Né en 1930
Pop art
False Start 1959 Collection privée
Figure 5 1960 Paris, Musée National d'Art Moderne

Né à Augusta (Géorgie) en 1930, Jasper Johns étudie à l’Université de Caroline du Sud jusqu’en 1948. Puis, il s’installe à New York où il apprend le dessin publicitaire, avant d’être enrôlé dans l’armée américaine. De retour en 1952, il réalise des vitrines et travaille dans une librairie. Il se lie d’amitié avec Robert Rauschenberg à partir de 1954.

Ses premières peintures exécutées à la cire, matière épaisse et translucide, présentant des drapeaux, des cibles et des nombres, sont dévoilées au public à l’occasion de sa première exposition personnelle à la Galerie Leo Castelli de New York en 1958. Le choix de ces objets bidimensionnels familiers, ainsi que la dissociation qu’il opère entre la peinture et l’expression personnelle, annoncent l’avènement du Pop Art en même temps que l’éclipse progressive de l’Expressionnisme abstrait. Cependant, il s’efforce de se tenir à distance du mouvement, afin de préserver la singularité de son œuvre : en utilisant une imagerie issue de lieux communs, "des choses que l’esprit connaît déjà", il s’interroge sur la fonction propre à la peinture : la représentation d’un même motif lui permet de pratiquer différentes techniques de mise en relief de l’objet.

Après sa rencontre avec Marcel Duchamp par le biais du compositeur John Cage et du chorégraphe Merce Cunningham avec lesquels il collabore, il commence, vers 1960, une série de sculptures représentant des objets ordinaires, comme des ampoules électriques ou boîtes de bière en bronze peint, afin de mettre en relief leur toute nouvelle banalité dans le monde humain.

Simultanément, il réalise des dessins et des lithographies qui font de lui un des maîtres contemporains dans le domaine des arts graphiques.

Voir : figure 5 (1960, MNAM, Paris).