Pierre Chenal suit un cursus scientifique et est diplômé des Arts et Métiers. Il entre dans la vie professionnelle comme dessinateur et concepteur d'affiche de cinéma. Il est également journaliste

Réalisés dans les années 30, ses premiers courts-métrages sont des documentaires où le cinéaste donne dans le réalisme social. Les petits métiers de Paris (1932) ou Une cité Française du cinéma ont une ambition didactique qui le classe à l'époque parmi les novateurs. Tout au long de son oeuvre, Pierre Chenal gardera ce goût pour les atmosphères où le social se montre. D'où son penchant très marqué pour les adaptations d'oeuvres littéraires de ses contemporains: il emprunte à Marcel Aymé le titre d'un de ses premiers longs-métrages, La rue sans nom (1933); convoque Pirandello et L'homme de nulle part (1937); met en image Les mutinés de l'Elseneur de Jack London; et transforme le roman de James Cain Le facteur sonne toujours deux fois pour donner Le dernier tournant.

Pierre Chenal aime les acteurs et fait tourner les plus grands. Louis Jouvet, Robert Le Vigan, Michel Simon, Pierre Blanchar, Viviane Romance ou Albert Préjean louent son talent.

En 1940, la carrière du cinéaste prend un nouveau tour lorsqu'il se replie, le temps de la guerre, en Argentine et au Chili. Il y réalise quelque films mineurs, puis revient en France avec des intentions comiques exprimées dans Clochemerle (1947).

En 1948, Chenal repart pour l'Argentine et adapte Sangre negra du romancier noir américain Richard Wright. Puis, il se prend de passion pour le polar et se frotte au genre à plusieurs reprises. Mais Rafle sur la ville (1958), La bête à l'affût (1959) et L'assassin connaît la musique (1963) ne passent pas pour être ses meilleurs films.


Filmographie :

Courts métrages :
1929 : Paris-Cinéma, Un coup de dés, Une cité française du cinéma
1930 : Architecture d'aujourd'hui, Bâtir, Trois chantiers , Un grand illustré moderne.
1931 : Les petits métiers de Paris.
1934 : Pour un piano.
1985 : Le hasard mène le jeu

Longs-métrages :

1933 Le martyre de l'obèse
Une jeune femme amoureuse de son mari qui la trompe veut le rendre jaloux. Elle aguiche Canabol, un cent kilos qui tombe amoureux et décide de maigrir. Apres de vains efforts, il comprend son aveuglement et retourne ripailler avec ses amis tandis que le couple se réconcilie.
   
1934 La rue sans nom
Étroite, coincée entre deux rangées d'immeubles lépreux, c'est la rue de la misère. Un homme, Finocle, l'arpente, il recherche Méhoul, un ancien complice. Celui-ci habite la rue, dans un sordide deux pièces-cuisine, avec sa femme, belle autrefois, et Manu, son voyou de fils. Aujourd'hui, Méhoui est rangé, pauvre mais honnête.

L'apparition de Finocle suscite en lui un rejet total de son passé crapuleux. Mais son complice menace, s'il refuse de l'héberger avec sa fille, Noa... Noa, capeline et robe blanches, belle comme un rêve, bouleverse la rue. Qui sait, à part son père et Méhoul, qu'elle était, auparavant, prostituée?

Ici c'est une madone, comme le chante Cruséo, le terrassier italien qui joue si bien de l'accordéon. C'est comme une apparition, demi-nue, à la fenêtre face à celle de Johannieu qui perd le boire, le manger et la tête à la guetter des journées entières. " Chez Minche ", le bistro de la rue, on joue, on boit surtout. Maintenant, on se dispute qui, de Cruséo, de Johannieu, de Manu, prendra le cœur de la belle? Et parfois éclate une bagarre générale, un rêve, ça se défend à coups de poings et de pieds!

Cruséo fait sa demande à Finocle, il est naïf, amoureux et veut épouser Noa. Mais le père se moque et le repousse, il n'a pas d'argent, ni avenir, ni instruction. Et, dans sa chambre, Cruséo pleure. Derrière sa fenêtre, indifférent au monde, Johannieu écarquille les yeux.

