La Viaccia
1961

Amerigo, fils d'un paysan, Stefano, va travailler en ville chez son oncle marchand de vin, Ferdinando, qui est possesseur de La Viaccia, la petite propriété familiale qu'exploite Stefano. Celui-ci a une maîtresse, Beppa, plus très jeune, qui ne voit pas d'un bon œil l'arrivée du jeune homme.

Un jour, Amerigo rencontre par hasard Bianca, une belle prostituée, dont il tombe éperdument amoureux. Désormais, son seul souci est de passer le plus de temps possible auprès d'elle. Pour avoir l'argent nécessaire, il n'hésite pas à commettre de menus larcins aux dépens de son oncle. Mais, Ferdinando le surprend et le renvoie à son père qui le charge alors de toutes les tâches les plus pénibles. Cependant, Amerigo va retrouver la nuit Bianca en ville.

Quand Ferdinando meurt, Beppa s'empare de sa fortune, laissant ainsi les parents d'Amerigo dans le plus total dénuement. Amerigo, devenu entre-temps "videur" de la maison où travaille Bianca, quitte alors sa famille. Mais une nuit, au cours d'une rixe, il est blessé d'un coup de couteau au ventre. Bien que sa plaie ne soit pas encore refermée, il quitte l'hôpital pour retrouver Bianca. Mais celle-ci refuse de le voir. Désespéré, Amerigo reprend le chemin de La Viaccia où il meurt, au petit matin, à quelques mètres de la maison familiale.

Présenté en sélection officielle au Festival de Cannes 1961, ce grand drame passionnel nous donne à voir une Claudia Cardinale dans un de ses plus beaux rôles, et un tout jeune Jean-Paul Belmondo, alors nouvelle figure du cinéma français.

 

Test du DVD

Editeur : Montparnasse. Mai 2011.

Alalyse du DVD

 

Retour à la page d'accueil

(La Viaccia / Le mauvais chemin). D'après L'eredità de Mario Pratesi. Avec : Jean-Paul Belmondo (Amerigo), Claudia Cardinale (Bianca), Pietro Germi (Stefano), Gabriella Pallotta (Carmelinda), Romolo Valli (Dante). 1h52

dvd