Né le 18 août 1906, aux Batignolles, à Paris. Son père était artisan ébéniste. D'abord assistant-opérateur de prises de vues en 1928, pour Jacques Feyder et en 1929, pour Richard Oswald. Pendant l'été 1929, Marcel Carné, avec le concours de Michel Sanvoisin, tourne son premier film : un court-métrage poétique sur les guinguettes des bords de Marne, Nogent Eldorado du dimanche. De 1930 à 1933, avec Jean Aurenche pour les scénarios et Paul Grimault pour les décors, il réalise de courtes bandes publicitaires. Il est aussi journaliste et critique. En 1930, Marcel Carné avait été l'assistant de René Clair pour Sous les toits de Paris. De 1933 à 1935, il retrouve Feyder dont il est l'assistant : et c'est en 1936 qu'il aura l'occasion de tourner son premier long métrage : Jenny, avec la participation de Jacques Prévert pour les dialogues.

Marcel Carné connaît un succès mondial avec l'apogée du "réalisme poétique" qui sera si souvent évoqué et imité par la suite. La carrière de Marcel Carné se partage ensuite entre les œuvres d'évasion poétiques (Les visiteurs du soir, Juliette ou la clé des songes) et les reconstitutions réalistes (Les portes de la nuit, La Marie du port, Thérèse Raquin, L'air de Paris).

Marcel Carné fait débuter Gilbert Bécaud à l'écran avec Le pays d'où je viens (1956), une fantaisie musicale où il utilise la couleur pour la première fois. En 1958, il remporte, à nouveau, un grand succès public avec Les tricheurs, tableau étriqué et artificiel de la jeunesse du Saint Germain-des-Prés d'après-guerre, avec Pascale Petit, Laurent Terzieff et Jacques Charrier. Terrain vague (1960) et Les jeunes loups (1967) exploiteront sans succès la même veine. Du mourron pour les petits oiseaux (1962) est une comédie d'après un roman d'Albert Simonin, avec Paul Meurisse. Trois chambres à Manhattan (1965) est l'adaptation à l'écran d'un roman de Georges Simenon, avec Maurice Ronet et Annie Girardot (qui remporta le Prix de la Meilleure Interprétation Féminine à Venise). Les assassins de l'ordre (1971), avec Jacques Brel, est un appel généreux à la responsabilité des citoyens. Inspiré de H.-G. Wells, La merveilleuse visite (1974) met en scène un ange tombé du ciel : Gilles Kohler. La Bible (1976) dépeint les mosaïques de la basilique de Monréale, en Sicile, d'après " La Sainte Bible", de Don Raffaello Lavagna.

En 1979, Marcel Carné a publié un livre de souvenirs intitulé " La vie à belles dents " (Éditions Jean Vuarnet). Il est mort le 31 octobre 1996, à Clamart dans les Hauts-de-Seine.

Ressources internet : www.marcel-carne.com

Filmographie :

1929 Nogent, Eldorado du dimanche
 

C'est un dimanche comme on n'en fait plus, à Nogent, sur les bords de la Marne. Ce qu'a vu un Marcel Carné de 20 ans, tout seul, sa caméra à la main, est un jaillissement de lumière et d'ombre, de foules ensoleillées, d'eaux accueillantes, de peupliers tranquilles, de baigneurs musculeux et sans chagrins, la fête de l'homme et de la femme. Un beau dimanche populaire d'avant la grande crise économique (1929), d'avant la guerre, d'avant la destruction des rivages de la Marne par la voiture, la construction, la pollution.

Les voilà tous en route vers les lieux sacrés de la tribu, les "bords" mythiques de la Marne. Ils sont presque tous en costume sombre sous le canotier clair. Les femmes, moins nombreuses que les hommes, portent des chapeaux cloche, des "renards", malgré la chaleur, des jupes très courtes, des bas très noirs ou très blancs. Bientôt, du grouillement lumineux se détachent des silhouettes, les corps, les visages de quelques individus. Un éblouissant rameur de skiff, ange élégant et musclé. Un militaire allongé, écrasé de sommeil, guerrier de la Guerre de Cent Ans, avec ses bandes molletières, sans visage, mais exhibant tous les clous réglementaires de ses formidables brodequins. Ou encore c'est la courbe épaisse et douce d'un gamin bien charnu qui pêche, couché sur le ventre. Et c'est encore l'éclair comique, à bout portant, de deux fesses qui s'envolent en haut d'un plongeoir.