Dans la rue, Vanoël trouve des accents vengeurs pour stigmatiser les riches qui vont raser leurs immeubles insalubres afin d'en édifier des nouveaux, de luxe, à la place. Méhoul s'est rapproché de Finocle: leur passé ne valait-il pas mieux que ce présent? Aussi, lorsque Manu, repoussé par Noa, sera allé, par dépit, dénoncer Finocle à la police, Méhoul se livrera avec son ancien complice. Celui-ci a confié Noa à Cruséo. Il peut quitter la rue, tranquille; ses poignets sont enchaînés à ceux de Méhoui, son ami...

   
1935 Crime et châtiment

Avec : Harry Baur (Porphyre), Pierre Blanchar (Raskolnikov), Madeleine Ozeray (Sonia), Marcelle Géniat (Mme Raskolnikov). 1h47.

Saint-Petersbourg, 1865. Un étudiant pauvre, Raskolnikov, professe des idées révolutionnaires. Tant pour les appliquer que pour se procurer de l'argent, il assassine une vieille usurière. Surpris pendant son crime, il est contraint d'en commettre un second et s'enfuit sans pouvoir emporter l'argent de sa victime...

   
1936 Les mutinés de l'Elseneur
Le journaliste Jack Pathurst se voit confier par son éditeur un reportage sur les derniers adeptes de la marine à voile. Il décide de s'embarquer à bord de l'«Elseneur», un des rares quatre-mâts accomplissant encore la traversée de Londres à Melbourne. Le navire est dirigé par le commandant West, le second Pike et le lieutenant Mellaire. L'équipage a été recruté à la diable, dans les bouges du port. Il comprend notamment Bert Rhine, un repris de justice, O'Sullivan, un matelot poète qui rêve d'îles lointaines, Charles Davis, une tête brûlée, et quelques autres aventuriers sans foi ni loi.

Winna, la nièce du capitaine, une blonde piquante, est du voyage. La traversée sera fertile en péripéties. Le lieutenant Mellaire, flambeur invétéré, accumule les dettes de jeu, tandis que Pike, une brute épaisse, traite rudement les hommes, qui rêvent d'en découdre.

Une tempête d'une rare violence va échauffer les esprits. O'Sullivan, qui se dit amoureux de la jolie passagère, provoque Pathurst, en lequel il voit un rival, Davis l'expédie froidement par-dessus bord. Mellaire, sommé par le commandant de cesser de jouer, l'assassine lâchement, ce crime met le feu aux poudres. La mutinerie éclate. Quelques marins restés fidèles se réfugient sur la dunette, aux côtés de Pathurst, de miss West et du lieutenant Pike. Ils font front contre les insurgés, galvanisés par Bert Rhine, Davis et Mellaire.

Pike finit par confondre ce dernier et fait justice. Pathurst prend le commandement de l'«Elseneur» et a raison de la mutinerie avec l'aide de Winna, qui unira sa destinée à la sienne...

   
1937 L'homme de nulle part
Mathias Pascal, garçon naïf qui affectionne la chasse aux papillons, épouse Romilda la fille de la veuve Pescatore. Toutes deux profitent de la candeur de Mathias pour s'emparer des maigres économies de sa mère. Lorsqu'il revient au village après quelques jours d'absence, il assiste à son propre enterrement... le corps d'un vagabond ayant été identifié comme étant le sien!

D'abord surpris, Mathias Pascal entend profiter de cette erreur; voilà l'excellente raison pour disparaître définitivement et chercher fortune ailleurs. Au casino il joue et gagne une somme importante. Il se fixe à Rome et s'installe sous le nom d'Adrien Méis dans une pension de famille où il tombe amoureux de Louise, la fiancée d'une sombre fripouille, Papiano.

Ce dernier est intrigué par cet étrange et riche locataire qui ne reçoit jamais de courrier. Un jour, il lui dérobe son argent. Adrien Méis, n'ayant pas ses papiers, ne peut porter plainte par crainte d'ennuis avec la police. Redoutant que la vérité sur son identité ne se fasse jour, Mathias Pascal s'enfuit à nouveau.

De retour chez lui, une autre surprise l'attend. Sa femme s'est remariée avec l'insipide fils du maire. Bien décidé à ne pas troubler leur bonheur, Mathias exige de lui un certificat d'état-civil en bonne en due forme au nom d'Adrien Méis. De retour à Rome, Adrien épouse la douce Louise.

