(1405-1496)
Art japonais

Josetsu Taikō, de son vrai nom, Taikū Josetsu est un peintre du xve siècle (environ 1405–1496). Ses dates de naissance et de décès ainsi que ses origines sont imprécises. D'après la datation de ses œuvres connues, sa période d'activité se situe au début du xve siècle

Comment attraper un poisson-chat avec une calebasse 1413 Kyoto

Josetsu est un moine-peintre. Dans le Japon sous le shogunat des Ashikaga (Époque de Muromachi 1338-1573), la situation économique et sociale favorise les contacts avec la Chine. Les moines Zen jouent un rôle important d'intermédiaires ou de diplomates; c'est toujours à travers les temples zen que la culture chinoise est introduite, avec un grand respect pour la tradition Song et Yuan, plutôt que pour la dynastie Ming de la Chine contemporaine. Dans le domaine pictural, le goût pour l'encre et le lavis se répand, dans les milieux religieux tout d'abord, puis dans le monde laïc. Les paysages monochromes à l'encre des Song et des Yuan se retrouvent sous forme de paravents et de portes à glissières dans la décoration intérieure, et bientôt apparaît un nouveau format, petit rouleau vertical, qui conduit à une recherche plus sticte de la composition. La partie supérieure du tableau est réservée aux poèmes de style chinois que les moines-paysagistes demandent à leurs congénères d'écrire, en hommage à leur communion avec la nature

Ces rouleaux, appelés shigaijiku (rouleau de peinture et de poésie), deviennent à la mode au début du xve siècle et l'on peut y suivre l'évolution de la composition des paysages: la notion de perspective et de profondeur (théorie des trois plans) se précise, tandis qu'au centre, une haute montagne domine tout le tableau. Deux grands précurseurs représentent cette première période de la peinture monochrome: Minchō (1352-1451) et Josetsu Taikō.

Ce dernier est moine-peintre au Shōkoku-ji, important monastère Zen de Kyoto et bien que sa vie nous soit mal connue, son nom est souvent cité dans les textes ultérieurs comme celui du fondateur de cette nouvelle école, intitulée souvent: Muromachi suiboku (peinture à l'encre de l'Époque de Muromachi).

Il reste actuellement trois œuvres qui lui sont attribuées : Hyonen-zu ou Comment attraper un poisson-chat avec une calebasseexécutée avant 1415 pour le Shogun Ashikaga Yoshimochi, qui illustre la parabole du vieux pêcheur voulant attraper un poisson-chat avec une calebasse.

Les Trois Professeurs est un portrait imaginaire des trois fondateurs du confucianisme, du bouddhisme et du taoïsme: Confucius, Laozi et Sakyamuni. Il s'agit ici, de démontrer l'unité transcendante de ces trois confessions. L'une des inscriptions dit que le peintre, Josetsu, reçoit son nom de Zekkai chushin, prêtre du temple zen Nanzen-ji de kyoto; l'implication en est que la grande habileté ou intelligence est semblable à la maladresse.

La dernière œuvre, enfin, Wang Xizhi calligraphiant sur des éventails, montre le grand calligraphe chinois écrivant sur de vieux éventails, pour des enfants.

Dans les décennies ultérieurs, les plus grands représentants de la peinture monochrome se réclament tous de Josetsu.