King Hu

(1931-1997)
17 films
   
1
3
 

Né le 29 avril 1931 à Pékin, King Hu (de son vrai nom Hu Jinquan / Hu Chin-chuan), s'intéresse dès son plus jeune âge à l'art, et en particulier à la calligraphie. Il fait ses études à l'Institut National des Beaux-arts de Pékin tout en fréquentant assidûment L'opéra de Pékin, dont il sera aussi élève à la fin des années 40.

En 1949, il fuit le régime communiste et émigre à Hong Kong. Il est le rédacteur en chef local de La voix de l'Amérique où il travaille sur les versions en mandarin des programmes, enregistrés sur bandes, envoyés à Wahsington, et diffusés sur toute l'Asie depuis les Philippines. Il travaille avec Li Han-hsiang et rejoint ainsi l'industrie cinématographique où il est acteur comique et raffiné puis assistant. En 1958, il est engagé par la Shaw Brothers toujours comme acteur (sous le nom de Hu Chin-chuan) ou assistant notamment de Li Han-hsiang. Avec notamment Tsung sun-shou qui s'exilera ensuite à Taiwan, il forme le "rat-pack" d'Hollywood. Profondement attavhé à la culture chinoise et ses tarditions, calligraphe, il écrit lui-même le générique de ses films quand il passe à la réalisation en 1964 avec Ding yishan et The story of Sue San où il prend un pseudonyme américain : King Hu.

Sons of the Good Earth en 1965, un film sur la résistance des Chinois contre les Japonais pendant la guerre est censuré en Asie notamment à Singapour de part son thème anti-japonais. Cette mésaventure est à l'origine d'un premier désaccord avec la Shaw Brothers pour qui le marché asiatique est primordiale. La Shaw Brothers retire ainsi à King Hu la réalisation d'un deuxième film qu'il commençait à réaliser sur le même thème.

Devant la popularité des films de sabres japonais, la Shaw Brothers décident en 1966 de lancer la version chinoise du genre, qui trouve son inspiration dans les romans d'arts martiaux traditionnels chinois. King Hu réalise ainsi L'hirondelle d'or, un huis clos prenant place dans une auberge, avec Cheng Pei-pei dans le rôle principal. Le succès, couplé à celui de The One-armed Swordsman de Chang Cheh, impose les normes du wu xia pian mandarin, un genre qui dominera l'industrie jusqu'à l'éclosion de Bruce Lee cinq ans plus tard. Originaire de Pékin, c'est tout naturellement les arts martiaux du Nord de la Chine où prédominent les techniques de jambes que privilégie King Hu mais dans une version esthétisante inspirée de l'opéra de Pékin.

Malgré le succès, King Hu se brouille avec la Shaw Brothers avec laquelle il est en désaccord profond sur les méthodes de travail. King Hu aime en effet travailler lentement et contrôler tous les aspects du film alors que les dirigeants de la Shaw Brothers veulent tout contrôler et travailler très rapidement.

King Hu part alors à Taiwan, où il tourne L'auberge du dragon (1967), un nouveau huis clos dans une auberge. C'est le second et dernier succès commercial de King Hu.

Pour Touch of Zen, il est à la fois scénariste, réalisateur, directeur artistique et monteur. Le tournage de cette histoire qui traite de la lutte contre les espions impériaux pendant la dynastie Ming dure de longues années mais c'est un échec commercial cuisant sans doute dû à la longueur du film (3 heures dans la version souhaitée par le réalisateur) et à sa narration particulière. Le producteur sort d'ailleurs une version plus courte du film (2 heures) pour tenter d'attirer le public mais sans succès. Paradoxalement Touch of Zen sera pour King Hu le film qui lui apportera la reconnaissance internationale en remportant le prix de la Commission Supérieure Technique lors du festival de Cannes de 1975. Le film permet aussi de découvrir la superbe Hsu Feng, actrice qui reviendra régulièrement jouer pour King Hu.

Lorsque ce dernier revient à Hong Kong en 1974, c'est sous l'égide de la Golden Harvest qu'il travaille. Il signe son retour avec L'auberge du printemps qui met en scène la lutte de patriotes chinois face aux envahisseurs mongols. On y retrouve une nouvelle fois Hsu Feng, aux côtés de laquelle évolue Angela Mao.

Quatre ans plus tard, King Hu atteint le sommet de son art avec Raining in the mountain qui raconte la compétition que se livrent plusieurs voleurs afin de dérober au sein d'un monastère bouddhiste un précieux parchemin. Hsu Feng y interprète un personnage particulièrement habile dans l'art du vol et dans les arts martiaux. Une intrigue que reprendra Ang Lee dans Tigre et dragon.

A partir de la, la carrière de King Hu commence à s'essouffler, malgré l'accueil critique favorable de All the King's Men. Enrôlé par Tsui Hark pour Swordsman, King Hu connaît en cours de tournage des problèmes de santé qui l'obligent à laisser sa place de réalisateur. Le film est alors complété par Tsui Hark et le fidèle lieutenant de ce dernier, Ching Siu-tung.

