né en 1936
9 films
   
   
1
 

Né le 25 août 1936 à Londres, Hugh Hudson se découvre très tôt une vocation de cinéaste puisqu’il tourne des films amateurs durant toute sa scolarité, le premier, à propos d’Olivier Cromwell, ayant été fait alors qu’il avait tout juste huit ans. Après ses études, à Eton, puis son Service national dans l’armée, il entre, en 1956, au département casting pour la société de production de télévision d’Erwin Wasey qu’il quitte après six mois. Il s’installe alors à Paris où, jusqu’en 1961, il travaille comme assistant monteur sur quantité de films documentaires et publicitaires.

De retour dans son pays natal, Hugh Hudson crée, avec David Cammell, la société de production cinématographique Cammell-Hudson Associates qui changera ultérieurement sa raison sociale en Cammell-Hudson-Brownjohn Films quand Robert Brownjohn rejoindra le duo initial. Sous son égide, il réalise des courts et moyens métrages institutionnels et publicitaires : A… IS FOR APPLE (1963), en co-direction avec John Burrows, pour Apple and Pear Publicity Council; BIRTH OF A TWIN (1965), pour Frigidaire; FOOD PRESERVATION (1965), pour Unilever, DESIGN FOR TODAY (1965), pour COI; THR TORTOISE AND THE HARE (1966), pour Pirelli; SCOTCH ON THE ROCKS (1969), pour Cutty Sark. La société a en outré produit THE DUKE OF YORK STREET – A STORY OF AN ENGLISHMAN AND HIS CASTLE de Dick Fontaine (1969), pour Bison Ltd, et COLLOIDS de Piers Jessop (1969), pour Unilever.

Mais, en 1969, la compagnie est obligée de deposer son bilan, et Hugh Hudson entre dans la société de production de Ridley Scott, RSA Company. Il y poursuit son activité, engagée chez Cammell-Hudson Associates, de réalisateur de spots publicitaires pour la télévision et le cinéma ; à l’époque des CHARIOTS DE FEU, il en avait déjà tourné plus de mille cinq cents, pour des marques comme Coty, Benson & Hedges, Dubonnet, Cinzano, etc…

En 1975, Hugh Hudson quitte RSA Company et forme sa propre société de production : Hudson Films Ltd. Parallèlement à son activité de réalisateur de spots publicitaires, il produit, co-écrit et réalise FANGIO (1977), documentaire sur le célèbre coureur automobile, dirige la deuxième équipe de MIDNIGHT EXPRESS d’Alan Parker (1978), produit et réalise 12 SQUADRON BUCCANEERS, moyen métrage pour MOD.

Ce n’est qu’à l’âge de quarante-cinq ans que Hugh Hudson passe à la mise en scène de long métrage de fiction avec LES CHARIOTS DE FEU qui, sur un scénario de Colin Welland, raconte l’authentique histoire de deux jeunes athlètes britanniques qui, quoique n’appartenant pas à l’Establishment – l’un étant juif (Harold Abrahams), l’autre fils de pasteur écossais (Eric Liddell) – représentèrent leur pays aux Jeux Olympiques de 1924. Le film obtient un immense succès critique et public, à l’échelon international, et est récompensé par de nombreux prix – notamment par cinq Oscars dont ceux du Meilleur Film et du Meilleur Scénario – et apparaît comme le symbole de la renaissance du cinéma britannique.

Cependant, Hugh Hudson ne tourne un deuxième long métrage que deux ans plus tard ; GREYSTOKE, dont il est aussi le producteur, le plus rigoureux et le plus inspiré des films traitant du mythe de Tarzan, replacé dans son contexte edwardsien, qui lui vaut encore les louanges de la critique et un très grand succès public. Il enchaîne aussitôt avec un autre films d’aventures en costume, co-produit avec la Norvège, mais plus historique que fantaisiste, REVOLUTION, qui relate les péripéties d’un trappeur (Al Pacino) pris dans la tourmente de la Guerre d’Indépendance américaine. C’est, cette fois, un échec critique et public.

Hugh Hudson, toujours en activité dans le domaine du spot publicitaire, ne revient donc au long métrage de fiction qu’au terme de lé décennie avec CARREFOUR DES INNOCENTS, son premier film américain, le drame d’un adolescent injustement interné dans une clinique psychiatrique. A l’exception de sa participation à un documentaire collectif pour le Centenaire du Cinéma, il n’en signe un autre que près de dix ans plus tard, MY LIFE SO FAR, une « love story » sur fond de chronique provinciale, avec Tcheky Karyo et Irène Jacob. Suivra JE REVAIS DE L’AFRIQUE, avec Kim Basinger et Vincent Pérez, présenté à Cannes dans la section UN CERTAIN REGARD.

Filmographie :

1981 Les chariots de feu

(Chariots of fire). Avec : Ben Cross (Harold Abrahams), Ian Charleson (Eric Liddell), Nigel Havers (Lord Andrew Lindsay). 2h05.

Londres 1980. Dans l'église de St-Brides, une assistance nombreuse est venue rendre hommage à la mémoire de Harold Abrahams. Aubrey Montague, journaliste et ami intime du disparu se souvient.Cambridge, Septembre 1919. Le collège de Caïus où Aubrey et Harold entament leur première année d'étude, accueille une nouvelle génération d'étudiants. C'est là qu'Harold réalise, pour la première fois depuis sept siècles, l'exploit de parcourir le périmètre de la cour du collège en 16 secondes..

