(1914-1980)
24 films
   
   
4
 

Le "Fellini du fantastique" ("L'écran fantastique", n°1), le cinéaste qui "nous prouve enfin que la peur n'exclut pas la beauté" ("Cahiers du Cinéma", n°119)Mario bava est un maître du giallo, genre italien à la frontière entre le cinéma policier, le cinéma d'horreur, le fantastique et l'érotisme.

Mario Bava, est né à San Remo le 31 juillet 1914. S'il semble se destiner d'abord aux arts plastiques et en particulier à la peinture, il revint vite au cinéma dans l'ambiance duquel il avait été pratiquement élevé puisque son père avait été un directeur de la photographie renommé au temps du cinéma muet italien. Il est donc, dès 1939, chef opérateur de deux courts métrages de Roberto Rossellini et, en 1943, d'un long métrage, L'avventura di Annabella de Leo Menardi. Puis, il est responsable de la photographie de très nombreux filins, sous la direction de cinéastes comme Francesco de Robertis, Luciano Emmer, Luigi Comencini, Dino Risi, Mario Monicelli voire Raoul Walsh. C'est aussi cette année-là que Mario Bava signe son premier long métrage, d'après un conte de Gogol, Le masque du démon, considéré comme un classique du cinéma fantastique. Toutefois, de 1946 à 1950, M. Bava avait déjà exercé ses talents de metteur en scène sur six courts métrages consacrés à la musique et à la peinture.

De même avait-il dirigé les séquences de combats de La bataille de Marathon (1959) que Jacques Tourneur, seul réalisateur au générique du film, n'avait pas eu le temps de tourner. Certains de ses thuriféraires lui attribuent aussi un rôle déterminant dans la mise en scène d'une demi-douzaine de films secondaires signés, entre 1956 et 1959, Pietro Francisci ou Riccardo Freda.

Mario Bava a abordé tous les genres populaires du cinéma : l'épouvante, d'abord, qui a assuré sa notoriété, mais aussi le "peplum,, la science-fiction, le film d'aventures, le western "spaghetti", voire l'érotisme (Quante volte.. Quella notte).

Qu'il ait signé ses films de son nom ou des pseudonymes de John M. Old, John Hold ou John Foam, il a toujours ou presque tenu à participer de très près à l'écriture de leur scénario et à conserver la totale responsabilité de leur photographie. Une qualité plastique constante et des thèmes permanents : la peur, la cruauté et la mort, caractérisent donc un cinéaste qui, depuis sa mort survenue le 26 avril 1980, conserve des "fans" inconditionnels.

FILMOGRAPHIE :

1956 Les vampires

(I Vampiri) Commencé par Ricardo Freda. Avec : Gianna Maria Canale (Giselle du Grand), Carlo D'Angelo (L'inspecteur Chantal). 1h20.

Paris, 1956. Le cadavre d'une jeune femme est retrouvé dans la Seine. Peu de temps après, une comédienne est enlevée dans sa loge. Parallèlement à la police, un jeune journaliste, Pierre Lantin, mène l'enquête sur le mystérieux tueur en série, appelé "le Vampire".

   
1960 Le masque du démon
  (La Maschera Del Demonio)
   
1961 Hercule contre les vampires

(Ercole al Centro della Terra)

   
1961 La ruée des Vikings
(Gli Invasori). Avec : Cameron Mitchell (Eron), Alice Kessler (Rama), Ellen Kessler (Daya), George Ardisson (Erik, Duke of Helford) Andrea Checchi (Sir Rutford). 1h30.
   
1962 Les mille et une nuits
(Le meraviglie di Aladino, co-réalisé avec Henry Levin).
   
1963 La fille qui en savait trop

(La ragazza che sappeva troppo). Avec : Letícia Román (Nora Davis), John Saxon (Dr. Marcello Bassi). 1h26.

