Deux amis de toujours qui ne se sont pas vus depuis longtemps, se revoient. Ils parlent : depuis tout ce temps, ce silence ! Ils cherchent une raison de leur éloignement : des mots prononcés d'une certaine manière, une intonation : "C'est bien... ça...". Dès lors une dispute s'ammorce et la violence sourde des rancoeurs fait virer le dialogue à l'irrémédiable réglement de compte.

Film TV d'après la pièce de Nathalie Sarraute.

Rien qu'on puisse dire. Rien dont on ne puisse parler. Evoquer ça, ça pourrait nous entraîner loin. On a eut des mots. Des mots qu'on n'a pas eut.

Je me suis vanter de je ne sais quel succès. Tu m'as dit "C'est bien… ça". "C'est bien… ça " Juste avec ce suspend, cet accent. Un intervalle entre "c'est bien" et "ça". Un intervalle plus grand, un accent mis sur le "bien", un étirement et un suspend avant que "ça" arrive.

Ce "ça" précédé d'un long suspend t'as poussé à rompre ? Oui j'ai le casier judiciaire de celui qui rompt pour un oui ou pour un non.

 

Retour à la page d'accueil

Pour un oui ou pour un non
1988
Avec : Jean-Louis Trintignant (H1), André Dussollier (H2), Joséphine Derenne (La voisine), Pierre Forget (Le voisin). 0h58.
Genre : Drame psychologique