Pietà
Titien , 1576
Huile sur toile, 352 x 349 cm
Gallerie dell'Accademia, Venise

Dans la deuxième moitié du 16ème siècle, Le Titien était continuellement surchargé de commandes de Charles V, de Philipe II, de la République et de nombreuses églises.

Surmontant la crise du dessin avant son séjour à Rome à la cour Papale (1545/6), le travail de Titien a maintenant pris une cohérence nouvelle et incomparable de vision et de force créatrice. Nous sommes témoin du triomphe de couleur et la lumière plus des notions de Renaissance de forme sculpturale. Dans ses travaux tardifs le traitement de la couleur est réservé à la spiritualité alors que les thèmes perdent leur sérénité. Les tons entrelacés se fondent dans des images dramatiques ou pleines d'émotion pour le bonheur terrestre perdu.

Dans sa Pietà, à l'origine prévue pour son tombeau au Frari et non terminée à sa mort, Titien réalise le plus haut point des possibilités expressives de son 'alchimia cromatica'. Le tableau a été achevé par Palma le Jeune qui a ajouté le chérubin tenant la torche. La densité opaque de ce détail contraste avec 'l'impressionnisme magique' de l'harmonie tonale du Titien.

Dans cette scène nocturnes, la chair et le marbre sont évoqués par un même ocre rayonnant. Et le long de la diagonale formée par les figures, nous sommes le témoin de l'épanchement des passions humaines : Marie Madeleine se tourne dans un cri de chagrin incontrôlé, la Vierge apparaît figée dans la contemplation de son fils mort et saint Jérome se penche en avant pour capter le dernier souffle du Christ.

 

Retour à la page d'accueil de la section Beaux-Arts  

Pietà
1576