   
1984 Greystoke, la légende de Tarzan

(Greystoke : The Legend of Tarzan, Lord of the Apes). Avec : Christophe Lambert (John Clayton), Andie MacDowell (Jane Porter). 2h17.

Né en 1885 sur un rivage africain près duquel s'est échoué le navire qui emmenait ses parents, le petit John Clayton est, après la mort de ces derniers, recueilli et élevé par les singes. Philippe d'Arnot, rescapé d'une expédition d'explorateurs attaquée par les indigènes devient l'ami de Tarzan, puis le convainc de venir avec lui en Angleterre retrouver son grand-père, Lord Greystoke...

   
1985 Révolution

(Revolution). Avec : Al Pacino (Tom Dobb), Donald Sutherland (Sergent Major Peasy), Nastassja Kinski (Daisy McConnahay). 2h06

Juillet 1776. La nation américaine est en train de naître. Le Congrès a adopté la Déclaration d'Indépendance, et les Américains vont combattre farouchement le pouvoir colonial anglais. Une guerre qui va durer 7 ans...

   
1989 Carrefour des innocents
  (Lost Angels). Tim Doolan est conduit par son beau-père et sa mère dans une institution médicale pour adolescents difficiles, dans les environs de Los Angeles. Il pense n’y rester que quelques minutes, mais sa désillusion est grande lorsqu’il apprend qu’il ne sortira de là qu’avec l’accord du personnel soignant, seul juge de son état de santé. Furieux, Tim doit être maîtrisé et ligoté dans une camisole de force. Tout a commencé lors d’une sortie en boîte avec Andy, son demi-frère. Avec des copains, ils se sont heurtés à une bande de jeunes Portoricains. Au cours de la bataille rangée qui les oppose, Tim ramasse un pistolet. Un peu plus tard, il fait la connaissance de Cheryl Anderson. Ils terminent tous les deux la nuit chez elle. Mais Mrs. Anderson n’accepte plus les facéties de sa fille et prévient la police. Délaissé par son père, qui refuse de l’écouter, Tim se retrouve en prison. Sa mère, de retour de son second voyage de noces, vient lui rendre visite. Tim ira dans un centre spécialisé. Le docteur Charles Loftis, qui supervise le traitement, essaie de mettre Tim en confiance. Tim tente malgré tout de s’évader : il est repris par la police. Cheryl, qui est soignée dans le même centre, est libérée. Petit à petit, Tim se fait à la discipline de l’établissement et accepte la main que lui tend Loftis. Il bénéficie de permissions pour bonne conduite. Andy tente de le faire plonger dans des entreprises douteuses. Cheryl essaie de revivre avec sa mère, mais c’est un nouvel échec. Désemparée, elle cherche le réconfort auprès de Tim, lequel vient chercher de l’aide auprès de Loftis. Mais le docteur connaît lui aussi de graves problèmes personnels. Il est sur le point de se séparer de sa femme Judith, qui n’accepte plus d’être sacrifiée à sa vie professionnelle, et trouve refuge dans l’alcool. Cheryl disparaît… Tim s’en prend au docteur en qui il avait toute confiance. De nouveau livré à lui-même, Tim retrouve Andy, qui veut régler ses comptes avec le chef du gang portoricain. Le moment venu, Andy abandonne son demi-frère. Délaissé par son vrai père, Tim découvre que Cheryl vit avec Andy. Se sentant abandonné, il va malgré tout revoir Loftis. Pour l’un comme pour l’autre, c’est un nouveau départ. Tim accepte de redonner une chance à sa mère et à son beau-père; Loftis sait désormais qu’il peut affronter la crise de son couple.
   
1995 Lumière et compagnie

 

 
   
1998 My life so far

Avec : Colin Firth (Edward), Rosemary Harris (Gamma), Irène Jacob (Heloise), Mary Elizabeth Mastrantonio (Moira), Malcolm McDowell (Oncle Morris), Robert Norman (Fraser), Tcheky Karyo (Gabriel Chenoux), Kelly MacDonald (Elspeth), Elaine M. Ellis (Aggie), Sean Scanlan (Andrew Burns). 1h41.
   
2000 Je rêvais de l'Afrique

(I Dream of Africa). Avec : Kim Basinger (Kuki Gallmann), Vincent Perez (Paolo Gallmann), Liam Aiken (Emanuele à 7 ans), Garrett Strommen (Emanuele à 17 ans), Eva Marie Saint (Franca), Daniel Craig (Declan Fielding), Lance Reddick (Simon), Connie Chiume (Wanjiku), James Ngobese (Luka), Nick Boraine (Duncan Maitland). 1h54.

Après avoir miraculeusement survécu à un accident avec Paolo, Kuki et son fils s'attachent peu à peu à cet homme séduisant.Lorsque Paolo propose à Kuki de tout quitter pour partir en Afrique où il a déjà vécu, elle accepte.

Au Kenya, ils découvrent une terre fascinante et rude. Dans ce pays magnifique, survivre est déjà un exploit. Les années passent, le ranch se développe, et s'il n'y avait pas les braconniers, la vie pourrait être harmonieuse...

Pour le couple, l'annonce d'une prochaîne naissance marque la consécration de leur amour et la réussite de leur nouvelle existence. Mais le destin est là, qui attend et qui rôde...

   
2011 Rupture: A Matter of Life OR Death

 

Documentaire avec Maryam d'Abo. 1h16.

   
2016 Altamira

Avec : Antonio Banderas (Marcelino Sanz de Sautuola), Rupert Everett, Golshifteh Farahani (Conchita), Clément Sibony ( Émile Cartailhac). 1h37.