Les dernières cartouches
1897

N° 745 du catalogue Lumière, septembre 1897, 50 secondes soit 17 mètres de pellicule.

Deux groupes de soldats se succèdent dans la pièce et font feu. Une grenade explose. Un des hommes tombe, blessé

La scène représente un des plus glorieux épisodes de la journée de Bazeilles (1er sept. 1870), la défense de la maison Bourgerie par un groupe de soldats et d'officiers français, à la tête desquels se trouvaient le commandant Lambert et le capitaine Aubert.

La même année 1987, Georges Méliès met en scène Le bombardement d'une maison, qui reprend le même épisode, beaucoup plus dramatisé. Méliès et Hatot reproduisent leur scène en s'inspirant du tableau célèbre d'Alphonse de Neuville intitulé Les dernières cartouches (1873).

Les dernières cartouches (Alphonse de Neuville, 1873).
Louis Hatot, 1887
   
Le bombardement d'une maison (Georges Méliès, 1897), moins fidèle au tableau mais plus dramatisé.
   

 

 

Retour à la page d'accueil