Scarface

1983

Voir : Photogrammes

Avec : Al Pacino (Tony Montana), Steven Bauer (Manny Ray), Michelle Pfeiffer (Elvira Hancock), Mary Elizabeth Mastrantonio (Gina Montana), Robert Loggia (Frank Lopez), Miriam Colon (Mama Montana). 2h50.

"En mai 1980, Fidel Castro ouvrit le port de Mariel à Cuba, apparemment pour permettre à certains ressortissants de rejoindre leur famille aux Etats-Unis. 3 000 bateaux américains partirent pour Cuba. On sut que Castro obligeait les propriétaires des bateaux à emmener, outre leurs familles, la pègre des prisons de l'île. Sur les 125 000 réfugiés qui débarquèrent en Floride, environ 25 000 avaient un casier judicaire".

Antonio 'Tony' Montana et son ami, Manolo 'Manny' Ribera, deux petits malfrats cubains issus de la rue, font partie des expulsés et profitent de cette chance pour migrer vers Miami dans l'espoir de faire fortune. À leur arrivée sur le sol américain, ils sont accueillis dans un camp de réfugiés ; Manny trouve le moyen, auprès d'un caïd de Miami, d'obtenir une carte verte américaine contre un contrat d'assassinat qu'ils honorent en exécutant un ressortissant communiste du camp.

Grâce à leur carte verte, ils trouvent un petit boulot dans une baraque à frites de Miami. Mais travailler pour quelques dollars ne correspond pas à l'idée que les deux amis se font du "rêve américain". Omar Suarez, le bras droit d'un caïd de la pègre locale, leur propose alors 500 dollars pour décharger de la marijuana d'un bateau. Tony refuse, désirant beaucoup plus d'argent et de responsabilités. Il lui sera donc offert 5000 $ pour faire ses preuves lors d'un rendez-vous armé : acheter de la cocaïne à un revendeur qui essaie de les doubler. Mais les choses tournent mal, et un compagnon de Tony se fait découper à la tronçonneuse dans une baignoire. Tony et ses complices prennent cependant l'avantage grâce à leur sang-froid et leur insensibilité. Ils fuient avec l'argent et la drogue du dealer. Frank Lopez, le patron de Suarez, les recrute alors, intéressé surtout par Tony qu'il utilisera comme garde du corps pour protéger Omar durant des transactions avec un caïd de la drogue en Bolivie, Alejandro Sosa.

En Bolivie, Tony prend la direction des négociations avec Sosa et humilie Omar contraint de rentrer chercher des ordres auprès de Frank Lopez. Ce qu'il ne fera même pas puisqu'ayant été reconnu par un associé de Sosa comme un indicateur de la police, Omar est pendu du haut d'un hélicoptère. Sosa propose un contrat de 18 millions de dollars à Tony ce qui rend furieux Lopez qui en attendait 50 fois moins. En vendant la cocaïne 10 500 dollars le kilo, les ventes rapporteront 75 millions de dollars. Lopez craint les représailles de Gaspard Gomez et des frères Diaz. Tony voit plus grand, un réseau sur New York, Chicago et Los Angeles. Frank demande à Tony de renoncer. Celui-ci s'en va proposer le mariage à Elvira lui déclarant que Franck est fini. Dans une boite de luxe, Tony se fâche tout rouge quand sa sœur est vulgairement courtisée par un petit gangster. Tony doit composer et corrompre, Bernstein, un policier véreux. Il est la cible d'un attentat dans cette boite et, comprenant que Lopez et Bernstein sont de mèche, il les abat tous les deux. Il prend possession de la demeure de Lopez, y compris d'Elvira et prend pour adage : The world is yours (Le monde est à toi) slogan de la Pan American qui s'inscrit sur un ballon dirigeable publicitaire.

L'argent coule a flot et Tony et Elvira se marient pendant que Manny et Gina sont conscients de leur amour mais le cachent à Tony qui a d'autres ambitions pour sa sœur. Tony doit composer avec les banquiers et les politiciens et, de plus en plus seul, finit par perdre l'amour d'Elvira à cause de sa perversion psychopathe, sa froideur, sa paranoïa et son avidité à tout contrôler.

Tony démontre néanmoins une certaine humanité quand il refuse de participer à un attentat à la voiture piégée visant un homme accompagné de sa femme et de ses deux enfants quand ses amis boliviens lui demandent de participer à l'élimination de cet homme qui s'apprêtait à prononcer devant l'ONU un discours virulent contre le crime organisé et la corruption et contre Tony en particulier. En refusant de prendre part à l'attentat, en assassinant le bras droit d'Alejandro Sosa, Tony signe son arrêt de mort.

Tony pense trouver refuge chez sa sœur mais découvre Manny chez elle et le tue avant d'apprendre que sa sœur venait de l'épouser. Sosa envahit sa maison avec ses hommes de main mais c'est Gina qui vient vers lui, conscient de son désir incestueux, nue, une arme à la main. Avant quelle ne tue son frère, c'est un homme de main de Sosa qui l'abat. Tony meurt transpercé de balles en tombant dans la fontaine surmontée d'une sculpture du globe terrestre avec le slogan The world is yours.

Remake du célèbre film de Howard Hawks transplanté dans le milieu des Porto-ricains des années 80, Le film distille la violence avec efficacité et démontre que l'ascension foudroyante d'un caïd de la drogue aboutit toujours au même constat : un loup mange toujours un autre loup.

La musique composée par Giorgio Moroder accentue le sentiment d'oppression et de stress qui finira par ronger le spectateur. Le film a été très critiqué à sa sortie, et même censuré, jugé trop violent (la scène de la tronçonneuse faillit être coupée au montage).