La serveuse bretonne

1896
The maid
Henri Matisse, 1896
Huile sur toile, 90 x 74
Collection privée

Durant l'été de 1896, Matisse séjourne à Belle Île. Il écrit "“La Bretagne a un côté intime et fin. Sa lumière est particulièrement argentée et ses ciels sont de nacre."

Cette nature morte sera son dernier hommage aux maîtres hollandais et à Chardin Une serveuse se penche au-dessus d’une table recouverte d’une nappe froissée sur laquelle reposent du pain, du vin et des fruits Nous sommes dans un café rudimentaire près de la grotte de l’Apothicairerie. Le tableau rend les détails caractéristiques : tablier noir de Clotilde, coiffe en triangle ornée de rubans (modèle du Palais), trois bouteilles de vin ouvertes sur la modeste table (on buvait du vin à volonté chez le patron, le père Huchet). En dépit de son réalisme à la flamande la toile montre déja le flot de lumière, les surfaces nues lumineuses, l’assouplissement des tons et de la texture

Retour à la page d'accueil de la section Beaux -Arts