né en 1941
30 films
   
   
2
 

Né à Skikda, en 1941, Jean-Louis Comolli fut d'abord animateur du ciné-club d'Alger avant d'écrire aux Cahiers du cinéma de 1962 à 1978. Jean-Louis Comolli succède à Serge Daney et occupe le poste de rédacteur en chef de la revue de 1962 jusqu'à 1971. Chargé de cours à l'Université de Paris I, collaborateur à "Jazz Magazine", il s'oriente ensuite dans une carrière de réalisateur pour tourner près de 35 documentaires et 6 films de fiction dont La Cécilia en 1976 ou L'ombre rouge et balles perdues

Filmographie :

1968 Les deux marseillaises
  À l’occasion de la campagne électorale pour les élections législatives de juin 1968 à Asnières, ce documentaire filme au jour le jour les élections marquées par les événements de Mai 68.
   
1969 Comme je te veux
   
   
1975 La Cécilia

A la fin du XIXe siècle, des anarchistes italiens, dix hommes, une femme, libertaires, collectivistes, émigrent au Brésil pour y fonder une communauté sans chef, sans hiérarchie, sans patron, sans police, mais pas sans conflit, ni passion.

   
1978 Toto, Antonio de Curtis
  Ce long-métrage est composé principalement de larges extraits des films dans lesquels a joué le grand acteur comique italien de 1937 à 1967.
   
1981 On ne va pas se quitter comme ça
  L’un des derniers bals musettes de Paris, la Boule Rouge. Là, tous les après-midi, tous les soirs, des femmes et des hommes se retrouvent pour danser. Ils sont à la retraite, ils dansent.
   
1981 L'ombre rouge

Avec : Claude Brasseur (Anton Kovetz), Jacques Dutronc (Léo), Nathalie Baye (Anna), Andréa Ferréol (Magda), Alexandre Arbatt , Lev Belsky (Soudrov), Jean-Jacques Biraud , Facundo Bo (Müller). 1h50.

Avril 1937. Les troupes franquistes marchent sur Madrid. Dans le camp républicain, le manque d'armes se fait sentir. Un vaste réseau orchestré par les services secrets soviétiques se met alors en place dans toute l'Europe. Anton, agent de Staline, contrôle le secteur parisien. Une nuit, il est arrêté et tombe aux mains de la Gestapo. Léo, le chef du réseau européen, obtient, avec l'appui et l'accord du " Centre ", la libération de son vieil ami qu'il transfère à Marseille. Placé à la tête d'un entrepôt de commerce, couverture idéale pour un trafic d'armes, Anton comble la curiosité de sa jeune secrétaire, Anna, en lui révélant ses activités. À Moscou, Staline ordonne de nouvelles directives; les armes sont désormais réservées aux seuls communistes. Anton se résigne à appliquer ces consignes. Le " Centre " charge Léo de rapatrier tous les agents en poste à l'Ouest... les purges viennent de commencer, mais Léo l'ignore encore. Soupçonneux, Anton refuse de retourner à Moscou malgré la demande de Léo. Désabusé, traqué, Anton se suicide. Léo comprend alors et décide de fuir avec Anna. À leur tour, ils sont menacés par les hommes du " Centre".

   
1983 Balles perdues
  Lorsque son patron, Teufrninn, un riche diamantaire, est assassiné dans son bureau après avoir été dépouillé de ses trésors, la bonne, Maryvonne, férue de romans noirs, s'en remet à Sani Witchner, qu'elle prend pour un détective privé parce qu'elle a vu son nom sur une pochette d'allumettes, imprimée autrefois, en pure fantaisie par ce dernier. Croyant à une plaisanterie, Sam recommande à Maryvonne de lui amener le cadavre dans une malle en osier. Ce qu'elle fait ! Piqué au vif, voilà bientôt Sam à la poursuite du meurtrier, malgré son mariage prévu dans quelques jours avec Véra, très inquiète des mystères de son compagnon. La disparition du corps et des diamants affecte en réalité deux équipes adverses qui croient s'être fait doubler par une troisième. Il s'agit, pour la première, de la femme du diamantaire, complice d'Eric, le chauffeur, et pour la seconde, de Natacha, maîtresse de la victime, alliée à Ludovic, un musicien, et à Johnny, un peintre sourd-muet; tous également persuadés que Maryvonne et Sam sont responsables du vol et donc déterminés à les combattre. Errant de piste en piste, sans rien comprendre à l'affaire, Sam, sur la foi d'un recoupement, assiste avec Véra à un spectacle de Ludovic pendant lequel Johnny est tué et a tout juste le temps d'esquisser à son endroit quelques gestes énigmatiques pour désigner son meurtrier. Maryvonne élucide le mystère au vu d'une émission de télévision pour malentendants et en saisit la signification : "La femme à l'avion ", titre d'un tableau peint par Johnny pour Teufminn, pour lequel elle découvre avec stupeur que Véra a posé... Sur ce, elle manque être tuée par celle-ci mais retrouve Sam à temps pour se tirer de ce mauvais pas.
   