   
1937 L'alibi

Avec : Erich von Stroheim (Winckler), Louis Jouvet (Commissaire Calas), Jany Holt (Helene), Albert Préjean (Laurent). 1h24.

Alors que le professeur Winckler, maître es sciences occultes et télépathe célèbre exécute son numéro au "Femina", un cabaret réputé, celui-ci, reconnaît parmi les spectateurs un Américain, Gordon, à qui il a voué une haine tenace lorsqu'il a su que cet homme était l'amant de sa femme...

   
1938 L'affaire Lafarge
En Corrèze, dans son château du Glandier, le maître de forges Charles Lafarge agonise. Sa mère Adelaïde et sa sœur Aména sont persuadées que son épouse Marie est en train de l'empoisonner. D'autant que cette dernière a souvent fait acheter de l'arsenic par le régisseur Denis sous prétexte de tuer les rats qui infestent effectivement les lieux.

Lafarge meurt. Il y a procès en cours d'assises, à Tulle. Sa veuve, accusée, trouve un ardent défenseur en la personne de l'avocat Lachaud, qui évoque comment la jeune femme a pu se retrouver ici.

Parisienne romanesque, issue d'une famille aisée, Marie Capelle a été mariée très jeune à un homme plus vieux qu'elle, et de plus brutal, vulgaire et jaloux. Elle va de déception en déceptionp; nuit de noces ratée dans une auberge, arrivée au Glandier, un lieu épouvantable, contrairement à ce qu'avait dit Lafarge, découverte de sa belle-famille, possessive et superstitieuse...

Le tribunal aura bien du mal à apprécier les faits, d'autant que la science se contredit quant à la présence d'arsenic dans le corps de Lafarge. Malgré le doute, qui subsistera, Marie Lafarge est condamnée à la réclusion perpétuelle.

   
1938 La maison du Maltais

Avec : Viviane Romance (Safia), Marcel Dalio (Matteo (sous le nom Dalio) (sous le nom Dalio)), Jany Holt (Greta), Pierre Renoir (Chervin), Louis Jouvet (Rossignol). 1h30

Matteo, le vagabond, est un conteur d'histoires, un vrai poète. Safia est une prostituée, la plus belle de la maison tenue à Sfax par Rosina. Lorsque Matteo rencontre Safia, il croit voir une des créatures de rêve de ses contes et, aussitôt, l'aime à la folie. Touchée par tant d'amour, Safia se donne à cet étrange amant et le suit dans la maison de son père, au bord du désert. Un enfant va naître.

Matteo doit travailler. Mais il se trouve mêlé à une bande de contrebandiers et, un soir, ne peut rentrer auprès de Safia. Celle-ci, chassée par son beau-père et perdue dans le désert, est recueillie par un savant, André Chervin, qui lui propose de devenir sa femme et de le suivre à Paris. Lorsque Matteo revient, la maison est vide et le, beau rêve envolé...

A Paris depuis trois ans, Madame Chervin vit la paisible existence d'épouse d'un homme respecté et de mère d'une délicieuse fillette, Le passé est loin... Jusqu'au jour où la petite lui raconte l'histoire entendue cet après-midi, au square, de la bouche d'un si gentil monsieur... Matteo!

Safia n'a qu'une solution, rencontrer son amant et lui faire croire qu'elle est toujours prostituée et seule. Le stratagème aurait pu réussir si un certain Rossignol, trop bien informé, n'avait entrepris de monnayer, très cher, son silence auprès de Safia. Celle-ci, affolée, vend ses bijoux et ne peut plus cacher ta vérité à Chervin. Le couple va se désagréger mais Matteo, qui a tout compris et se sait de trop, intervient. Il réconcilie les époux et disparaît dans la mort.

   
1939 Le dernier tournant

Avec : Fernand Gravey (Frank), Michel Simon (Nick Marino), Marcel Vallée (Le juge), Auguste Bovério (Le prêtre). 1h30.

Errant sans travail dans le sud de la France, Franck devient l'employé et l'homme de confiance de Nick Marino, qui tient au cœur des montagnes provençales une auberge-station-service. Nick est laid, pas très malin, bon, marié à la jeune, très jeune et très belle Cora. Cette dernière déteste son mari...

