Comment je me suis disputé
- ma vie sexuelle

1996

Voir : photogrammes

Avec : Mathieu Amalric (Paul Dédalus), Emannuelle Devos (Esther), Marianne Denicourt (Sylvia) Jeanne Balibar (Valérie), Emmanuel Salinger (Nathan), Thibault de Montalembert (Bob), Chiara Mastroianni (Patricia), Denis Podalydès (Jean-Jacques), Fabrice Desplechin (Ivan), Hélène Lapiower (Le Mérou), Michel Vuillermoz Michel Vuillermoz (Frédéric Rabier), Roland Amstutz (Chernov), Marion Cotillard (Une étudiante). 2h58.

Paul Dédalus, presque trente ans, végète comme assistant de philosophie à la faculté de Nanterre. Il n'arrive ni à terminer sa thèse, ni à quitter Esther, qui partage sa vie depuis dix ans mais qu'il n'aime plus. Paul se confie volontiers, à son psychiatre bien sûr, mais aussi, et avec une certaine impudeur, à la constellation d'amis qui l'entoure. Partagé entre l'auto-dérision et l'excès de sérieux vis-à-vis de lui-même, prisonnier de souvenirs d'enfance presque traumatisants, Paul se sent pris à plusieurs pièges : une liaison insatisfaisante et restée secrète avec Sylvia, qui est la compagne de Nathan, son meilleur ami ; et l'affront que constitue, à ses yeux, la nomination dans son unité pédagogique de Rabier, un pédant arriviste, avec qui il fit ses études et est brouillé depuis.

Ses indécisions sentimentales (comment rompre avec Esther ?) et professionnelles (comment éviter de se disputer à nouveau avec Rabier ?) sont encore amplifiées par la situation précaire de certains de ses proches : son cousin Bob, qui habite avec lui, don juan désenchanté, veut lui aussi rompre avec une fille, Patricia, la plus équilibrée du groupe ; Ivan, le frère de Bob, qui est autant amoureux de Dieu que des femmes.

Paul est également fragilisé par une relation presque hystérique avec Valérie, compagne de son ami Jean-Jacques, qui fait tout pour le conquérir. Esther, poussée par Paul à devenir indépendante, le quitte en l'aimant toujours, réussit un concours de traductrice et apprend la solitude et la douleur. Paul parvient enfin à terminer sa thèse, que Nathan juge de qualité. Il réussit à fuir Valérie. Quant à Sylvia, elle rompt violemment avec lui, en lui suggérant qu'il a enfin mûri, ce qu'il voudrait bien croire.

"Comment je me suis disputé-ma vie sexuelle" c'est la vie intime dans tous ses états, sexuelle, mais aussi spirituelle, amicale, relationnelle sociale, le tout structuré par un motif central, la découverte de l'Autre.

"Comment je me suis disputé", à l'image de La maman et la putain, oeuvre phare de la quête sentimentale, est un film intensément dépressif et drôle qui raconte une quête pour trouver le temps d'écrire une thèse dans une société restreinte, celle des universitaires.

Paul poursuit sa quête à travers le discours sentimental, élevé au rang d'art philosophique. Il passe par la remémoration de l'enfance, la rupture sentimentale, la confrontation avec un homme qui l'a humilié et qui l'humiliera encore. Son travail d'homme peut alors prendre forme : il cesse de penser (panser) le monde pour accepter l'altérité. Le monde vaut alors la peine d'être vécu car, en se confrontant à l'altérité, on peut changer.

A ce journal intime s'offre trois contrepoints féminins : Esther (Emannuelle Devos) qu'il quitte, Sylvia (Marianne Denicourt) qu'il aime secrétement, Valérie (Jeanne Balibar) qui lui renvoie sa folie.

Convocation de tous les moyens littéraires du récit (la voix off objective et subjective, le journal intime, la corresopondance, la conversation, la séance d'analyse).

Esther rendue plus forte, musique de Per Guint : Comment Esther déclare son amour, trouve une chambre, croit être enceinte, se fait une copine, redevient femme.

Bibliographie :