   
1936 Jenny
  Avec : Françoise Rosay (Jenny), Albert Préjean (Lucien), Lisette Lanvin (Danielle), Charles Vanel (Benoit), Roland Toutain (Xavier), Sylvia Bataille (Florence), Jean-Louis Barrault (Camel), Robert Le Vigan (L'albinos) et Margo Lion (Madame Vrack). 1h45

Danielle, jeune fille d'apparence fort convenable, voit ses fiançailles brusquement rompues. Blessée, elle regagne Paris pour y retrouver sa mère, ce qui complique les affaires de cette dernière. En effet, maîtresse-femme, elle dirige sous un masque de respectabilité un cabaret plus ou moins louche: Chez Jenny. Elle a de plus un jeune amant, Lucien, que Benoît, l'associé de Jenny, considère d'un mauvais œil. Le hasard veut que Danielle, ignorante des activités de sa mère, franchisse le seuil de la boîte de nuit, y subisse les avances d'un client, l'Albinos, et soit débarrassée de l'importun par Lucien. Gagnée par la sympathie du jeune homme, elle se confie à lui et un sentiment plus tendre s'installe entre eux. Cependant la jalousie de Benoît, aiguisée par les méchancetés de l'infirme Dromadaire, va déclencher une bagarre où Lucien est sérieusement blessé. C'est en allant à la clinique lui rendre visite que Jenny aperçoit sa fille, comprend l'amour des jeunes gens, et, s'avouant vaincue, vieillie tout à coup, s'éloigne et s'efface.

   
1937 Drôle de drame

Avec : Michel Simon (Irwin Molyneux), Françoise Rosay (Margaret Molyneux), Louis Jouvet (Archibald Soper). 1h34.

Londres, 1900. Le professeur de botanique Irwin Molyneux écrit, à l'insu de tous, sous le pseudonyme de Félix Chapel, des romans policiers. Or, son cousin Monseigneur Soper, l'évêque de Bedford, dénonce l'influence pernicieuse de ces "mauvais livres"...

   
1938 Le quai des brumes

Avec : Jean Gabin (Jean), Michel Simon (Zabel), Michèle Morgan (Nelly), Pierre Brasseur (Lucien), René Génin (Le médecin).1h31.

Jean, un déserteur, arrive au Havre en camion et recherche un abri avant de quitter la France. Il est hébergé dans une cabane au bout des quais par l'étrange et chaleureux Panama. Il fait la connaissance d'un curieux peintre, Michel et d'une belle jeune fille triste, Nelly. Elle est terrorisée par son tuteur, un homme assez louche, Zabel, lui-même guetté par un petit groupe de voyous dont le chef est Lucien. Celui-ci est un personnage veule. Jean le gifle devant ses acolytes un matin où il importune Nelly...

   
1938 Hôtel du nord

Avec : Annabella (Renée), Jean-Pierre Aumont (Pierre), Louis Jouvet (Monsieur Edmond), Arletty (Raymonde). 1h35.

Au bord du canal Saint-Martin, le modeste Hôtel du Nord accueille une clientèle de petites gens. Ce soir-là un couple d'amoureux demande une chambre pour la nuit : Pierre et Renée ont décidé de mourir ensemble. Mais si Pierre a bien tiré sur son amie, il n'a pas le courage de se tuer. Dès qu'il entend la détonation leur voisin, Monsieur Edmond, enfonce la porte... il laisse Pierre s'enfuir. Celui-ci, au petit jour, se constituera prisonnier. Renée, transportée à l'hôpital, est sauvée; comme elle ne sait où aller et n'a personne au monde elle revient à l'Hôtel du Nord où elle accepté de travailler comme bonne...

