Ary Scheffer

 
(1795-1858)
Romantisme

Ary Scheffer, né à Dordrecht le 10 février 1795 et mort le 15 juin 1858 à Argenteuil, est un peintre français d’origine hollandaise. Il s'est imposé parmi les maîtres de la peinture romantique française. Ses compositions dénotent une inspiration mystique et rêveuse.

Les ombres de Paolo et Francesca 1855 Paris, Musée du Louvre

Il était le fils de Johann Bernhard Scheffer, peintre distingué qui fut peut-être pendant un an peintre à la cour du roi de Hollande Louis Napoléon. Deux ans après la mort précoce de son père, en 1811, Ary vint à Paris et placé dans l’atelier de Pierre-Narcisse Guérin par sa mère, Cornelia Lamme, une femme énergique et de grand caractère.

Le moment où Scheffer quitta Guérin coïncide avec le début du mouvement romantique. Il se sentait peu de sympathie pour la direction que lui avait donnée ses représentants les plus illustres, Delacroix ou bien Géricault. Sa carrière commença en 1819 avec l’exposition au Salon de Dévouement patriotique de six bourgeois de Calais après quoi il tenta des expériences diverses : Gaston de Foix (1824), Les Femmes souliotes (1827) avant de trouver sa propre voie. Il se tourna alors vers Byron et Goethe, choisissant dans Faust une longue série des sujets qui jouissaient d’une vogue extraordinaire : Marguerite au Rouet, Faust tourmenté par le Doute, Marguerite au Sabbat, Marguerite à l’église, La Promenade au Jardin , Marguerite au Puits. Les deux versions de Mignon datent de 1836; et « Francesca da Rimini », une des meilleures œuvres de Scheffer, appartient à la même période.


Scheffer fut un portraitiste accompli, comme en témoignent les effigies des compositeurs Chopin et Liszt. D'obédience protestante, il s'est également tourné vers les sujets religieux : outre un portrait de Calvin brossé dans sa maturité (coll. Musée de la Vie romantique), on connaît « Le Christ Consolateur » (1836), suivi du « Christ Rémunérateur », des « Bergers conduits par l’Étoile » (1837), des « Rois mages déposant leurs Couronnes », du « Christ au Jardin des Oliviers », du « Christ portant sa Croix », du « Christ mis au tombeau » (1845), de « Saint Augustin et Sainte Monique » (1846), après quoi il cessa d’exposer. Ses liens étroits avec la famille royale — il fut le professeur de dessin de la princesse Marie d'Orléans (1813-1839), fille du roi Louis-Philippe, elle-même sculpteur de talent — expliquent que sa faveur soit tombée après l’instauration de la Deuxième République en 1848.

Scheffer fut promu commandeur de la Légion d'honneur en 1848, après s’être complètement retiré du Salon. Naturalisé français au soir de sa vie, en 1850, il épousa, le 6 novembre de cette année, Sophie Marin, la veuve de son ami le Général Baudrand. Frédéric Auguste Bartholdi très jeune, fut un de ses derniers élèves rue Chaptal. Reclus dans son atelier, Ary Scheffer continua à produire beaucoup, mais le public ne put le voir qu’après sa mort, qui survint à Argenteuil le 15 juin 1858.