1986 Le bal d'Irène

 

Avec : Bofi Banengola (Paul), Francine Bergé (Mme De Sarcey), Liza Braconnier (Mme Cigot), Anne Brochet (Irène), Cendrine Chatrefou (Chantal), Clovis (Charles), Marianne Denicourt , Bernard Freyd (M De Sarcey),
   
1987 Pétition
  (TV)
   
1988 Kataev, la classe du maître
  Le chef d’orchestre russe Vitali Kataev, professeur au conservatoire de Moscou, est venu au conservatoire de Paris offrir le fruit de son expérience. Jean-Louis Comolli a suivi ces quelques jours de travail.
   
1989 Marseille de père en fils - Coup de mistral
  La campagne des élections municipales de 1989 à Marseille. Premier film de la Série « Marseille fait son cinéma » (1989- 2001) de Jean Louis Comolli et Michel Samson.
   
1989 Marseille de père en fils - Ombres sur la ville
  « Comme la ville égare le promeneur, explique Jean-Louis Comolli, elle fuit le regard du cinéaste qui a la naïveté de croire qu’elle s’offre à lui, qu’elle l’attend, qu’elle se fige au moment où il dit « moteur ». Deuxième film de la Série « Marseille contre Marseille » (1989- 2001) de Jean Louis Comolli et Michel Samson
   
1991 Naissance d’un hôpital

Télfilm produit par l’INA et Arte France. 0h67

L’hôpital Robert Debré, cet immense vaisseau ancré dans un méandre du périphérique parisien, est l’œuvre de Pierre Riboulet. Ce documentaire reprend le journal intime tenu par l’architecte alors qu’il concourait sur le projet. De la première esquisse à la maquette, nous suivons cette gestation qui est aussi l’occasion pour le créateur de méditer sur la beauté face à la maladie, l’art face à la mort. Pendant 5 mois, de mai à octobre 1980, l’architecte tient le journal de son travail. On y assiste à la naissance sur le papier d’un hôpital d’un type nouveau. À sa manière, un tel témoignage évoque un récit d’aventures : pour son auteur, il s’agit de se livrer à une course d’obstacles (fonctionnels, économiques, techniques, esthétiques), avec, à l’horizon, la création d’un lieu de vie, ouvert à la ville et à la lumière, capable de surmonter l’angoisse. C’est la première fois qu’un architecte communique ainsi le cheminement de son travail, en décrivant, à partir d’un projet précis, son processus de création. Jean-Louis Comolli a adapté cinématographiquement le journal de l’architecte. On y voit Pierre Riboulet au travail : dessins, esquisses, plans… Le texte du journal est dit par l’architecte.

   
1992 La campagne de Provence
  De juin 1991 à mars 1992, neuf mois d’une bataille politique violente et angoissante, en Provence, à l’occasion des élections régionales. Troisième film de la Série « Marseille contre Marseille » (1989- 2001) de Jean Louis Comolli et Michel Samson.
   
1993 Marseille en mars
  Mars 1993, Marseille, les élections législatives, quatrième film de la Série « Marseille contre Marseille » (1989- 2001) de Jean Louis Comolli et Michel Samson.
   
1993 La vraie vie (dans les bureaux)
Téléfilm produit par 13 Production et Arte France. 1h17.

L’action se passe à la Caisse d’Assurance maladie de l’Ile-de-France, la CRAMIF ; d’octobre à décembre 1992, Jean-Louis Comolli a tourné dans les services « Invalidité » et « Tarifications accidents du travail », ainsi qu’au courrier, au pool dactylo et aux archives. Cette « vraie vie » n’est rien d’autre que la vie réelle, bien réelle, huit heures par jour dans les bureaux de celles qu’on a appelées les « O. S. du tertiaire ». Femmes d’abord, embauchées jeunes, sans avoir pour la majorité d’entre elles changé de case, sans autre espoir que l’illusion de l’espoir, sans autre perspective pour les plus agiles que d’aménager un peu, si peu, le temps et l’espace de leur travail.

Essentiellement composé d’interviews, que ponctuent de longs travellings dans le dédale des couloirs et des différents services administratifs, ce passionnant reportage « in situ » donne la parole à ces employé(e)s anonymes, qui évoquent, avec enthousiasme, humour ou amertume, leur travail et leur vie quotidienne dans les bureaux.