   
1939 Le jour se lève
Avec : Jean Gabin (François), Jules Berry (M. Valentin), Arletty (Clara), Mady Berry (La concierge). 1h33.

François, l'ouvrier sableur, vient de tuer un homme. R resté seul dans sa chambre que va bientôt assiéger la police, il se souvient .Il a rencontré Françoise, la fleuriste, à l'usine où elle venait livrer une commande pour la femme du directeur. Il en est tombé amoureux mais elle le repousse gentiment....

   
1942 Les visiteurs du soir

Avec : Arletty (Dominique), Marie Déa (Anne), Fernand Ledoux (Le baron Hugues), Alain Cuny (Gilles), Pierre Labry (Le seigneur). 2h03.

"Or donc, en ce joli mois de mai 1485 Messire le Diable dépêcha sur terre deux de ses créatures afin de désespérer les humains..." Gilles et Dominique, deux ménestrels, se rendent au château du baron Hughes où l'on doit célébrer le mariage de sa fille Anne avec le chevalier Renaud. ..

   
1945 Les enfants du paradis

Avec : Arletty (Garance), Jean-Louis Barrault (Baptiste Deburau), Pierre Brasseur (Frédérick Lemaître). 3h10.

Le boulevard du Temple, au temps de Louis Philippe, avec ses théâtres où se jouent chaque soir des mélodrames aux sanglants dénouements, a été surnommé "Le Boulevard du Crime". C'est là que le comédien Frédérick Lemaitre aborde la belle Garance, mais elle rejoint son ami Lacernaire, personnage inquiétant. Tandis qu'ils regardent la parade des Funambules. Lacenaire vole une montre et disparaît. Garance va être accusée lorsque Baptiste Debureau, sous son maquillage de Pierrot, mime la scène. Garance en signe de reconnaissance lui jette une fleur....

   
1946 Les portes de la nuit

Avec : Pierre Brasseur (Georges), Serge Reggiani (Guy Sénéchal), Yves Montand (Jean Diego), Nathalie Nattier (Malou). 1h40.

Février 1945, à Paris. Diego sort du métro Barbès-Rochechouart. Il se rend chez la femme de son copain Pierrot Lécuyer pour lui annoncer sa mort devant le peloton d'exécution des occupants nazis. Or, Pierrot est bel et bien vivant....

   
1949 La Marie du port

Avec : Jean Gabin (Henri Chatelard), Nicole Courcel (Marie le Flem), Claude Romain (Marcel Viau), Blanchette Brunoy (Odile le Flem). 1h28.

A Cherbourg M. Henri Chatelard est l'heureux propriétaire d'une grande brasserie et d'un cinéma, ses affaires marchent bien et il y consacre tout son temps. Odile Le Flem, sa maîtresse, rêve d'un salon de coiffure à Paris mais se borne à paresser dans sa chambre. Son père venant de mourir, la jeune femme accompagnée de Chatelard se rend à l'enterrement à Port-en-Bessin. Tandis que Chatelard tue le temps au café Josselin, les oncles et les tantes se distribuent la progéniture du défunt. Seule, Marie, la cadette d'Odile, se dérobe.....

   
1951 Juliette ou la clé des songes

Avec : Gérard Philipe (Michel Grandier), Jean-Roger Caussimon (Le prince / M. Bellanger), Suzanne Cloutier (Juliette), Gabrielle Fontan (L'épicière), René Génin (Père La jeunesse / Le greffier), Roland Lesaffre (Le légionnaire), Yves Robert (L'accordéoniste). 1h46.

