Autoportrait 1627 Lyon, Musée des beaux-arts
La Richesse 1640 Paris, Musée du Louvre
Adoration du nom divin par quatre saints 1647 Paris, église Saint-Merry

Son père, le peintre Laurent Vouet, lui apprend les rudiments de l’art. Simon Vouet s’adonne d’abord aux portraits.

Il voyage en Angleterre et fait partie de la suite du baron de Sancy, ambassadeur de France en poste à Constantinople. Il entame un long séjour en Italie, visitant Venise, Rome. De 1620 à 1622, il est employé à Gênes par les princes Doria. Il travaille pour le cardinal Barberini, futur pape Urbain VIII. Le succès immense dont il jouit à Rome, il est nommé à la tête de l'Accademia di San Luca en 1624. Jacques de Létin est un de ses amis peintre à Rome.

Simon Vouet rentre brusquement en France en 1627, suivant les recommandations pressantes du duc de Béthunes. Il importe en France le style baroque italien. Il l’adapte aux grandes décorations de l'époque de Louis XIII et de Richelieu. Il est nommé premier peintre du Roi. Louis XIII lui commande des portraits, des cartons de tapisserie et des peintures pour les palais du Louvre, et du Luxembourg et pour le château de Saint-Germain-en-Laye. En 1632, il œuvra sur les chantiers du cardinal de Richelieu au Palais-Royal et au château de Malmaison. Il décore encore en 1631 le château du président de Fourcy, à Chessy, l’hôtel Bullion, le château du maréchal d Effiat à Chilly, l’hôtel du duc d’Aumont, la chapelle Séguier, la galerie du château de Wideville.

Simon Vouet est l'emblème d'une peinture baroque française. « Si Le Brun, David ou, d'une certaine façon, Delacroix existèrent, c'est qu'il y eut d'abord Simon Vouet », dit Denis Lavalle, inspecteur en chef des monuments historiques.

Ami de Claude Vignon, l'un des peintres parisiens les plus actifs, il a eu pour élèves Valentin de Boulogne, Michel Dorigny, Charles Le Brun, Pierre Mignard, Eustache Le Sueur, Nicolas Chaperon, Claude Mellan et Abraham Willaerts. Son père Laurent Vouet et son frère Aubin Vouet (1595-1641) étaient également peintres. Sa femme, Virginia da Vezzo, figure sous les traits de ses vierges et ses madones.

 

Retour à la page d'accueil de la section Beaux-Arts  

(1590-1649)
Baroque