Nora, une jeune américaine en séjour à Rome, est victime d'une agression nocturne et voit avant de s'évanouir une femme se faire assassiner. A son réveil, toute trace du meurtre a disparu, et personne ne croit à son histoire. Nora découvre alors qu'un serial killer avait déjà sévi au même endroit, et qu'elle pourrait bien être la prochaine victime...

   
1963 Le corps et le fouet

(La frusta e il corpo). Avec : Daliah Lavi (Nevenka Menliff), Christopher Lee (Kurt Menliff), Ida Galli (Katia). 1h25.

Au 19ème siècle, le baron Kurt Menliff revient au château familial dont il avait été banni par son propre père. La raison de son retour est le mariage de son frère Cristiano avec son ancienne fiancée, Nevenka. Son retour au château trouble fortement tous les habitants qui ont chacun des raisons diverses de lui en vouloir...

   
1963 Les trois visages de la peur
(I tre volti della paura). Avec : Michèle Mercier (Rosy), Lidia Alfonsi (Mary), Boris Karloff (Gorca), Mark Damon (Vladimire d'Urfe). 1h32.

Le Téléphone : Rosy passe une nuit particulièrement éprouvante, harcelée au téléphone par un inconnu lui annonçant sa propre mort. Les Wurdalaks : un vampire prend les traits d'une femme pour hanter la campagne slave. La Goutte d'eau : Miss Chester n'aurait peut-être pas dû voler la bague de l'une de ses patientes récemment décédée.

   
1964 Six femmes pour l'assassin

(L'atelier de la peur/ Sei donne per l'assassino). Avec : Cameron Mitchell (Max Marian), Eva Bartok (Contesse Cristina Como). 1h28.

La comtesse Christina et son amant, le sinistre Morlacchi, dirige un atelier de mode très en vue, à Rome. Un de leurs mannequins, Isabella, est étranglé par un personnage masqué. Un second meurtre, identique dans sa forme,a lieu quelques jours plus tard. Un troisième mannequin, Peggy, est enlevé par le mysterieux meurtrier...

   
1965 Arizona Bill
  (La sirada per Fort Alamo, signé: J.M. Old)
   
1965 Terrore nello spazio
   
   
1966 Opération peur

(Operazione Paura). Avec : Giacomo Rossi-Stuart (Dr. Paul Eswai), Erika Blanc (Monica Schuftan), Fabienne Dali (Ruth). 1h20.

Une petite fille tombe de cheval et agonise alors que les villageois, occupés à festoyer, ignore ses cris. Des années plus tard, une malédiction semble peser sur la bourgade. La Baronne Graps s’oppose régulièrement à la belle sorcière Ruth, qui tente de conjurer le sort en préservant les cadavres des victimes. Le docteur Eswai et son assistante Monica, mandé pour pratiquer une autopsie, vont découvrir la vérité

   
1966 Duel au couteau

(I Coltelli del vendicatore). Avec Cameron Mitchell (Ator), Elissa Pichelli (Karin), Fausto Tozzi (Hagen). 1h25.

Arald, roi des Vikings, a disparu en mer il y a plusieurs années. Son général, Aghen, rentre au pays avec son armée et décrète que la couronne et l'épouse d'Arald, Karen, lui appartiennent. Cette dernière s'enfuit avec son fils, Moki, pour se cacher dans la forêt. Un jour, alors qu'ils sont attaqués par des hommes d'Aghen, un voyageur solitaire leur porte soudain secours...

   
1967 L'espion qui venait du surgelé

(Le spie vengono dal semifreddo). avec : Vincent Price (Général Willis/Dr. Goldfoot), Fabian (Bill Dexter (sous le nom Fabian Forte)), Franco Franchi (Franco), Ciccio Ingrassia (Ciccio), Francesco Mulé (Colonel Doug Benson) 1h30

Avec le soutien de la Chine, le docteur Goldfoot veut déclencher un conflit entre les Etats-Unis et l'Union soviétique en faisant bombarder Moscou par un avion américain. Dans ce but, il décide d'éliminer dix généraux de l'OTAN et d'usurper l'identité du seul survivant, le général Willis. Pour ce faire, il met au point un audacieux stratagème : chaque membre de l'OTAN reçoit la visite de très appétissantes jeunes femmes, qui ont la particularité d'être en fait des robots piégés qui explosent au premier contact charnel. La série des assassinats arrive presque à son terme lorsque l'agent Bill Dexter se rend à Rome où le docteur Goldfoot a prévu d'éliminer Willis pour prendre sa place..