Trois hommes se trouvent dans une cellule. L'un d'eux, Michel, dort. Il rêve qu'il arrive dans un village dont il demande le nom à une vieille femme. Celle-ci ne répond pas : c'est le pays de l'Oubli où tous les habitants sont amnésiques. Il cherche Juliette, celle qu'il aime dans la réalité. Au cours de ses pérégrinations, il croise divers personnages, dont un bossu et un accordéoniste qui retrouve ses souvenirs en jouant des airs. Enfin Michel rencontre Juliette. Ils s'échangent des promesses d'amour et se séparent après s'être donnés rendez-vous dans la forêt. Après avoir été rossé par un policier qui lui demande ce qu'il a fait avec Juliette. Michel est présenté au châtelain. Ce châtelain, sorte de Barbe Bleue, croit avoir un passé commun avec Juliette qu'il veut épouser. Michel se rend ensuite dans la forêt où il rencontre plusieurs personnes : un marchand de souvenirs, le père La Jeunesse, un légionnaire qui demande son passé à un chiromancien. Michel retrouve enfin Juliette. Pour qu'elle se souvienne de lui, il va chercher chez le marchand de souvenirs un châle. Mais, entre temps, le châtelain s'est installé près de Juliette et lui fait vite oublier Michel. Ce dernier essaiera de la reconquérir mais sera ridiculisé en public. La sonnerie de la prison le réveille. On lui annonce que la plainte a été retirée : il avait volé son patron - le châtelain dans le rêve - par amour pour Juliette. Le patron, qui va épouser Juliette, lui pardonne. Après avoir revu Juliette une dernière fois, Michel s'enfuit dans les rues. Il passe une porte où est inscrit " Danger". et se retrouve dans le village.

   
1953 Thérèse Raquin

Avec : Simone Signoret (Thérèse Raquin), Raf Vallone (Laurent), Jacques Duby (Camille Raquin), Maria-Pia Casilio (Georgette). 1h43.

Camille Raquin, homme de piètre envergure, a épousé sa cousine Thérèse qui n'est pas heureuse avec lui. Thérèse est vendeuse à la mercerie que tiennent sa tante et belle-mère, laquelle ne jure que par son fils. Un soir, Raquin, saoul est ramené par un camionneur italien, Laurent qui devient l'amant de Thérèse...

   
1954 L'air de Paris

Avec : Jean Gabin (Victor Le Garrec), Arletty (Blanche Le Garrec), Roland Lesaffre (André Ménard), Marie Daëms (Corinne), Maria-Pia Casilio (Maria), Ave Ninchi (Angéla), Simone Paris (Chantal). 1h50.


Victor Le Garrec a eu dans sa vie une grande passion, la boxe. Il a réussi à ouvrir et à diriger une salle d'entraînement où il essaie de dénicher des poulains. Blanche, sa femme, l'aide de son mieux sans partager son enthousiasme et en rêvant de se retirer sur la Côte d'Azur. La rencontre d'un modeste employé à la SNCF, André Ménard, va tout à coup changer la vie de Le Garrec. Il discerne dans ce jeune garçon mieux qu'un espoir : un futur champion. Il le décide à venir habiter chez lui pour l'avoir constamment sous la main, ce qui n'est pas pour satisfaire Blanche. Personne ne doit venir troubler l'entraînement, mis à part le couple d'épiciers du coin dont la fille Maria qui n'est pas insensible au charme d'André. Victor Le Garrec ne pouvait évidemment prévoir qu'en assurant son service en gare, le jeune homme allait tomber follement amoureux d'une ravissante jeune femme aperçue à la fenêtre d'un train. Un objet égaré permet aux jeunes gens de se retrouver et un peu troublée, Corinne promet à André d'assister à son premier match. En effet, ce jour-là, elle est au premier rang. André, fou de joie, gagne brillamment et entame un grand amour partagé avec Corinne. Mais Victor veille. André hésite, va-t-il suivre la jolie fille au hasard de sa vie mondaine, ou continuer dans la voie du succès que lui a ouverte Le Garrec ? Corinne comprend ce qu'elle doit faire, elle quitte Paris en renonçant à un bonheur trop précaire. Abandonné, amèrement déçu, se croyant trahi, André Ménard retrouvera pourtant la fidèle amitié de Victor, balayant les souvenirs et dégageant l'avenir.

   
1956 Le pays d'où je viens

Avec : Françoise Arnoul (Marinette Ardouin), Gaby Basset , Gilbert Bécaud (Eric Perceval / Julien Barrère). 1h34.

