Le tribut de saint Pierre
Masaccio
1427
 
 
Tribute Money
Masaccio, 1426-27
Fresque, 255 x 598 cm
Florence, Santa Maria del carmine, Chapelle Brancacci
   

L'épisode décrit l'arrivée de Jésus et des apôtres à Capharnaüm, tel qu'il est raconté dans l'Evangile de Matthieu.

Masaccio a inclus les trois différents moments de l'histoire dans la même scène. Le collecteur d'impôts faisant sa demande à Jésus et la réponse de celui-ci à la question de Pierre lui demandant comment trouver l'argent nécessaire en indiquant la mer est illustré au centre. A gauche, Pierre attrape les poissons dans le lac et extrait le tribut. A droite, Pierre remet l'argent au collecteur d'impôts en face de sa maison.

Cet épisode, en soulignant la légitimité de la demande du percepteur des impôts, a été interprété comme une référence à la vive controverse de l'époque à Florence sur le projet de réforme fiscale. La controverse a finalement été réglée en 1427 avec l'institution d'un registre officiel de l'impôt, système fiscal beaucoup plus équitable qu'auparavant.

Le réalisme des détails a longtemps été masqué par des de nombreuses restaurations malavisées ayant abusé de colles et autres substances. Aujourd'hui, il est devenu plus facile d'apprécier la richesse des détails grâce à la récente restauration : Pierre et sa canne à pêche, la bouche grande ouverture du poisson qu'il a capturé, la transparence de l'eau du lac et la propagation des ronds dans l'eau vers la rive.

La prise de conscience qu'ils sont sur le point d'être les témoins d'un événement extraordinaire crée une atmosphère d'attente autour des personnages. Derrière le groupe de personnes, nous pouvons voir un paysage montagneux en pente, avec une variété de couleurs allant du vert foncé à l'avant-plan à la neige en arrière-plan. Les collines et les montagnes qui s'élèvent depuis les plaines sont parsemées de fermes, d'arbres et de haies et sont surmontées par un ciel bleu lumineux strié de nuages blancs peints selon une perspective parfaite qui sera reprise par Paolo Uccello, Domenico Veneziano et Piero della Francesca .

Les figures sont disposées selon des lignes horizontales, mais l'ensemble du dispositif est circulaire : ce modèle classique (Socrate et ses disciples) a ensuite été adopté par l'art paléochrétien (Jésus et les apôtres), et interprété par les peintres de la première Renaissance tels que Brunelleschi comme symbolise de la perfection.

Les personnages sont entièrement classiques : habillés à la mode grecque, avec des tuniques liées à la taille, des manteaux enveloppant le dos et retenus à l'épaule gauche. Même la position de Pierre quand il extrait les pièces de la bouche du poisson, avec sa jambe droite repliée et celle de gauche tendue, rappelle les postures de nombreuses statues grecques et les reliefs des urnes funéraires étrusques et romaines.

 

Retour à la page d'accueil de la section Beaux -Arts