Jeune écrivain sans le sou, Émile Zola partage une mansarde de Montmartre avec le peintre Paul Cézanne. Il trouve un emploi chez un éditeur qui le renvoie après la publication d’un livre accusé d’immoralité. La rencontre d’une prostituée qu’il sauve du suicide change totalement sa vie. Il en fait l’héroïne de « Nana », un roman qui, contre toute attente, est un succès. Quelques années plus tard, Zola est devenu un grand écrivain dont les livres dénoncent l’hypocrisie et l’injustice sociale.

À l’ambassade d’Allemagne, le comte Esterhazy dépose une lettre contenant des secrets militaires. Sur une liste de suspects possibles, le capitaine Alfred Dreyfus, dont le nom est suivi de « juif », est aussitôt désigné comme coupable. Arrêté pour trahison, dégradé publiquement, il est ensuite déporté à l’Île du Diable, en dépit de ses protestations d’innocence adressées à la presse. Lucie Dreyfus, la femme de l’accusé, obtient l’aide de Zola, alors davantage préoccupé par son élection à l’Académie française. Une fois convaincu de son innocence, Zola publie « J’accuse ». La France est alors partagée entre partisans et adversaires de Dreyfus.

L’armée fait comparaître l’écrivain devant un tribunal où il doit répondre de ses accusations. Condamné à un an de prison, Zola préfère s’exiler à Londres pour poursuivre son action en faveur de Dreyfus. Il obtient ainsi la révision de son procès. Enfin reconnu innocent, Dreyfus est réintégré dans l’armée française. Les vrais coupables sont punis. Zola meurt asphyxié sans avoir jamais rencontré Dreyfus. À ses funérailles, Anatole France prononce son éloge : il est – dit-il – « un moment de la conscience humaine ».

 

 

Retour à la page d'accueil

La vie d'Emile Zola
1937

(The Life of Emile Zola). Avec : Paul Muni (Emile Zola), Gale Sondergaard (Lucie Dreyfus), Joseph Schildkraut (Alfred Dreyfus), Gloria Holden (Alexandrine Zola), Donald Crisp (Maitre Labori), Erin O'Brien-Moore (Nana). 1h39.