   
1994 Jeune fille au livre
  Spécialement conçu pour l’image, « La Jeune Fille au livre » est un opéra qui raconte la passion destructrice entre un peintre et son modèle. Autour d’une toile, dans les coulisses du marché de l’art, va se jouer un drame philosophico-policier.
   
1995 Georges Delerue
  (TV) Cet hommage à Georges Delerue est composé de témoignages de réalisateurs qui ont choisi sa musique pour leurs films, et d’extraits du « Mépris », « Tirez sur le pianiste », « Les Deux Anglaises et le continent », « Love »…
   
1995 Entrée école sortie cinéma
  En quatre parties distinctes, la présentation de quatre écoles renommées de cinéma.
   
1996 Marseille contre Marseille
  Marseille, élections municipales de 1995. Cinquième episode, en forme de fable politique, d’une saga marseillaise commencée en 1989.
   
1997 Cinéma de notre temps : Chahine & Co.

 

Documentaire. 0h53.
   
1997 Le concerto de Mozart
Michel Portal a fait le projet un peu fou de s’isoler pendant quinze jours dans un château, en compagnie de sept jeunes musiciens, pour prendre le temps et le plaisir de travailler en profondeur le célèbre concerto pour clarinette de Mozart. Jean-Louis Comolli est le témoin de ce défi.
   
1997 La question des alliances
  La Droite et l’Extrême Droite aux législatives 1997 dans les Bouches-du-Rhône. Sixième film de la Série « Marseille contre Marseille » (1989- 2001) de Jean Louis Comolli et Michel Samson.
   
1998 Jeux de rôles à Carpentras
  1990 : profanation du cimetière juif de Carpentras. Sans refaire le « procès Carpentras », Jean-Louis Comolli pointe les contradictions, les doutes, et nous donne les clés d’une affaire complexe, à l’enjeu politique national.
   
2000 Durruti, portrait d'un anarchiste

 

Une évocation de l’anarchiste espagnol, Buenaventura Durruti et des années 1931-1936 qui précédèrent la guerre civile en Espagne, à travers les répétitions d’un groupe théâtral catalan « El Joglars » dirigé par Albert Boadella.
   
2001 Rêves de France à Marseille

Avec : Michel Samson (L'interviewer), Salah Bariki, Rebia Benarioua, Samia Ghali, Jean-Noël Guérini, Nordine Haggoug, Zoubida Meguenni. 1h44.

Marseille, juin 1999. Jean-Claude Gaudin organise une grande fête populaire, 'la Massalia', pour exalter toutes les communautés qui font Marseille et manifester l'envie de ces milliers de gens venus d'ailleurs de se monter Marseillais.

Moins d’un an plus tard, en mars 2000, s'ouvre la campagne des municipales 2001 : cet esprit d'ouverture et de tolérance trouve-t-il sa traduction dans la sphère politique ? Combien d’enfants de l'immigration figureront en position éligible et seront finalement élus parmi les 101 conseillers municipaux ? En suivant les mésaventures de Tahar Rahmani, conseiller municipal sortant et d'autres militants et cadres politiques issus de l’immigration, ce documentaire montre l’écart cruel qui s’est creusé entre l’idéal républicain et les pratiques partisanes.

   
2001 L'affaire Sofri
Ce film est né de la lecture d’un livre, Le Juge et l’Historien, de Carlo Ginzburg à la suite du premier procès du leader d’extrême gauche Adriano Sofri et de ses camarades, en 1991. Avec Carlo Ginzburg, Jean-Louis Comolli, s’appuyant sur le cas Sofri, analyse ici le travail du juge, explore les rapports entre le droit, l’histoire et la raison d’État.
   
2001 Nos deux marseillaises
  C’est l’histoire de Nadia et Samia, femmes d’origine maghrébine, militantes associatives, qui incarnent une manière nouvelle de faire de la politique aux cantonales 2001.
2003 Jours de grève à Paris Nord

 

En décembre 95, il y avait des grèves. Sept ans ont passé. Les jours de décembre se sont éloignés à toute vitesse, point brillant au fond de quel tunnel ? Cinq cheminots sont au coeur du film tourné à l’antenne traction de Paris-Nord. Des luttes d’hier aux luttes d’aujourd’hui, le film sera-t-il passeur de la réflexion ?;
   
2004 Les ésprits du Koniambo

 

(TV)
   
2005 Le peintre, le poète et l'historien

 

(TV)
   
2006 La dernière Utopie - La Télévision selon Roberto Rossellini

 

Roberto Rossellini se détourne du grand écran pour se consacrer tout entier à un pharaonique projet pour la télévision. Il s’agit de mettre en image toute l’aventure humaine de la préhistoire à la conquête de l’espace. Extraits de films, conversations et rencontres avec des collaborateurs, des techniciens se répondent pour retracer l’histoire d’une idée humaniste et généreuse.