La marquise de Merteuil demande à son ancien amant, le vicomte de Valmont, de séduire la très jeune fille de sa cousine, Madame de Volanges. Elle veut ainsi se venger d'un autre ancien amant à qui on a promis en mariage la jeune Cécile de Volanges. Au début, Valmont refuse cette proposition : celle qu'il choisit de séduire est la prude Madame de Tourvel qui séjourne chez la tante du vicomte, pendant que son mari préside un procès en Bourgogne.

Ayant découvert que Madame de Volanges avait écrit en secret à Madame de Tourvel pour lui faire savoir le fourbe qu'il était, Valmont change d'avis et décide de suivre le projet de la marquise de Merteuil. Ils profitent du fait que la jeune Cécile est amoureuse de son maître de musique, le chevalier Danceny, qui, aux yeux de la mère, n'a pas les qualités requises pour être accepté comme prétendant.

Chez sa tante, Valmont séduit facilement Cécile qui devient enceinte de ses œuvres, mais une fausse couche évite le scandale. Valmont, pendant ce temps, revient auprès de la femme qu'il convoitait principalement, Madame de Tourvel, qui finit par céder à ses avances infatigables.

Contre ses attentes, l'amour qu'il voue à madame de Tourvel le fait trembler jusqu'au plus profond de lui-même. Trop tard pour lui cependant pour s'arrêter et d'autres tombent dans le sombre tourbillon des plans diaboliques que Madame de Merteuil et lui avaient mis au point.

Madame de Merteuil avait promis au vicomte une nuit avec elle s'il réussissait. Malgré tout, elle lui refuse sa récompense à moins qu'il ne rompe complètement avec Madame de Tourvel, au risque de gâcher sa réputation de débauché. Valmont accepte cette exigence et abandonne Madame de Tourvel, qui en tombe mortellement malade.

Valmont retourne auprès de la marquise de Merteuil, qui en attendant a pris comme amant le chevalier Danceny, et il demande qu'elle tienne tout de suite sa promesse. La marquise refuse et c'est la guerre entre les deux.

La marquise révèle à Danceny que Valmont a séduit Cécile. Danceny le provoque en duel et Valmont, qui meurt d'amour et ne tient plus à rien, permet à Danceny de le blesser mortellement. Avant de mourir, il demande à Danceny de rendre visite à Madame de Tourvel et de l'assurer de son amour, et il lui remet une collection de lettres de Merteuil.

Après avoir entendu le message de Valmont de la bouche de Danceny, Madame de Tourvel meurt. Danceny publie les lettres de madame de Merteuil qui se voit huée et humiliée par l'assistance à l'opéra.

Deuxième des six adaptations cinématographiques du roman épistolaire de Pierre Choderlos de Laclos paru en 1782, celle proposée par Stephen Frears est la plus fidèle. Du moins, comme celle de Miloš Forman, elle conserve le cadre du XVIIIe siècle français alors que la version de Vadim de 1959 et les suivantes, de 1999 à 2012, transposent le contexte historique et géographique.

En 1986, Christopher Hampton avait adapté pour un théâtre de Londres Les Liaisons dangereuses de Laclos. Miloš Forman refuse d'acheter les droits et préfère, avec Jean-Claude Carrière, réaliser une adaptation qui leur permettra de garder toute leur liberté vis-à-vis du roman épistolaire. Les droits de la pièce sont vendus à Stephen Frears. Forman en est très vite informé et poursuit malgré tout son travail, soutenu par son ami producteur Claude Berri et Paul Rassam. Le film de Frears sort en décembre 1988 (le 19 mars 1989 en France) et Valmont presque un an plus tard, en novembre 1989 (le 6 décembre 1989 en France), Claude Berri ayant étiré le plus possible la période séparant la sortie des deux films. Peine perdue, le film de Frears ramasse la mise : son film, moins cher que celui de Forman (respectivement 14 millions de dollars contre 33 millions de dollars), rapporte 34 millions rien qu'aux États-Unis, pour seulement 1,1 million de dollars au niveau mondial pour le film de Forman.

Le roman est ainsi passé au filtre de la pièce de Christopher Hampton qui est le scénariste du film pour lequel il gagne l'Oscar du Meilleur Scénario d'adaptation. Le film et la pièce de théâtre changent principalement la fin du roman, dans laquelle Madame de Merteuil reste pour toujours défigurée par sa maladie. On peut noter que les sombres destinées de Cécile (Elle fait une fausse couche et se retire au couvent) ou du chevalier Danceny (Fuyant la justice qui le poursuit pour le meurtre de Valmont, il rejoint le siège de l'ordre, à Malte) ne sont pas évoquées.

Les oscars récompenseront aussi les créateurs des costumes et du décor. Le film est tourné en décors naturels au château de Vincennes dans le Val-de-Marne, aux châteaux de Champs-sur-Marne et de Guermantes en Seine-et-Marne, au château du Saussay dans l'Essonne et au théâtre Montansier de Versailles. George Fenton fut nominé par la bande-son qui fait la part belle à la musique baroque de Vivaldi, Bach, Handel et Gluck. Glenn Close fut nominée pour la meilleure actrice et Michelle Pfeiffer pour le second rôle féminin.

L'interprétation de John Malkovich fut plus contestée alors que son énergie, jamais démentie jusque dans le suicide, est l'une des qualités première du film ainsi que son inoubliable prononciation de la phrase : "Ce n'est pas ma faute !", bien belle dénégation de la machine à détruire les sentiments tout en jouissant des corps qui s'en imprègnent qu'il est devenu. Cette puissante force mécanique qui détruit les raffinements hypocrites et décadents de la société aristocratique est l'axe principal de la mise en scène de Frears. Ainsi le démaquillage final de la marquise qui succède à la scène de l'opéra dit, mieux que sa disparition honteuse due à la petite vérole dans le roman, son échec à garder le masque en société pour y vaincre.

Jean-Luc Lacuve le 03/02/2013

 

Retour à la page d'accueil

Les liaisons dangereuses

(Dangerous Liaisons). D'après le roman de Pierre Choderlos de Laclos. Avec : Glenn Close (Marquise de Merteuil), John Malkovich (Vicomte de Valmont), Michelle Pfeiffer (Madame de Tourvel), Swoosie Kurtz (Madame de Volanges), Keanu Reeves (Chevalier Danceny), Mildred Natwick (Madame de Rosemonde), Uma Thurman (Cécile de Volanges), Peter Capaldi (Azolan), Joe Sheridan (Georges). 2h00.

1988
Genre : Drame social