La Pythie
André Masson, 1943
Huile et tempera sur toile
130,5 x 106,5 cm
MNAM, Paris

Pendant son séjour aux Etats-Unis Masson convoque sans cesse les anciens mythes, appel à une civilisation perdue vers laquelle se tourne l’artiste pour insuffler, peut-être, du sens dans un monde en train de le perdre, car en proie à la Deuxième Guerre mondiale. La figure de la Pythie aurait pu être aimée des surréalistes en vertu de ses pouvoirs prophétiques, et pourtant Masson reste le seul à en avoir conçu la représentation.

La composition, décentrée, s’articule autour de trois principaux éléments formels reliés entre eux par un rouge profond, dramatiquement rehaussé par la violence du noir et des jaunes. Une figure féminine, les bras levés, s’agite, allusion à la possession de l’oracle. La toile est animée d’un mouvement centrifuge qui déborde les limites du cadre et se prolonge dans un ailleurs auquel le spectateur n’a pas accès.

 

Retour à la page d'accueil de la section Beaux-Arts