet. Et, si Pompoiseau se montre compréhensif et arrangeant, Le Garrec lui, reste inflexible et tatillon. Une voyageuse parlant quelques mots de brésilien se propose comme interprète. Le ton tourne à l'aigre. Mais, la nouvelle venue, Mimi de St-Marc, étant avocate, parvient à faire battre en retraite les contrôleurs. Devant plaider le lendemain, Mimi propose à Dejanira de descendre avec elle à Angers...

   
2001 Fifi martingale
  En 2001, à la Mostra de Venise, Jacques Rozier présente son cinquième long métrage, comédie se déroulant dans les théâtres, les casinos et le théâtre casino d’Enghien, avec Jean Lefebvre, Mike Marshall, Yves Afonso, Alexandra Stewart et Jacques François. Le tournage du film avait commencé plusieurs années auparavant.
   
   
   
Retour à la page d'accueil

 

né en 1926
5 films et 2 m. m.
1
2
3
histoire du cinéma : Impressionnisme