Conte de printemps
1990
Avec : Anne Teyssèdre (Jeanne), Hugues Quester (Igor), Florence Darel (Natacha), Eloise Bennet (Eve), Sophie Robin (Gaelle). 1h52.

Quand Jeanne, jeune professeur de philosophie, sort de son lycée de banlieue et retrouve le désordre de l'appartement de Mathieu, son fiancé, parti pour quelques jours, elle préfère retourner dans son propre studio. Mais, malchance, elle l'avait prêté à sa cousine Gaëlle, provinciale de passage à Paris, qui l'occupe toujours et, de plus, reçoit son ami.

Jeanne, qui n'ose séparer les amoureux, s'apprête à partir quand le téléphone sonne : on l'invite pour une crémaillère en banlieue. Sans réelle envie, elle s'y rend et s'y ennuie beaucoup avant de rencontrer Natacha, solitaire comme elle. Cette dernière provoque les confidences de Jeanne et trouve une solution à son problème actuel : elle l'invite à loger provisoirement chez elle ! Jeanne, pourtant sur la défensive face à la détermination insidieuse de cette "amie", accepte car Natacha vit seule dans un grand appartement mis à sa disposition par son père, Igor.

Celui-ci, séparé de sa mère, s'est installé chez Eve, une jeune étudiante en philosophie, sa dernière conquête, dont Natacha s'empresse de dire tout le mal qu'elle en pense.

Le lendemain, Natacha étant partie à ses études de piano, Jeanne, toute seule, est très gênée quand survient inopinément Igor, qui a oublié quelque chose. Natacha, au contraire, est ravie en apprenant cette rencontre et souhaiterait même que Jeanne connaisse mieux Igor. Par son insistance qui frôle souvent la maladresse, elle irrite presque Jeanne, indulgente malgré tout devant le charme et la naïveté de Natacha, qui accuse même Ève de lui avoir volé un collier. Les jeunes filles passent le week-end dans une maison de campagne à Fontainebleau, propriété d'Igor qu'il délaisse plus ou moins.

De retour à Paris, Natacha retient Jeanne et invite Igor à dîner. Il vient, bientôt suivi de Ève. Natacha se renfrogne. Jeanne et Ève discutent philosophie. Igor tache de faire bonne figure au milieu de ce trio féminin pas très bien accordé. L'idée d'un autre week-end à Fontainebleau est lancée. Il débute par une dispute entre Ève et Natacha. Ève part, Natacha aussi, laissant en tête-à-tête Igor et Jeanne qui, piégée, résiste pourtant aux avances qu'en est réduit à lui faire le père de son amie.

Jeanne en voudrait presque à Natacha de tout cela. Mais comme le collier est retrouvé par hasard, qu'Ève est disculpée même si sa relation avec Igor semble compromise, les jeunes filles restent amies et Jeanne retourne au désordre de l'appartement de Mathieu.

Mise en scène accordée aux situations sociales, aux professions, ici des appartements semi bourgeois, semi-bohèmes, remplis de livres, une maison de campagne à Fontainebleau.

Ces personnages qui suivent tous une logique (Natacha veut pousser son amie dans les bras de son père, Igor accroche toujours des jeunes filles aux caractères difficiles, Anne est professeur de philosophie) arriveront-il a en diverger pour construire quelque chose ? Sont-il libres de le faire ?

Question du jugement synthétique a priori. Le jugement n'est pas contenu dans l'énoncé : l'espace et le temps sont des structure a priori.

 

Test du DVD

Editeurs : Potemkine et Agnès B. Novembre 2013. 30 DVD et leur déclinaison blu-ray pour les 22 films restaurés HD. 200 €.

Digipack 17

Retour à la page d'accueil

Genre : Comédie sentimentale
DVD