né en 1989
7 films
   
1
5
Histoire du cinéma :Crise de l'image-action

1- Mise en scène

Jeune cinéaste de vingt-sept ans avec au moins cinq films majeurs à son actif, il est encore trop tôt pour définir l'esthétique dominante de Xavier Dolan. Relève-t-elle des pointes de présent de Pedro Almodovar avec un comportement des personnages guidé par des interrogations sur le passé (pourquoi cela a-t-il changé ?); du maniérisme de la crise de l'image-action comme Wong Kar-wai, doublant l'action de déformations mentales ou même de John Cassavetes pour la résistance des corps aux malheurs ?

Son maniérisme lyrique laisse une grande place au montage fait de rimes et de répétitions, de flous, ralentis, de musiques populaires et romantiques, de couleurs chaudes, d'une exacerbation des sentiments, toujours contraints et cherchant néanmoins à aller le plus loin possible, de scènes d'affrontement où les corps résistent.

2-Biographie

Xavier Dolan, fils d'un acteur-danseur, naît à Montréal en 1989. A peine six ans plus tard, on le découvre à la télévision dans plusieurs publicités pour une enseigne pharmaceutique. Amoureux du jeu, sa relation avec le cinéma s'impose très tôt et sa carrière d'acteur débute par plusieurs longs-métrages canadiens tels que J'en suis (1997), La Forteresse suspendue (2001), ou encore Suzie en 2009. Un an plus tôt, avec la production franco-québécoise gore Martyrs, il pose la pointe des pieds hors de ses frontières pour la première fois à l'écran.

Cette année 2009 est celle de la révélation. A partir d'un scénario auquel il pense depuis trois ans, Dolan réalise et produit à seulement vingt ans son premier long-métrage, J'ai tué ma mère, véritable coup de coeur du Festival de Cannes, où il concourt à la Quinzaine des réalisateurs. Avec ce film à l'inspiration autobiographique fantasmée, le jeune homme réussit une œuvre intime et réfléchie qui impressionne par son talent, sa maîtrise et sa polyvalence.

Boulimique de travail, le prodige écrit le scénario de son dernier film en quelques mois et revient dès l'année suivante à Cannes avec Les amours imaginaires (2010) où il met en scène la relation en péril d'un duo d'amis bouleversé par l'arrivée d'un jeune homme, se révélant source obsessionnelle de fantasmes. Une fois encore, Xavier Dolan affiche ses inspirations et impose son style : un cinéma d'auteur délibérément décalé et inactuel, intellectuel, brillant et sensible.

Pour son troisième long métrage, Laurence Anyways (2012), qui raconte le combat d'un homme pour faire accepter à ses proches son désir de devenir une femme, il fait appel à deux comédiens français confirmés : Melvil Poupaud et Nathalie Baye. Le film est sélectionné à Cannes en 2012, à nouveau dans la section "Un Certain Regard".

Le jeune acteur Antoine-Olivier Pilon qui avait fait une brève apparition dans Laurence Anyways devient deux ans plus tard le College Boy du clip polémique d'Indochine que le cinéaste filme en format 1:1, en noir et blanc et dans lequel l'acteur joue une tête de turc mise à mal par le reste de sa classe dans l'indifférence générale.

Xavier Dolan enchaîne avec Tom à la ferme (2013), où le jeune cinéaste se met de nouveau en scène dans la peau d'un publicitaire débarqué en terre inconnue lorsqu'il assiste à l'enterrement de son compagnon. Ce quatrième long-métrage obtient le Prix Fipresci au Festival de Venise.

Sélectionné en compétition pour le 67e Festival de Cannes 2014, Mommy est le premier film de Xavier Dolan a concourrir dans cette section. Le film remporte, avec Adieu au langage de Jean-Luc Godard, le prix du jury.

Juste la fin du monde (2016) remporte le Grand Prix et le Prix du Jury Oecuménique au 69e Festival de Cannes.

Filmographie :

2009 J'ai tué ma mère
Avec : Anne Dorval (Chantale Lemming), Xavier Dolan (Hubert Minel), Suzanne Clément (Julie Cloutier). 1h40.

Hubert Minel n'aime pas sa mère. Du haut de ses 17 ans, il la jauge avec mépris, ne voit que ses pulls ringards, sa décoration kitsch et les miettes de pain qui se logent à la commissure de ses lèvres quand elle mange bruyamment. Au-delà des irritantes surfaces, il y a aussi la manipulation et la culpabilisation, mécanismes chers à sa génitrice....

   
2010 Les amours imaginaires
Avec : Monia Chokri (Marie Camille), Niels Schneider (Nicolas M.), Xavier Dolan (Francis Riverëkim). 1h35.

Francis et Marie sont deux bons amis. Lors d'un dîner, ils rencontrent Nicolas , un jeune homme de la campagne qui débarque tout juste en ville. De rendez-vous en rendez-vous, troublés par d'innombrables signes - certains patents, d'autres imaginaires - les deux complices sombrent dans l'obsession de leur fantasme, et bientôt, un duel amoureux menace l'amitié qu'ils croyaient infrangible..

   
2012 Laurence anyways
Avec : Melvil Poupaud (Laurence Alia), Suzanne Clément (Fred Belair), Nathalie Baye (la mère de Laurence), Monia Chokri (Stéfanie Belair). 2h39.

Septembre 1989, Laurence annonce à Fred, sa petite amie, qu'il veut devenir la femme qu'il a toujours eu le sentiment d'être. Envers et contre tous, et peut-être bien eux-mêmes, ils affrontent les préjugés de leur entourage, résistent à l'influence de leur famille, et bravent les phobies de la société qu'ils dérangent. Pendant dix ans, ils tentent de survivre à cette transition, et s'embarquent dans une aventure épique dont leur perte semble être la rançon.

   
2013 Tom à la ferme
Avec : Xavier Dolan (Tom), Pierre-Yves Cardinal (Francis), Lise Roy (Agathe), Evelyne Brochu (Sara). 1h42.

Un jeune publicitaire voyage jusqu'au fin fond de la campagne pour des funérailles et constate que personne n’y connaît son nom ni la nature de sa relation avec le défunt. Lorsque le frère aîné de celui-ci lui impose un jeu de rôles malsain visant à protéger sa mère et l'honneur de leur famille, une relation toxique s'amorce bientôt...

   
2014 Mommy
Avec : Anne Dorval (La mère), Antoine-Olivier Pilon (Le fils), Suzanne Clément (La voisine). 2h20.

Une mère se voit confier la garde d'un enfant difficile, ayant déjà fait le tour des institutions.

   
2016 Juste la fin du monde
Avec : Gaspard Ulliel (Louis), Nathalie Baye (La mère), Léa Seydoux (Suzanne), Vincent Cassel (Antoine), Marion Cotillard (Catherine). 1h35.

Après douze ans d’absence, un écrivain retourne dans son village natal pour annoncer à sa famille sa mort prochaine. Ce sont les retrouvailles avec le cercle familial où l’on se dit l’amour que l’on se porte à travers les éternelles querelles, et où l’on dit malgré nous les rancoeurs qui parlent au nom du doute et de la solitude.

   
2018 Ma vie avec John F. Donovan
(The death and life of John F. Donovan). Avec : Kit Harington (John F. Donovan), Jacob Tremblay (Rupert Turner enfant), Susan Sarandon (Grace Donovan), Natalie Portman (Sam Turner). 2h03.

Dix ans après la mort d’une vedette de la télévision américaine, un jeune acteur se remémore la correspondance jadis entretenue avec cet homme, de même que l’impact que ces lettres ont eu sur leurs vies respectives.