   
1968 Danger, Diabolik

(Diabolik). Avec : John Phillip Law (Diabolik), Marisa Mell (Eva Kant), Michel Piccoli (Inspecteur Ginko), Adolfo Celi (Ralph Valmont).1h40

Diabolik, cambrioleur très habile, s'empare de dix millions de dollars, placés sous la surveillance de l'inspecteur Ginko. Dès lors celui-ci n'a qu'un but, arrêter le voleur et son associée de charme, Eva Kent. Avec l'aide de Valmont, un truand, Ginko met en place un piège pour arrêter Diabolik...

   
1970 L'île de l'épouvante
  (Cinque bambole per la luna d'Agosto)
   
1970 Une hache pour la lune de miel

(Il Rosso Seigno della Follia). Avec : Stephen Forsyth (John Harrington), Dagmar Lassander (Helen Wood), Laura Betti (Mildred Harrington), Jesús Puente (l'inspecteur Russell). 1h25.

John Harrington est un couturier parisien, jeune, riche et séduisant, qui n'a qu'un seul défaut : il ne peut s'empêcher d'assassiner les jeunes mariées avec un hachoir (ou " euille" de boucher). Par ces crimes, il cherche à se souvenir des circonstancesdu drame qui a marqué son enfance : la mort de sa mère, lors de sa nuit de noces...

   
1970 Roy Colt e Winchester Jack
   
   
1971 La baie sanglante

(Ecologia del delitto). Avec : Claudine Auger (Renata), Luigi Pistilli (Albert), Claudio Camaso (Simon), Chris Avram (Ventura). 1h24.

La vielle comtesse Fredérica est brusquement arrachée à son fauteil d'invalide et pendue par son mari, qui à son tour meurt sous les coups de poignard d'un mystérieux assassin...

   
1972 Baron vampire
(Gli orrori delcastello di Norimberga).
   
1973 Quante volte... quella notte
   
   
1975 La maison de l'exorcisme

(Lisa e il diavolo). Avec : Telly Savalas (Leandro), Elke Sommer (Lisa Reiner), Sylva Koscina (Sophia Lehar), Alessio Orano (Max). 1h32.

En visitant Tolède, une touriste, Lisa, se perd dans les ruelles et rencontre à deux reprises un homme étrange, transportant un mannequin moustachu de taille humaine, et des automates. Elle est ensuite interpellée par un homme moustachu ayant le même visage que le mannequin, qui l'appelle Elena, mais qu'elle ne reconnaît pas...

   
1974 Cani arrabbiati
   
   
1977 Shock
Avec : Daria Nicolodi (Dora Baldini), John Steiner (Bruno Baldini), David Colin Jr. (Marco), Ivan Rassimov (Dr. Aldo Spidini)1h35.

Après avoir été internée pour problèmes psychiatriques, Dora, qui a assisté au suicide de son compagnon, héroïnomane notoire, revient vivre dans leur maison. Elle est accompagnée par son nouveau mari, Bruno, et son jeune fils Marco, issu de son premier mariage. Bruno est absent toute la journée, fort occupé par son emploi de steward, et Dora gère seule l’éducation de son fils ; celui-ci se met à agir de manière insolite et semble pourvu de pouvoirs télékinésiques. Tous les événements étranges ont-ils un lien avec la cave, dont le mur en briques possède un singulier pouvoir d’attraction sur Marco ?"

   
1978 La venere d'ille
  (téléfilm co-réalisé avec Lamberto Bava).