Eric Perceval est un fils de bonne famille en vadrouille sur le compte en banque de papa. Son oncle engage des hommes de mains pour le retrouver et le ramener au sein de la famille. Mais un soir de Noël, Eric entre dans une brasserie où est employé un pianiste qui lui ressemble trait pour trait.

   
1958 Les tricheurs

Avec : Jacques Charrier (Bob Letellier), Pascale Petit (Mic), Andréa Parisy (Clo), Laurent Terzieff (Alain), Roland Lesaffre (Roger), Dany Saval (la fiancée de Bernard), Jacques Portet (Guy), Pierre Brice (Bernard), Anne-Marie Coffinet , Jacques Marin (Félix). 1h59.

Bob, fils de famille, rencontre par hasard Alain qui vient, pour le geste, de voler un disque dans un magasin. Une sorte de sympathie naît entre eux. Bob le présente à ses copains et l'emmène à une surboum chez Clo, la fille d'un diplomate. Au cours de la soirée, il devient l'amant de Clo qui lui présente Mic. Cette dernière et Bob se revoient mais prisonniers de leurs personnages et de la comédie qu'ils se jouent à eux-mêmes comme aux autres, ils n'osent s'avouer leur amour. Le malentendu s'aggrave lorsque Mic croit que Bob veut se livrer à une opération de chantage qui doit rapporter à la jeune fille l'argent nécessaire à l'achat d'une voiture. Par dépit, Mic se donne à Alain alors que Bob a décidé de mener seul cette dangereuse opération. Mic se rend alors compte de son erreur. Une surboum les réunit dans le château de Clo. On y joue au jeu de la vérité. Sous le regard d'Alain, Mic ment pour cacher son amour; Bob également. De plus par bravade, il annonce ses fiançailles avec Clo. Mic ne peut en supporter davantage. Elle saute dans sa "jag". Bob la poursuit. La Jaguar percute un camion. Mic meurt à l'hôpital. Bob, brisé, ne trichera plus.

   
1960 Terrain vague

Avec : Claudine Auger , Jean-Louis Bras , Maurice Caffarelli , Dominique Dieudonné , Danièle Gaubert , Roland Lesaffre , Pierre Richard , Denise Vernac. 1h40.

Cela se passe en bordure d'une H.L.M. parisienne, sur un vaste terrain vague où peuvent se retrouver ou se réfugier les jeunes dont les familles peuplent l'immense bâtiment. Les jeunes aiment alors à se grouper en bandes où l'on officie dans une commune révolte contre les adultes. Une jeune et jolie fille, Dan, est le chef d'une de ces bandes. Son bras droit, Lucky, est beau et prompt à la bagarre. Tous deux s'aiment sans doute mais feignent de l'ignorer, et tout le monde se retrouve dans une vieille usine désaffectée. Mais des nouveaux vont apparaître. D'abord le tout jeune Babar qui se soumet tout de suite aux cérémonies d'initiation tant son admiration pour Dan est profonde. Arrive malheureusement ensuite "le grand Marcel" qui, lui, est un délinquant en rupture de centre de redressement. Jusqu'alors les jeux des vont prendre dangereuse tournure, Marcel essayant de créer un véritable gang. Il jette aussi son dévolu sur Dan dont il voudrait faire sa maîtresse. Celle-ci résiste. Par vengeance, Marcel la fait exclure du groupe. Mais Lucky veille et, à son tour, se heurte à Marcel. Celui-ci lâche la bande dont les gosses, furieux, s'emportent contre Lucky et contre Babar. Insulté, Babar a son chien tué, il cherche du secours près de Dan et la trouve dans les bras de Lucky. Bouleversé, Babar se précipite dans l'usine, grimpe l'escalier et, pour prouver qu'il n'est pas un lâche, se jette du troisième dans le vide. Il résulte de ce drame une prise de conscience collective. Dan et Lucky s'éloignent définitivement. Elle le pousse à devenir mécanicien comme il l'a toujours souhaité. Et sur le terrain vague, silencieux maintenant et vide, s'édifiera peut-être un centre de jeux pour jeunes enfants.

