Née en 1939
5 films
   
   
2
 

Ariane Mnouchkine est la fille du producteur Alexandre Mnouchkine qui nomma sa société de production cinématographique Les Films Ariane.

Elle fait ses débuts au théâtre en participant, en octobre 1959, à la création de l'Association théâtrale des étudiants de Paris (ATEP) à la Sorbonne. Elle fonde ensuite, aux côtés de plusieurs membres de cette association le Théâtre du Soleil, en 1964. Le théâtre s'installe à La Cartoucherie de Vincennes en 1970. Le Théâtre du Soleil est fondé comme une coopération de travailleurs dans un esprit communautaire. Sa structure collective, une pratique héritée des années 1960 qui s'est dissoute avec l'avènement des années 1980, jouit d'une longévité particulière. Ariane Mnouchkine a pour coutume d'être présente en début et fin de spectacle, et ce, à chaque représentation. Ariane Mnouchkine n'effectue jamais de travail sur table. Elle ne distribue pas les rôles, elle n'impose pas de personnages à ses acteurs, car ce sont eux-mêmes qui travaillent des situations, des états, et non pas des émotions.

Ses premiers grands succès sont La Cuisine d'Arnold Wesker, puis 1789 et L'Âge d'or, des créations collectives. Elle met ensuite en scène des classiques (Molière, Shakespeare, etc.) et des auteurs contemporains (Hélène Cixous, Arnold Wesker, etc.), en s'inspirant souvent des traditions orientales (théâtre indien, japonais, etc.). Ariane Mnouchkine affirme que le théâtre oriental est le vrai théâtre. Contrairement au théâtre occidental, qui n'a su que créer des formes réalistes, le théâtre oriental l'attire vraiment, c'est ainsi qu'elle s'inspire surtout des formes asiatiques telles que le Kabuki, le Nô et le Bunraku.

Le théâtre d'Ariane Mnouchkine s'inscrit dans les traditions du théâtre de Vilar, Brecht ou Hegel, un théâtre qui renoue la nécessité du rapport entre théâtre et société.

Au cinéma, elle participe en 1964 au scénario de L'homme de Rio de Philippe de Broca. Puis, avec le Théâtre du Soleil, elle se lance d'abord en 1974 dans la captation filmée de leur spectacle 1789. Elle pousse l'ambition plus loin et réalise en 1978 une grande fresque, imposante, fougueuse et somptueuse, Molière (avec Philippe Caubère dans le rôle-titre), qui sera ultérieurement diffusée en 1981 à la télévision sous forme d'une série de cinq épisodes d'une heure sous le titre Molière, ou la vie d'un honnête homme. Elle adapte, toujours pour la télévision, deux pièces d'Hélène Cixous, La Nuit miraculeuse en 1989 et Tambours sur la digue en 2003.

Ariane Mnouchkine s'est par la suite distinguée par le choix des sujets abordés, donnant souvent à réfléchir sur la condition humaine, et surtout par ses mises en scènes très visuelles (ses fameux décors en mouvement présentant la scène sous différents angles, par exemple), soutenues par une véritable « bande-son », omniprésente, jouée en direct (sur le bord de la scène) par l'homme-orchestre Jean-Jacques Lemêtre, avec lequel elle collabore depuis 1979. Ces sujets présentent souvent des drames qui bouleversent ou ont bouleversé la planète pour faire du théâtre un moyen d'éclaircir l'histoire de notre temps : l'intégrisme dans Tartuffe, la lâcheté politique dans Tambours sur la Digue.

En 2003, le Théâtre du Soleil monte Le Dernier Caravansérail (Odyssées), constitué de deux volets (Le Fleuve Cruel et Origines et Destins), narrant des épisodes de la vie de tous les jours, en Afghanistan, dans le Nord de la France à Sangatte, où des réfugiés tentent d'entrer clandestinement en Angleterre, en espérant y trouver une vie qui leur est inaccessible dans leur pays d'origine. Les Éphémères, spectacle créé en 2006, également en deux parties (près de 3h15 par partie, ici nommées "recueils"), se déroule cette fois-ci en France. Ariane Mnouchkine, rompant provisoirement avec les grandes épopées, y met en scène de multiples tranches de vie, selon un rythme sans cesse brisé par une alternance de scènes hilarantes, mordantes, poignantes.

En 2011, à l'occasion du tournage du film tiré des Naufragés du Fol Espoir, Ariane Mnouchkine et le Théâtre du Soleil inaugurent le concept de « DVD-mécène » et lancent une souscription auprès du nombreux et fidèle public de la compagnie1, afin de ne pas devoir sacrifier l'art aux contraintes de temps.

Filmographie :

1974 1789

Avec : Roland Amstutz, Lucia Bensasson, Jean-Claude Bourbault, Philippe Caubère, Serge Coursan Joséphine Derenne, Martine Francke. 2h35.

Film réalisé à partir de l'enregistrement du spectacle 1789, vu côté scène et côté coulisses, à la Cartoucherie de Vincennes.

   
1978 Molière

Avec : Philippe Caubère (Molière), Joséphine Derenne (Madeleine Béjart), Brigitte Catillon (Armande Béjart). 4h10.

1632. Agé de dix ans, Jean-Baptiste Poquelin, fils de tapissier du Roi, joue, dans un grenier, aux cartes avec des camarades. Tout en se cherchant les poux, les enfants écoutent le curé leur donner une leçon de latin, puis sont témoins des premiers embarras de la circulation. Des saltimbanques viennent animer la nuit des rois chez les Poquelin...

   
1989 La nuit miraculeuse
  Téléfilm
   
2003 Tambours sur la digue
  Téléfilm
   
2006 Le dernier caravansérail
Le Dernier Caravansérail (Odyssées) existe déjà. C'est un spectacle de théâtre créé en 2003 par le Théâtre du Soleil. C'est une série d'histoires, de miettes de destins, de parcelles de vie d'hommes et de femmes, "ceux que l'on nomme "réfugiés", "clandestins", "migrants", et qui entre eux s'appellent noblement les "voyageurs"". C'est un océan d'odyssées écaillées par le temps, héroïques ou banales, toujours dramatiques.
   
   
   

Retour à la page d'accueil