(1466-1530)
Renaissance flamande
Le rétable de sainte Anne 1508 Bruxelles, Musées Royaux des B.-Arts
Le peseur d'or et sa femme 1514 Paris, Musée du Louvre
Érasme 1517 Rome , Palais Barberini
Vieille Femme grotesque 1525 Londres, National Gallery,

Quentin Metsys (né en 1466 à Anvers ou à Louvain, mort en 1530 à Anvers le 14 septembre) est un peintre de la renaissance flamande, l'un des pionniers de l'école d'Anvers. Son prénom et son nom sont orthographiés de plusieurs manières : Quinten ou Kwinten, Massys, Metsys ou encore Matsijs.

Né de Joost Massys, un forgeron, et de Katharina van Kinckem, il suit une formation de forgeron avant de se tourner vers la peinture. En 1517, par l'intermédiaire de Pierre Gilles, il fait la connaissance d'Erasme de Rotterdam et de Thomas More qui le tenaient pour un artiste de premier plan. Il est également admis que Dürer lui rendit visite pendant son séjour à Anvers en 1520-15212, et il qu'il entretenait des liens avec les peintres allemands dont Holbein et Lucas de Leyde. Il fut ainsi un  artiste célèbre et prisé qui a jouit d'une belle aisance matérielle.

Ses tableaux se partagent entre œuvres religieuses,  œuvres moralisatrices et  portraits. Dans sa peinture religieuse, Metsys voue une attention particulière à l'expression des personnages qui va parfois jusqu'à la caricature, et il joue sur les oppositions. Il accentue la mélancolie des saints et la tendresse de la Vierge vis-à-vis de son enfant.

Dans ses œuvres moralisatrices et grotesques, il représente les mimiques brutales et les grimaces des geôliers et des bourreaux et son réalisme favorise parfois le grotesque comme dans la Vieille Femme grotesque aussi connue sous le nom de Portrait d'une vieille femme. Ce portrait est une reprise explicite de la Reine de Tunis, dessin de Léonard de Vinci, conservé à la bibliothèque royale du château de Windsor. Cette vieille femme semble également appartenir au monde de l'Eloge de la Folie, oeuvre satirique de son ami Erasme.

Particulièrement habile en tant que portraitiste, Metsys réalisa entre autres des œuvres à l'effigie de l'empereur Maximilien Ier du Saint-Empire, de l'évêque Stephen Gardiner ainsi que de Paracelse. Son portrait d'Erasme de Rotterdam, daté de 1517,  se double d'un autre tableau, le portrait de son commanditaire Pierre Gilles.