   
1962 Du mouron pour les petits oiseaux
Avec : Paul Meurisse, Dany Saval, Roland Lesaffre. 1h47

Dans son quartier, M. Armand passe pour être un homme des plus respectables. Son flegme en impose et aussi le fait qu'il est propriétaire d'un immeuble de rapport. Toutefois son honorabilité n'est que de façade, M. Armand est un ancien truand qui s'est assagi, mais qui surveille du coin de l'œil les agissements de ses locataires surtout lorsqu'il s'agit d'argent.
Ainsi Mlle Lucie, entraîneuse dans une boîte de nuit, est toute disposée à se vendre à son voisin du dessous, boucher de son état. Lucie, pleine de sentiment, souhaite offrir une belle voiture à l'italien, son amant. Lucie n'a pas de chance, le boucher a vu son portefeuille subtilisé par sa propre épouse qui achète ainsi les faveurs du commis, Jojo. Tout ce joli monde sait d'autre part que dans leur immeuble persiste à vivre une centenaire qui bat la campagne, mais dont le magot est, paraît-il, fort coquet. La mort subite de la vieille dame semble étrange à la police qui vient enquêter. Ce remue-ménage inquiète fort M. Armand prisonnier d'un passé peu reluisant.
Il combine alors un coup audacieux : il achète la voiture que souhaite Lucie et convainc la fille de partir avec lui sur la Côte d'Azur. Celle-ci, fine mouche, se débarrasse du gangster à la première station-service et file dans l'auto avec le bas de laine de la centenaire. Malheureusement pour elle, le subtil Armand avait transféré le trésor d'une boîte de bonbons à une vieille mallette, que Lucie jette avec désinvolture au fond d'une rivière.

   
1965 Trois chambres à Manhattan

Avec : Annie Girardot (Kay Larsi), Maurice Ronet (Francois Comte), O.E. Hasse (Hourvitch), Roland Lesaffre (Pierre), Gabriele Ferzetti (Comte Larsi), Geneviève Page (Yolande Combes), Robert Hoffmann (Thierry), Margaret Nolan (June). 1h50.

" Deux français paumés vivant à New York font connaissance dans les vapeurs de l'alcool, s'aiment sans véritable désir l'un de l'autre. comme ça, presque pour passer le temps qui s'écoule interminablement.. Lui s'appelle François. Alors qu'il était devenu un acteur connu, il quitta tout à coup la France sur un coup de tête sentimental, mais les lumières d'Hollywood ne furent pour lui que des mirages et il recherche maintenant à New York de quoi vivre grâce à la télévision. Elle, c'est Kay. Elle avait cru trouver le bonheur avec Larsi, un authentique comte italien, la lassitude, l'ennui ont eu raison d'elle. Elle a fui son mari et son enfant. Elle vit péniblement elle aussi, partageant l'appartement d'une amie qui vient d'ailleurs de partir sans laisser d'adresse. C'est alors qu'elle rencontre François et que tous deux essaient de mettre en commun leurs détresses et de s'épauler mutuellement. Essai sans amour pour lutter contre l'asphyxie. Sans amour, mais non sans jalousie. Un homme, Pierre, surgit A-t-il été l'amant de Kay ? Soupçonneux. François écoute le producteur de T.V. qui l'adjure de se méfier de Kay et qui l'aiguille vers une fort séduisante actrice. Ce n'est qu'à la suite d'une courte séparation qu'ils finissent par comprendre la force de leur amour, sans même que celui-ci leur donne le ressort qui leur manquait. " (Marcel Carné).

   
1967 Les jeunes loups
Avec : Christian Hay (Alain), Yves Beneyton (Chris), Haydée Politoff (Sylvie), Gamil Ratib (Prince Linzani), Elizabeth Teissier (Princesse Linzani) , Bernard Dhéran (Jean Noel), Maurice Garrel (Ugo Castellini), Elina Labourdette (Madame Sinclair), Serge Leeman (Jojo), Roland Lesaffre (Albert),

