Alice, petite fille de six ans, fait toujours le même cauchemar. Son père la rassure, elle n'est pas plus folle que tous les gens bien et un pincement suffit à réveiller d'un cauchemar.

Désormais âgée de 19 ans, Alice, qui a perdu son père, doit se fiancer avec un aristocrate niais et suffisant. Elle fuit la cérémonie et se retrouve dans le monde fantastique qu'elle découvrit dans ses cauchemars d'enfant. Elle y retrouve ses amis le Lapin Blanc, Tweedledee et Tweedledum, le Loir, la chenille et le chat et, bien entendu, le Chapelier Fou. La jeune fille se lance alors dans une aventure extraordinaire au cours de laquelle elle accomplira son destin : mettre fin au règne de terreur de la redoutable Reine Rouge...

"Ce n'est pas la vraie Alice !" ne cesse de répéter Mac Twisp le lapin blanc, Mallymkun le loir, Tweedledee et Tweedledum et Absolem la chenille bleue alors qu'Alice est revenue parmi eux, treize ans après sa première venue dont elle ne garde aucun souvenir. "Ce n'est pas la vraie Alice !" se plaindront aussi les spectateurs qui voudraient retrouver tel quel le dessin animé de 1951. "Ce n'est pas le vrai Burton" se plaindront enfin ceux qui ne voient dans cette nouvelle adaptation du conte de Lewis Carroll que l'occasion de recycler un décor sans que Tim Burton ne penne soin de ses personnages.

Triple reproche pourtant injustifié puisque de savoir "qui est Alice ?" est justement le sujet du film et que ce n'est qu'à la fin du parcourt que l'on découvrira cette vraie Alice. Si Burton s'éloigne du dessin animé de 1951, c'est qu'il adapte aussi le conte suivant de Carroll, A travers le miroir transformant une succession d'aventures loufoques en un roman d'initiation avec aventures et affrontements. Enfin, si l'on retrouve nombre d'allusions aux anciens films de Burton, celui-ci prend la peine de dessiner une héroïne qui agit et se transforme.

D'un conte sur le non-sens au film d'aventures...

C'est le poème Jabberwocky qu'Alice lit dans le premier chapitre d'A travers le miroir qui fournit une grande partie de la matière de la fiction du film. Elle devra se préparer pour le jour frabieux où elle affrontera le Jabberwocky, animal terrible à qui la reine rouge doit tout son pouvoir même si elle est aussi aidée par l'oiseau Jujube, et le griffu Bandersnatch.

Ces animaux terribles que l'on ne connaissait pas dans Alice au pays des merveilles et qui ne sortent pas du poème dans le conte de A travers le miroir, Burton les fait se rencontrer dans le film et construit ainsi une fiction qui n'est plus une suite de rencontres où prédominent le non-sens mais un monde farfelu où les êtres marginaux parviennent à se trouver une identité.

A contrario, Tim Burton a coupé dans le bestiaire infini d'Alice au pays des merveilles. Il a gardé le loir mais éliminé la souris, le canard, le Dodo, le Lori, l'Aiglon, Bill le lézard, le pigeon, le lièvre de mars, le Griffon, la simili-tortue.

On retrouve des éléments de décors familiers du gothique de Tim Burton : les buissons taillés, le château et le père bienveillant et mort trop tôt proviennnent d'Edward. Les grosses têtes et la soif de destruction (coupez-lui la tête !) de Mars Attacks. Le personnage d'Ilosovic Stayne, le valet de coeur fait penser au cavalier inquiétant coupeur de têtes de Sleepy hollow. Têtes coupées que l'on retrouve dans les douves du château.

...comme une ode à la plussoyance

Burton reconstruit donc un monde à la mesure des romans d'initiation adolescent que furent Beetlejuice , Edward aux mains d'argent ou Sleepy Hollow. L'opposition est toujours très marquée entre un monde très noir, celui de la reine rouge ou plutôt de son valet de coeur et celui presque trop blanc de la reine Blanche. Mais au milieu, c'est le no man's land du domaine d'Alice et surtout du chapelier. Celui-ci, étrangement lié à la reine blanche, a vu son monde s'écrouler d'un coup et ne rêve que de danser à nouveau. Jamais, il n'est présenté comme un amoureux possible d'Alice.