   
1943 Todo un hombre
   
   
1944 El muerto falta a la cita
   
   
1945 Se abre el abismo
   
   
1956 Viaje sin regreso
   
   
1946 La foire aux chimères

Un graveur et faux monnayeur est amoureux d'une jeune aveugle. Quand celle ci retrouve la vue suite a une opération, elle découvre l'horrible visage de son protecteur et fuit avec un ancien partenaire, tandis que le graveur se jette par une fenêtre.

   
1948 Clochemerle

Avec : Félix Oudart (Le curé Ponosse), Saturnin Fabre (Bourdillat), Jean Brochard (Piéchut), Maximilienne (Justine Putet), Roland Armontel (L'insituteur Tafardel), Jane Marken (La baronne de Courtebiche). 1h30.

Clochemerle-en-Beaujolais est à peine plus grand qu'un village. On y vit heureux, sans souci. Et pourtant, il semble y avoir un abîme infranchissable entre ceux qui, le dimanche, fréquentent l'église du brave curé Ponosse et ceux qui constituent tous les jours la clientèle d'Arthur Torbayon, le tenancier de l'auberge locale.

Les premiers se rassemblent autour de Justine Putet, vieille fille qui attire toutes les cancanières du village, et de la baronne de Courtabiche qui, à force de bonnes œuvres, prétend être la garante de la morale publique. De l'autre, le maire, Barthélemy Piéchut, l'instituteur Tafardel, au pince-nez mal équilibré et Toumignon, le propriétaire des Galeries Beaujolaises, un ivrogne que son épouse ridiculise avec nombre de Clochemerlins.

Le conflit entre les deux communautés va éclater à la faveur d'un événement "grave" : Piéchut a fait construire, le long du mur de l'église, une splendide vespasienne que Bourdillat, un ancien ministre, est venu inaugurer. Et Justine Putet, de sa fenêtre, voit tout ce qui se passe dans l'édicule !

Le curé, en chaire, tonne contre les élus; un pugilat ravage l'église. Hippolyte Foncimagne, le don Juan local, est le premier blessé et Judith le soigne avec amour. Le maire s'affole; l'armée intervient à la suite de l'erreur d'un fonctionnaire; le couvre-feu est décrété.

De beaux militaires séduisent les Adèle Torbayon, Judith Toumignon et autres Rose Bivaque, ravies de l'aubaine. Il faut renvoyer la troupe, car les maris se fâchent. Le calme est enfin revenu à Clochemerle qui, maintenant, dispose de trois vespasiennes...

   
1951 Sang noir
   
   
1952 El ídolo
   
   
1954 Confesiones al amanecer
   
   
1956 Section des disparus
Juan a épousé Mendi pour sa fortune. Quand celle-ci apprend qu'il la trompe, elle tente de le retenir en le menaçant de lui couper les vivres, sachant que s'il divorce, il redevient pauvre. Il décide de se faire passer pour mort...
   
1958 Rafles sur la ville

Avec : Charles Vanel (Léonce Pozzi, dit 'Le Fondu'), Bella Darvi (Cri Cri), Danik Patisson (Lucie Barot), Michel Piccoli (L'inspecteur Vardier, de la P.J.), François Guérin (L'inspecteur Gilbert Barot, de la P.J.), Marcel Mouloudji (Lucien Donati, dit 'Le Niçois'). 1h22.

Au cours de son évasion, un dangereux gangster - Pozzi, dit " le Fondu " - abat un des deux policiers lancés à ses trousses. L'autre, l'inspecteur Paul Vardier, jure de venger son camarade. Il se voit adjoindre par le commissaire Brévet un tout jeune inspecteur, Gilbert Barot qu'il va mettre au courant, non sans condescendance. Vardier, en effet, est un homme cynique, sûr de lui et de son pouvoir de séduction sur les femmes, mis au service de ses ambitions professionnelles.

Machiavélique, Vardier menace le neveu du " Fondu ", un petit truand qu'on appelle " le Niçois ", de le coffrer pour proxénétisme s'il ne lui indique pas la cachette de son oncle. Or, celui-ci, réfugié dans le sous-sol d'une boutique avec Cri-Cri, sa maîtresse, prépare un nouveau casse. celui d'un dépôt de fourrures. Lorsqu'il découvre, à temps, que son neveu l'a trahi, il l'abat froidement.