Alain a vingt ans. De condition modeste, il a misé sur le charme que lui confère sa beauté pour se pousser dans l'existence. Il vit pour l'instant aux crochets de la princesse Linzani, fastueuse dame qui l'entretient dans une cage dorée. Un séjour sur la Côte d'Azur provoque la rencontre d'Alain et de Sylvie. Cette jeune personne qui affecte volontiers des airs émancipés n'a cependant aucun amant; Alain va être le premier, mais, la nuit passée, le garçon se hâte de rentrer chez la princesse.
Déçue, Sylvie traîne sa tristesse dans Paris. Elle y fait la connaissance d'un aimable beatnik, Chris, qui l'emmène dans une boîte où justement Alain se trouve. Le jeune homme semble heureux de la revoir. Sylvie ne demande qu'à pardonner, mieux, elle lui propose un travail chez un photographe de ses amis. Mais Alain ne peut s'adapter au moindre travail; de plus, il commet un vol. Mis en demeure de rembourser, il s'emploie en vain à faire chanter la princesse, puis finit par extorquer la somme, en échange de ses bons offices, à Mme Sinclair, dont il devait décorer l'appartement. " Empruntant " une voiture, Alain emmène Sylvie passer un doux week-end à Deauville, après quoi il doit entrer au service d'un riche promoteur d'immeubles. Sylvie comprend très vite que ce monsieur multiplie les aventures homosexuelles : accablée, elle quitte Paris, retourne au Cannet. C'est là qu'elle voit revenir Alain, ramené par Chris. Les promesses pleuvent : travail, probité, pourquoi pas fidélité. Sylvie ne veut croire qu'à l'instant qui passe : la Côte est trop belle; la vie qui les cerne, trop luxueuse, les tentations trop évidentes pour que cesse de hurler la meute des jeunes loups.

   
1971 Les assassins de l'ordre
 

Avec : Jacques Brel (Bernhard Level), Catherine Rouvel (Danièle Lebegue), Paola Pitagora (Laura), Charles Denner (Graziani), Michael Lonsdale (Inspecteur Bertrand). 1h47.

Le juge Level a pour mission d'enquêter sur la mort d'un certain Saugeat, arrêté un matin de décembre par deux inspecteurs de police. Aucun des témoins ne paraît très loquace. Seule une prostituée, Danièle Lebègue, ayant appris la mort de Saugeat, se présente d'elle-même au juge. Elle lui apprend que c'est sur les conseils du commissaire Bertrand qu'elle avait été invitée à quitter Paris pour quelque temps. Level est soutenu par la presse et les étudiants. Son enquête se heurte à de nombreux obstacles dressés par ceux qui craignent que la vérité éclate : son fils, François, est arrêté dans une rafle et l'on découvre de la drogue sur lui; son amie, antiquaire, est accusée de recel; le protecteur de Danièle est menacé d'en prendre pour cinq ans si celle-ci persiste dans ses déclarations.
Level tient bon car il est persuadé que le commissaire Bertrand et les deux inspecteurs sont responsables de la mort de Saugeat : ils l'auraient interrogé un peu trop brusquement pour lui taire avouer un délit mineur.
Ce n'est que grâce à la confiance de son fils et de ses camarades étudiants que le juge Level trouve la force de se battre jusqu'au bout. Mais les jurés acquitteront les accusés. Ce jour-là, devant le palais de justice, monte la rumeur d'une manifestation.

   
1974 La merveilleuse visite
 

Avec : Gilles Kohler (Jean, l'ange), Roland Lesaffre (Ménard), Debra Berger (Déliah), Lucien Barjon (Le recteur), Mary Marquet (La duchesse), Yves Barsacq (Le docteur Jeantel). 1h45.

Un jeune homme retrouvé sur la plage et amené au presbytère, prétend être un ange. Mais la population croit à un subterfuge, et après avoir été le responsable d'un accident, le jeune homme se retrouve poursuivit par la foule et acculé à une falaise.

   
1976 La Bible
  Un documentaire sur des scènes de la Bible imagées par des mosaïques de Monreale en Sicile et des vues de Palestine commentées. 1h40.
   
1991 Mouche
  (Inachevé)
   
   
   
Retour à la page d'accueil

(1906 - 1996)
 23 films
   
 1