1934

Les Bertaux, Juillet 1839. Charles Bovary a fait la connaissance d'Emma Rouault qui lui dit rêver de vivre eu temps de Mary Stuart. Rentré chez lui, Bovary assiste à la dispute entre sa mère, autoritaire, et sa femme qui se plaint qu'il passe tant de temps chez les Rouault. Charles prend la défense de sa femme, malade du cœu,r et lui jure même ne plus revenir aux Bertaux. Mais madame Bovary meurt soudainement et Charles ne tarde pas à revenir aux Bertaux, rappelé par le père Rouault qui a pris prétexte de nouveaux soins à donner à sa jambe cassée. Alors que tout lui laisse voir le désir d'Emma d'une demande en mariage,Charles n'ose pas. C'est le père Rouault, devant l'air dépité de sa fille, qui l'obtient du timide et taiseux Charles.

Charles et Emma sont heureux, le premier offre à la seconde une écharpe que celle-ci n'osait pas acheter en plus de toutes les dépenses pour la maison qu'elle avait déjà faites auprès de Lheureux. Charles offre même une voiture à cheval à son épouse qui la conduit gaiement. Le couple rentre Guillaumin, le notaire et son clerc, Léon Dupuis qui ramène à Emma son abonnement de musique pris à Rouen. Emma déclare qu'elle n'en a plus besoin tant sa maison l'occupe. La mère de Charles, venimeuse, reproche à Emma son train de vie et sous-entend que sa relation avec Léon, qui vient souvent aux soirées du couple, est ambigüe. Emma se fâche mais Charles l'oblige à faire la paix avec sa mère.

Léon est parti à Rouen; Homais est invité chez les Bovary. Emma s'ennuie, s'irrite des vieilles bottes de son mari et de leur habituelle promenade en cheval. Au cours de l'une d'elle, ils croisent le marquis de Vaubeyssard que Charles a soigné pour un abcès à la joue. Devant la beauté d'Emma, le marquis invite le couple au bal du prochain samedi en huit. Emma se voit déjà introduite dans le monde. Au bal, Emma danse et refuse de reconnaitre son mari quand son cavalier lui demande qui est cet être en pénitence sur un fauteuil. Le curé du village ne lui est d'aucun secours.

Les comices agricoles, juillet 1841. Même son enfant, Berthe, ne peut distraire Emma. Homais incite Charles à opérer le pied-bot d'Hyppolite et lui présente Rodolphe Boulanger, propriétaire du château de la Huchette. Pendant qu'une vieille servante reçoit une médaille d'argent pour 54 ans de services dans la même ferme, Rodolphe propose à Emma des promenades à cheval.

Bientôt lassée de son mari, Emma le trompe avec un clerc de notaire de Rouen, Léon, puis avec un hobereau local, Rodolphe, qui l'abandonnera froidement quand elle viendra lui demander de l'aider à payer ses dettes. Elle mourra en absorbant de l'arsenic, laissant Charles effondré devant la vérité.

La première version française de Madame Bovary est presque contemporaine de la première, américaine, sortie en 1932. Elle est très mal accueillie et rapidement raccourcie d’une heure par les distributeurs pour des raisons économiques. Le résultat est un film déséquilibré où sont présents des épisodes souvent peu adaptés (le premier chapitre, la discussion avec le curé) mais où manquent des épisodes marquants (le mariage). De plus, Emma est heureuse avec Charles pendant toutes les premières séquences du film avant le bal catastrophique. Ainsi mutilé, le film déplu à Renoir lui-même.

Le choix d’une actrice mûre dans le rôle d’Emma a également été imposé à Renoir. Valentine Tessier, qui avait 42 ans au moment du tournage, était la maîtresse du producteur, Gaston Gallimard.

 

Retour à la page d'accueil

Avec : Valentine Tessier (Emma Bovary), Pierre Renoir (Charles Bovary), Robert Le Vigan (Lheureux), Alice Tissot (La mère de Charles Bovary), Pierre Larquey (Hippolyte), Max Dearly (Homais), Monette Dinay (Félicité), Louis Florencie (Le curé), Romain Bouquet (Le notaire), Georges Cahuzac (Rouault). 1h41 (version commerciale), 3h30 (version originale).

Madame Bovary
Madame Bovary
Thème : Gustave Flaubert