(1873-1968)
370 films
   
   
1
 

Alice Guy était la secrétaire de Léon Gaumont qui lui confia la réalisation des films de sa société.

A la toute fin du XIXe siècle, la société Léon Gaumont et Compagnie avait pour objet la fabrication et la vente de matériel photographique. C'est donc pour commercialiser son chronophotographe que Léon Gaumont souhaitait présenter à ses clients des vues animées.

Dès 1896, Alice Guy a mis en scène ses premiers courts métrages, en démarrant par La Fée aux choux, un court-métrage considéré comme le premier film de fiction, tourné dans un jardin clos à Belleville, avec quelques amis.

De 1897 à 1906, au sein de son propre studio, "mademoiselle Alice" tourna plus de 370 films, inscrivant son nom au panthéon de l'histoire du cinéma comme la première femme cinéaste. Elle est persuadée qu'il est possible de filmer autre chose que les sujets choisis par les frères Lumière : des sorties d'atelier, des vues de train... "Il me semblait qu'on pouvait faire mieux", disait-elle.

En 1898 et 1899, après que le groupe assomptionniste de la Bonne Presse eut tourné l'année précédente la première Passion, elle réalisa une série de 10 tableaux sur la vie du Christ. Ses autres films s'apparentent à des sketchs proches des numéros de cirque (Miss Dundee et ses chiens parlants, 1902), des captations de chorégraphies proches de celles de Loïe Fuller ou des gags, comme Comment Monsieur prend son bain (1903).

Les talents d'Alice Guy seront davantage reconnus lors de la sortie de son film de 35 minutes - fort long pour l'époque -, La Vie du Christ (1906). Il a nécessité une centaine de figurants et vingt-cinq décors.

Léon Gaumont adjoint bientôt à sa secrétaire la création d'un département de production. Un secteur qu'Alice Guy défriche avant de le confier à Louis Feuillade, au moment où elle part, en 1909, s'installer aux Etats-Unis avec son mari, pour y représenter Gaumont.

Figure dominante du cinéma outre-Atlantique, produisant notamment les premiers films de Charles Chaplin, elle fait construire un gigantesque studio, Solax, implanté dans le New Jersey. Contrairement à tous les usages, elle pose des petites pancartes à l'intention des comédiens : "Soyez naturels !", les exhorte-t-elle. Rien ne semble l'effrayer : ni les tournages avec des animaux sauvages ni les cascades imposées aux comédiens... En 1912, Alice Guy-Blaché est la seule femme qui gagne aux Etats-Unis plus de 25 000 dollars par an. Ce qui n'empêche pas son mari de faire l'erreur de vendre les droits de The Lure (1914), qui fut pourtant un immense succès au box-office américain, pour une bouchée de pain.

Malgré les 700 films qu'elle a réalisés, scénarisés ou produits, Alice Guy, après un passage éclair à Hollywood, rentre ruinée en Europe en 1922. Son studio a été vendu à l'encan. Elle meurt en 1968, aux Etats-Unis, où elle s'est installée à nouveau sur la fin de sa vie, avec sa fille. A deux pas de son ancien studio.




Filmographie très sélective:

1896 La fée aux choux
   
   
1898 Jésus devant Pilate
   
   
1898 Le jardin des oliviers
   
   
1898 La fuite en Egypte
   
   
1898 Flagellation
   
   
1898 Entrée à Jerusalem
   
   
1898 Crèche à Bethléem
   
   
1898 le chemin de croix
   
   
1898 La cène
   
   
1899 La descente de croix
   
   
1899 Crucifiement
   
   
1898 Entrée à Jerusalem
   
   
1906 La vie du Christ en 25 scènes
  Premier moyen métrage (0h35) : La vie du Christ en 25 scènes. Ce film est également intitulé La passion ou encore Naissance, la vie et la mort de notre seigneur Jésus -Christ.
   

 

 
   
   
   
Retour à la page d'accueil