né en 1934
6 films
   
   
1
 

Mohammed Lakhdar-Hamina est né le 26 février 1934 à Sétif. Il commence ses études en Algérie, puis part les terminer en France. Au lycée Carnot de Cannes, il partage le pupitre du fils d'un directeur de la photo et se prend d'intérêt pour le cinéma.

Appelé sous les drapeaux français en 1958, il déserte, rejoint la résistance algérienne à Tunis et c'est au maquis qu'il tourne ses premiers films. "Quand je suis arrivé là-bas on m'a demandé ce que je savais faire, j'ai dit que j'étais cinéaste". En 1959, il est envoyé par le FLN à Prague pour suivre des études à l'école de cinéma, la FAMU, où il se spécialise dans la prise de vue. Entre temps, il fait plusieurs séjours à Tunis où il tourne avec Djamel Chanderli Yasmina, La Voix du peuple et Les Fusils de la liberté.

Après l'indépendance, il rassemble ses anciens collaborateurs de Tunis pour jeter les bases de ce qui va devenir l'Office des actualités algériennes dont il devient le
directeur de 1963 à sa dissolution en 1974..

Enfant de la révolution, Mohamed Lakhdar Hamina n'aura de cesse de filmer pour dénoncer les conditions et l'histoire de ces hommes qui ont lutté pour l'indépendance.

En 1965, il tourne son premier long-métrage Le vent des Aurès, l'odyssée d'une femme partie à la recherche de son fils emprisonné pendant la guerre, une histoire inspirée de celle de sa grand mère. L'actrice Kheltoum interprète cette "mère courage" devenue un symbole pour tous les Algériens. Couronné du Prix de la première oeuvre au festival de Cannes en 1967, Le vent des Aurès est le premier film algérien qui consacre la présence du jeune cinéma sur la scène internationale. "Le Vent des Aurès s'organise en poème de la terre algérienne, à coup d'images larges et simples " écrivait le critique de cinéma Jean-Louis Bory.

L'année suivante, il tourne Hassen Terro. D'un tout autre genre ce film emprunte à la veine comique pour pasticher la guerre d'Algérie à travers les mésaventures d'Hassen, un petit-bourgeois, qui est entraîné malgré lui dans le feu de l'action révolutionnaire. Antihéros, froussard et vantard, Hassen est interprété par le formidable Rouiched, dont la popularité égalait celle de Fernandel. Avec ce film, Lakhdar Hamina acquiert une popularité sans précédent auprès des spectateurs algériens qui aujourd'hui encore ne se lassent pas de l'interprétation de Rouiched sur le petit écran.

Dans Décembre, son troisième long-métrage sorti en 1972, Lakhdar Hamina aborde la torture en s'inspirant de l'histoire de son père, mort sous les sévices. A Alger, un des responsables du FLN est arrêté par l'armée qui emploie les méthodes les plus violentes pour faire parler les prisonniers. Le recours à la torture pose un cas de conscience à un officier français. Jouant sur le champ contre-champ, entre le torturé et son tortionnaire, dans un huis clos étouffant, Lakhdar Hamina aère son film avec des retours en arrière sur l'enfance du prisonnier qui annoncent son prochain film.

Et en 1974, c'est Chronique des années de braise, grande fresque historique qui nous entraîne dans ces années d'après l'indépendance. "Avec ce film, j'avais eu envie d'expliquer pour la première fois comment est arrivée la guerre d'Algérie. Cette révolte, qui est devenue la révolution algérienne, est non seulement contre le colonisateur, mois aussi contre la condition de l'homme." dit Mohamed Lakhdar Hamina qui ajoute " on film n'est qu'une vision personnelle même s'il prend appui sur des faits précis ". Partagé en six tableaux, depuis les premiers mouvements de résistance jusqu'à l'insurrection de 1954, le film est une épopée d'une grand force visuelle. II suscite une polémique en Algérie sur le budget qui lui a été alloué. Il n'en remporte pas moins la Palme d'or à Cannes en 1975, unique récompense connue à ce jour pour un film venu du continent africain.

Mohamed Lakhdar Hamina signe ensuite deux films : Vent de sable en 1982, sur une communauté rurale isolée malmenée par une nature violente dans laquelle se mire le rapport entre les hommes domi­nateurs et les femmes puis La Dernière Image, en 1985.

 

Source : Dilap

Filmographie :


1966 Le vent des Aurès

(Rih al awras). Avec : Keltoum (la mère), Mohamed Chouikh (Lakhdar), Hassan Hassani (le père). 1h35.

Quelque part en Algérie, c'est le temps de la moisson. Tout paraît calme dans ce petit village des Aurès et dans le modeste gourbi où vivent le jeune Lakhdar et ses parents. Mais, une matinée en apparence comme les autres, la ferme des colons flambe sous les yeux soudain inquiets des paysans au travail dans les champs. Des avions français surgissent qui mitraillent les villageois affolés. C'est la guerre...

   
1968 Hassan Terro
  (Hasan Tiru)
   
1972 Décembre
  (Dicember)
   
1974 Chronique des années de braise

(Waqai sanawat al-djamr). Avec : Henry Czarniak , Hassan Hassani , Mohammed Kouiret , Sid Ali Kouiret 2h55.

Ahmed, paysan pauvre, quitte son village pour s'en aller en ville à la recherche d'une vie plus facile. Il rencontre Milhoud, un fou visionnaire, et surtout la misère et l'injustice. La seconde guerre mondiale éclate. La famille d'Ahmed est emportée par une épidémie de typhus. Revenu au village avec son seul fils rescapé, Ahmed écœuré par l'opulence dans laquelle vivent les colons détruit un barrage afin de répandre l'eau sur les terres des paysans affamés. La répression s'abat...

   
1982 Vent de sables

 

 
   
1986 La dernière image

 

(Al-sûr al-akhira)

C'est bientôt la rentrée dans ce petit village des hauts plateaux algériens, aux confins des Aurès, en cette année 1939. De la métropole, la jeune et belle Claire Boyer est venue pour occuper le poste d'institutrice de l'école communale. A peine arrivée, elle remarque, parmi une bande de gosses, le petit Mouloud qui se distingue par sa turbulence....

   
   

 

 
Retour à la page d'accueil