Jacob and the angel
Rembrandt , 1659
Huile, 137 x 116 cm
Staatliche Museen, Gemäldegalerie, Berlin.

Le livre de la Genèse raconte le retour de Jacob vers sa terre natale, Canaan, après qu'il ait travaillé plusieurs années pour le compte de son oncle Laban. Il voyage avec ses deux femmes (Léa et Rachel, filles de Leban) deux servantes et ses onze enfants.

Arrivés devant le gué de Jabbok, il les prie de franchir le fleuve et reste seul pour prier. Un ange ayant pris une apparence humaine lui apparaît et lutte contre lui jusqu'au lever de l'aurore. Voyant qu'il ne pouvait vaincre Jacob, l'ange le frappe à la hanche et lui demande de le laisser partir.

Et Jacob répondit " Je ne te laisserai point aller que tu ne m'aies béni " […]
Jacob l'interrogea en disant : " fais-moi, je te prie, connaître ton nom ".
Il répondit : "Pourquoi demandes-tu mon nom ? " Et il le bénit là. "
Jacob réalisa : " […] j'ai vu Dieu en face, et mon âme a été sauvée ; le soleil se levait, lorsqu'il passa Peniel. Jacob boitait de la hanche" (Genèse 32, 26-31)

Dans les quelques traductions néerlandaises de ce thème antérieures à celles de Rembrandt, ce passage de l'ancien testament était toujours situé dans un grand paysage avec Jacob sur le banc de sable au premier plan et sa famille franchissant le fleuve en arrière plan.

Rembrandt s'est limité à l'essence du récit : la lutte solitaire de Jacob avec l'ange. Rembrandt n'a pas peint un moment historique particulier : il l'a transormé en un symbole d'une lutte générale de l'homme pour la grâce de Dieu. La mise à l'épreuve constante de l'homme est sûrement un thème dans la croyance catholique, mais elle est particulièrement importante chez les protestants. Jacob sort de l'épreuve grâce à la persistance de sa foi.

La scène est centrée sur l'interaction entre les deux figures. Elle représente l'issue du combat par leurs poses et leurs regards. Au cours de cette lutte qui se termine par le déboîtement de la hanche de Jacob, on voit l'ange prendre appui avec sa jambe contre un rocher au premier plan à gauche et repousser Jacob d'une main sur la hanche et le tenir de l'autre dans son dos. Est également représenté le moment où Jacob retient l'ange pour l'empêcher de s'enfuir : en dépit de son épuisement, il lui demande de le bénir. Le regard serein de l'ange et ses ailes déployées largement évoquent le moment final, lorsque la grâce de Dieu est accordée à Jacob.

Source : catalogue de l'exposition Rembrandt/Caravage

La lutte de Jacob et de l'ange
1659
Retour à la page d'accueil de la section Beaux-Arts