Triptyque de Promethée

1950
Prometheus, triptyque
Oskar Kokoschka, 1950
Huile sur toile, les 3 panneaux :
239/239/238 cm x 234/347/234cm
Londres, Courtauld Institute of Art Gallery

Oskar Kokoschka (1886-1980) et le comte Seilern (1901-1978) étaient tous les deux des émigrés de Londres ayant quitté leur Autriche natale dans les années 1930 alors que l'ombre de la guerre dominait l'Europe. Kokoschka avait fait sa réputation plus tôt dans le siècle comme l'un des artistes les plus avant-gardistes de la Sécession viennoise aux côtés de Gustav Klimt et Egon Schiele. Seilern acheta plusieurs œuvres de Kokoschka pendant la guerre mais l'idée de commander une peinture pour le plafond de sa maison de Londres au 56 Princes Gate ne vint qu'en 1949. La commande passée en 1950 représentait un engagement majeur pour Kokoshka qui était le seul artiste contemporain dont le travail constituait une partie significative de la collection de Seilern.

Le projet de plafond a été discuté pour la première fois à l'été 1949 et à la fin de l'année, Kokoschka avait décidé de commencer à travailler sur un panneau central représentant l'Apocalypse, suivi de deux panneaux latéraux. Un contrat pour le panneau central a été établi en janvier 1950 pour 17 500 francs suisses et, le 8 février, Kokoschka l'a achevé. Il commence alors à travailler sur les deux panneaux latéraux, d'abord avec une scène d'Amor et de Psyché qu'il abandonne au profit d'Hadès et de Perséphone. Il a travaillé sur ceci simultanément avec l'autre panneau qui dépeint la punition de Prometheus. Kokoschka semble avoir fait très peu de croquis préparatoires pour les peintures et travaillé à vive allure directement sur la toile.

Kokoschka a travaillé avec une passion et un engagement incessants sur le triptyque, poussé par une croyance ferme dans l'importance de la peinture comme son accomplissement artistique le plus complet et le plus puissant. Quand il termina l'œuvre monumentale le 15 juillet 1950, après seulement un peu plus de six mois, il écrivit: «J'ai mis le dernier coup de pinceau (j'ai l'impression de dire coup de hache) à ma peinture de plafond hier». Kokoschka avait l'intention de faire une déclaration publique et quand il persuada Seilern de l'exposer à la Biennale de Venise en 1952, il déclara que le triptyque était un avertissement des conséquences de «l'arrogance intellectuelle de l'homme». Il a expliqué que les dangers de la civilisation contemporaine étaient symbolisés par la figure de Prométhée «dont la nature excessive l'a poussé à voler le feu pour que l'homme puisse défier les dieux». La crainte de l'artiste était que la culture et la société soient dominées par la science et la technologie qui menacent la liberté et l'individualité de l'humanité. De telles craintes se sont généralisées au fur et à mesure que la guerre froide et la course aux armements nucléaires se sont développées au cours des années 1950 et que le Triptyque Prométhée peut être considéré comme prophétique de l'époque.

En regardant le Prométhée Triptyque, on est immédiatement frappé par une explosion de forme et de couleur avec des personnages propulsés à travers un espace semblable à un vide allant des ombres les plus sombres aux lumières les plus brillantes. Au centre, une vision apocalyptique se déploie des quatre cavaliers qui se lèvent avec une tempête montante du monde souterrain et se précipitent vers la terre. Le panneau de droite représente Prométhée comme puni par Zeus, enchaîné à un rocher avec un aigle picorant son foie. Cependant, le panneau de gauche offre un sentiment d'espoir et de régénération avec Perséphone sortant des griffes d'Hadès, qui l'avait enlevée, aidée par sa mère Demeter qui se tenait entre eux. Dans une modification tardive au panneau, Kokoschka a peint la figure d'Hadès comme un autoportrait, ajoutant une couche supplémentaire de complexité au travail.

Retour à la page d'accueil de la section Beaux -Arts