Il termine sa carrière de réalisateur avec Painted Skin en 1992. Il s'installe aux Etats-Unis où il tente de mettre en route un film sur les chinois ayant émigré aux Etats-Unis pour construire les chemins de fer, mais il meurt avant d'avoir mener à terme son projet le 14 janvier 1997 à Taipei.

Filmographie :

1964 Ding yishan
  (1964)
   
1964 Confessions of a Concubine
  Yu tang chun
   
1965 Sons of the Good Earth
  (Da di er nu) sous le pseudonyme de Hu Chin-chuan
   
1966 L'hirondelle d'or

(Da zui xia). Avec : Cheng Pei-pei (Golden Swallow), Yueh Hua (Drunken Cat), Lieh Chen Hung, Yuen Biao. 1h35.

Dans la Chine ancienne, Tigre au visage de jade est un moine bouddhiste devenu un monarque local. Avec ses pouvoirs exceptionnels, il est réputé imbattable. Des brigands à sa solde kidnappent le fils d’un officiel. Ce dernier envoie un de ses meilleurs agents, l’Hirondelle d’Or, d’une stupéfiante agilité. Dans une auberge, elle fait face à une meute d’assaillants et est remarquée par le mendiant ivre. ..

   
1967 L'auberge du dragon

(Long men ke zhan/Dragon Inn). Avec : Lingfeng Shangguan (Xiao Shaozi), Chun Shih (Pai Ying), Ying Bai (Tsao Jian), Chien Tsao, Xue Han. 1h51.

Un groupe diversifié de héros et de méchants se réunissent à l'auberge du Dragon. Situé près de la frontière, l'auberge est l'ultime halte pour ceux qui cherchent l'exil politique. Intrigues complexes, épés hors du fourreau et poison dans le vin sont surveillés par un eunuque qui semble être au courant de tout...

   
1970 Colère
  (Hsi nou ai lueh / Four Moods). Segment de Colère (Nu)
   
1971 A touch of Zen

(Xia nu). Avec : Shih Chun (Ku Sheng-chai), Hsu Feng (Yang Hui-ching), Roy Chiao (Hui-yuan), Ying Bai (Shih Wen-chiao). 2h55.

La Chine à l'époque Ming. Comme chaque matin, Ku Sheng-chai, dessinateur et écrivain public, ouvre son échoppe. Un mystérieux voyageur lui demande de faire son portrait tout en lui posant d'étranges questions. Le soir venu, il rentre chez lui et retrouve sa mère, avec laquelle il vit. Il apprend qu'une jeune fille, Yang Hui-chen, occupe l'ancienne citadelle abandonnée, voisine de leur maison et semble se cacher...

   
1973 L'auberge du printemps
(Ying chun ge zhi Fengbo/ The Fate of Lee Khan). Avec : Li Hua (Wan Jen-mi), Roy Chiao (Tsao Yu-kun), Feng Hsu (Lee Wan-erh), Ying Bai (Wang Shih Cheng). 1h45.
   
1975 Pirates et guerriers
(Zhong lie tu). Avec : Hsu Feng (Wu Re-shi), Bai Ying (Wu Jiyuan), Roy Chiao (Yu Da-you), Wu Chia-Hsiang (Lin Mao-he), Tao Wei (Wang She-ke). 1h46.

Dynastie Ming, XVIe siècle. Des pirates japonais pillent les côtes chinoises. Alors qu’ils se montrent de plus en plus audacieux, entrant à l’intérieur des terres et détruisant tout sur leur passage, l’empereur Tia-Ting demande à un officier local de régler le problème dans sa province en difficulté. L’officier réunit paysans et intellectuels (Hsu Feng, Bai Ying, Roy Chiao) et les charge d’arrêter les bandits.

   
1979 Raining in the mountain
(Kong shan ling yu). Avec : Hsu Feng (Renarde blanche), Sun Yueh (le Seigneur Wen), Shih Chun (le premier disciple). 2h00.

Dans la Chine de la dynastie Ming (vers le XVe siècle), le temple de San Pao est un des monastère bouddhistes les plus renommés. Le Bonze supérieur, très âgé, cherche un successeur, et invite des étrangers au monastère pour les consulter. Parmi ceux-ci se trouvent le seigneur Wen, un riche fidèle du temple, le général Wang, commandant en chef de la troupe militaire locale, et Maître Wu Wai, un sage bouddhiste érudit....

   
1979 La légende de la montagne

(Shan zhong zhuan qi). Avec :Shih Chun (He Yun-Tsing), Hsu Feng (Melody), Sylvia Chang (Nuage). 3h12.

He Yun-Tsing est missionné par un monastère pour recopier un canon bouddhiste, un texte sacré qui permettrait de libérer les âmes des défunts. Le jeune homme se retire dans la montagne afin de mener à bien sa tâche. Le canon devient bientôt la cible de toutes les convoitises et Yun-Tsing fait la rencontre d’étranges personnages…

   
1980 Juvenizer

 

(Zongshen dashi)
   
1981 Reincarnation
  (Tian guan ci fu)
   
1982 All the King's Men
  (Tian xia di yi)
   
1983 Samsara

 

(Da lunhui) (part one)
   
1990 Swordsman

 

(Xiao ao jiang hu)
   
1993 The painted skin
  (Hua pi zhi: Yin yang fa wang )