Fidèle à son personnage, Vardier a séduit Lucie, l'épouse de Barot. Mais il n'avait pas prévu d'en tomber amoureux ni d'être éconduit par la jeune femme. Aussi est-il particulièrement dépité et nerveux lorsque la police, informée par "le Niçois ", intervient la nuit du casse; il envoie Barot, à sa place, à la poursuite du " Fondu". Celui-ci, en s'échappant, tue Taillis, un vieil inspecteur tout près de la retraite et qui avait voulu protéger Barot.

Peu après, grâce aux renseignements fournis par Loulou, la maîtresse du "Niçois ", "le Fondu " est arrêté. Dans le commissariat bourré de monde, le gangster jette la grenade qu'il cachait toujours sur lui. Pour éviter un carnage, Vardier se couche sur l'engin.

   
1958 Les jeux dangereux

Avec : Jean Servais (Fournier, le détective privé), Pascale Audret (Fleur), Joël Flateau (La Puce), Fabrice Bessy (Alain Leroy-Gomez), Jimmy Urbain (Le mécano), Jacques Moulières (Couscous). 1h35.

Alain Leroy-Comez, fils unique et choyé d'un couple de riches bourgeois, suit des cours de musique à Ménilmontant. Il y fait la connaissance d'une adolescente pauvre, Fleur, qui est le soutien matériel et moral de sa mère malade, et de son frère Julien, un garçon pratiquant le vol à la tire avec une bande de camarades du quartier, qui revendent leur marchandise chez un garagiste receleur, Bourdieux.

À la suite d'un « casse » manqué, Julien est arrêté. Fleur s'emploie à le tirer d'affaire. Mais il faut de l'argent pour payer l'avocat. Alain va servir d'appât : elle l'attire dans un guet-apens, le fait séquestrer par la bande et exige une rançon des parents fortunés. Le père Leroy-Gomez, affolé, confie le soin de se lancer sur la trace des ravisseurs à un de ses amis, Fournier, détective privé de son état. Celui-ci voit tout de suite qu'il a affaire à une bande de mineurs.

Fleur, cependant, s'est prise d'affection pour le prisonnier qui, après une tentative d'évasion, est menacé par ses geôliers des pires sévices : ils ont formé le projet de le noyer après paiement de la rançon. Heureusement, Fournier, aidé d'un jeune « indic », « La Puce », arrive à temps pour déjouer leurs plans. Il ramène Fleur et Alain chez les Leroy-Gomez. Mais Alain a changé. Il convainc ses parents d'assurer la défense de Julien, toujours sous les verrous. Ces derniers acceptent, contre la promesse de leur fils de ne jamais revoir Fleur.

   
1959 La bête à l'affût

Avec : Françoise Arnoul (Liliane), Henri Vidal (Daniel Morane), Gaby Sylvia , Agnès Laury , Michel Piccoli , Madeleine Barbulée . 1h35.

C'est jour de vente aux enchères, au profit des orphelins de la police, chez Élisabeth Vermont, jeune et riche veuve. La vente rapporte plusieurs millions qui sont peu après, dérobés à Maître Darcet le notaire qui les transportait dans une sacoche et qui a été assommé par des inconnus.

Le commissaire Guimard, soupirant malheureux d'Élisabeth, enquête sur ce vol en même temps que sur l'assassinat d'un gardien de prison par un évadé de la Centrale de Melun, Daniel Morane. Blessé, Morane trouve un abri chez les Vermont. Élisabeth, imprudente ou troublée, le soigne et n'avertit pas la police. Seule sa gouvernante, Maria, partage son secret Guéri Morane se prétend victime de la malchance, accusé et poursuivi à tort Bien plus, il suggère à Élisabeth, qui le rapporte à Guimard, que le notaire a pu simuler une agression pour s'emparer lui-même des millions.

Lorsqu'on découvre la sacoche vide chez Maître Darcet, celui-ci a beau nier, tout porte à le croire coupable Élisabeth tombe amoureuse de Daniel. Mais Gilberte, sa meilleure amie, a percé son secret et les amants doivent fuir. Au cours de leur cavale, la jeune femme a la révélation d'un Morane odieux, véritable truand qui a attaqué et volé le notaire puis a tué le gardien, un complice dont l'épouse, Agnès, est sa maîtresse.