Burton réussit donc une fois de plus à dépasser l'univers archaïque et inquiet pour imposer une morale extrêmement nette qui creuse les contes et les légendes pour en révéler le vide intérieur. Seul importe, en guise de morale aussi bien que d'esthétique, de faire tenir ensemble les personnages les plus disparates possibles qui ne pourront que s'inventer une morale nouvelle, celle du centre ayant disparue.

Alice comme tous les héros de Burton ne rejoindra jamais le monde sinistre des gens, bourgeois ou aristocrates, qui occupent la place, qui occupent le centre, acceptant les conventions et s'y ennuyant (Dans le roman de Carroll, Alice s'ennuyait auprès de sa sœur, ici son fiancé fricote avec une autre femme).

Alice devra affronter son destin, cesser de dire non à la violence pour devenir la vraie fille de son père, se transformer tel le chat et le papillon et devenir une aventurière. Les principales étapes en seront le vol sur le chapeau, le cheminement sur le Bandersnatch, le combat contre le Jabberwocky, autant d'épisodes qui ne sont jamais étirés en longueur mais des moments poétiques de plussoyance, moment d'envol de la jeunesse et de douceur des matières.

Jean-Luc Lacuve le 29/03/2010

 

Jabberwocky de Lewis Carroll
(poème dans le chapitre premier d'A travers le miroir, traduction de Henri Parisot)

`Twas brillig, and the slithy toves
Did gyre and gimble in the wabe:
All mimsy were the borogoves,
And the mome raths outgrabe.

"Beware the Jabberwock, my son!
The jaws that bite, the claws that catch!
Beware the Jubjub bird, and shun
The frumious Bandersnatch!"

He took his vorpal sword in hand:
Long time the manxome foe he sought --
So rested he by the Tumtum tree,
And stood awhile in thought.

And, as in uffish thought he stood,
The Jabberwock, with eyes of flame,
Came whiffling through the tulgey wood,
And burbled as it came!

One, two! One, two! And through and through
The vorpal blade went snicker-snack!
He left it dead, and with its head
He went galumphing back.

"And, has thou slain the Jabberwock?
Come to my arms, my beamish boy!
O frabjous day! Callooh! Callay!'
He chortled in his joy.

`Twas brillig, and the slithy toves
Did gyre and gimble in the wabe;
All mimsy were the borogoves,
And the mome raths outgrabe

Il e'tait grilheure; les slictueux toves
Gyraient sur l'alloinde et vriblaient:
Tout flivoreux allaient les borogoves;
Les verchons fourgus bourniflaient.

«Prends garde au Jabberwock, mon fils!
A sa gueule qui mord, à ses griffes qui happent!
Gare l'oiseau Jubjube, et laisse
En paix le frumieux Bandersnatch!»

Le jeune homme, ayant pris sa vorpaline épée,
Cherchait longtemps l'ennemi manziquais…
Puis, arrivé près de l'Arbre Tépé,
Pour réfléchir un instant s'arrêtait.

Or, comme il ruminait de suffêches pensées,
Le Jabberwock, l'oeil flamboyant,
Ruginiflant par le bois touffeté,
Arrivait en barigoulant.

Une, deux! Une, deux! D'outre en outre!
Le glaive vorpalin virevolte, flac-vlan!
Il terrasse le monstre, et, brandissant sa tête,
Il s'en retourne galomphant.

«Tu as donc tué le Jabberwock!
Dans mes bras, mon fils rayonnois!
O jour frabieux! Callouh! Callock!»
Le vieux glouffait de joie.

Il e'tait grilheure; les slictueux toves
Gyraient sur l'alloinde et vriblaient:
Tout flivoreux allaient les borogoves;
Les verchons fourgus bourniflaient.

 

Retour à la page d'accueil

Alice au Pays des Merveilles
Genre : Aventures
2010
(Alice in Wonderland). D'après Lewis Carroll. Avec : Mia Wasikowska (Alice), Johnny Depp (le chapelier), Anne Hathaway (la reine blanche), Helena Bonham Carter (la reine rouge), Crispin Glover (Ilosovic Stayne), et Chess le chat du Cheshire, Absolem la chenille bleue, Mallymkun le loir, Tweedledee et Tweedledum et Mac Twisp le lapin blanc. 1h49.