Les fuyards, réfugiés dans un phare près de la frontière espagnole, sont rejoints par Guimard. Une brève poursuite dans l'escalier en colimaçon, une rafale de mitraillette et Morane tombe. " Elisabeth n'y est pour rien, je l'ai menacée pour qu'elle me cache " dit-il avant de mourir. Elisabeth éclate en sanglots; Guimard, qui n'est pas dupe, n'aura pas à inculper pour complicité celle qu'il aime.

   
1961 Les nuits de Raspoutine
  Depuis que Raspoutine, moine paillard, a rendu la santé au tsarévitch, il est le bienvenu a la Cour. Préconisant le salut par le péché, il se fait beaucoup d'ennemis masculins. A force de manigances, il devient le conseiller de l'impératrice et provoque de nombreux conflits. Il périt, assassiné par un prince qui avait juré sa perte.
   
1963 L'assassin connaît la musique...

Avec : Maria Schell (Agnès), Paul Meurisse (Lionel), Sylvie Bréal (Marie-Josée), Yvonne Clech (La veuve). 1h24.

Dans l'appartement qu'il partage avec sa fille Marie-Josée, Lionel Fribourg, comme tous les matins, est assis devant son piano : il compose une symphonie pour le prochain Festival de Vienne. C'est alors que se déclenche un vacarme de tous les diables : un atelier de carrosserie vient d'ouvrir en bas de l'immeuble ! Lionel fait poser un double vitrage à ses fenêtres ; le bruit est toujours infernal. Puis il se réfugie dans un studio d'enregistrement mais, tout autour, on chante, on danse, on joue de la batterie ! L'infortuné musicien erre dans les rues, rêvant d'une maison tranquille et isolée.

Un camion déboule, va l'écraser... Une jeune femme lui sauve la vie. C'est Agnès Duvillard. Elle est divorcée et habite, seule, un pavillon à Marly-le-Roi. Agnès est un rien godiche mais elle a du charme et, invité à Marly, Lionel, qui est veuf, a tôt fait de lui proposer le mariage. La belle tarde à répondre car son père, marin en retraite qui passe son temps à construire des maquettes de bateaux, va installer son atelier chez elle.

Pour contrecarrer ce funeste projet, Lionel se rend au village où Duvillard exerce son cacophonique hobby. Mais l'homme ne veut rien entendre. Lionel lui assène sur le crâne quelques coups de marteau vengeurs et déguise son crime en suicide. La police classe l'affaire. Convoquée sur les lieux du décès, Agnès y a retrouvé Francis, un lointain cousin. Le jeune homme, profitant de son chagrin, ouvre ses bras et son lit à Agnès, qui tient désormais Lionel à distance, invoquant la religion pour refuser de convoler tant que son ex-mari est vivant.

Pour venir en aide à son père, Marie-Josée se rend à Marly avec son amie Christine. Alors que cette dernière détourne l'attention d'Agnès, Marie-Josée séduit Francis. Plus expéditif, Lionel se débarrasse de l'ex d'Agnès en mettant le feu à la monture de celui-ci, cascadeur dans un film d'époque. Plus rien, pense le musicien, ne s'oppose à son union avec Agnès. Erreur ! La mort de l'ex-mari fait de Francis l'unique héritier de celui-ci et, donc, le propriétaire du pavillon de Marly.

Lionel est au désespoir. Mais, miracle, au cours d'une réception, il rencontre Graziella, jolie veuve qui vit seule avec son père, pianiste, dans une villa isolée. Lionel saute sur l'occasion et, nouveau miracle, le père meurt d'un coup de couvercle de piano sur le crâne ! Au cimetière où l'on enterre le père de Graziella, Agnès fleurit la tombe de son défunt époux. Les deux veuves, en se parlant, devinent le rôle joué par Lionel dans leur malheur. Ce dernier se retrouve en prison, enfin au calme pour terminer sa symphonie à laquelle tous les détenus, rassemblés autour de la radio, feront un triomphe.

   
1970 Les libertines
(Sous le pseudonyme de Dave Young). Une étrange maison de repos où les malades se livrent à des jeux fort érotiques alors que la directrice est convoitée par trois personnes, un châtelain, un docteur et un gangster.
   
   
   
   
Retour à la page d'accueil

(1904–1990)
25 films
   
   
1