Le "Martha McKeen" de Wellfleet

1944
The "Martha McKeen" of Wellfleet
Edward Hopper, 1944
Huile sur toile, 81,5 x 127,5 cm
Madrid, Musée Thyssen-Bornemisza

Dans son journal, Jo Hopper écrit que le "Martha McKeen" de Wellfleet représente un matin de fin août au large de Cape Cod que Hopper a commencé le 10 du mois. Hopper n'a cependant terminé son tableau qu'à son retour à New York en décembre 1944. Jo a également noté un sous-titre: "Où les mouettes remplissent leurs becs».

Lorsque Hopper a été interrogé sur le titre de cette peinture par l'éditeur d'une petite monographie sur son oeuvre, il a répondu : "Je voudrais conserver le titre, The Martha McKeen of Wellfleet. La jeune femme dont c'est le nom, nous a amené à naviguer dans le port de Wellfleet si souvent que le titre a une valeur sentimentale pour nous et Martha McKeen également. Ce titre lui a été donné tout exprès par notre ami pour lui faire plaisir et je pense que cela lui ferait mal si cela devait être changé. Il n'y a pas d'autres navires avec ce nom autant que je sache. "

Ce tableau et certaines de ses autres images de voile, ont été inspirés à Hopper en naviguant avec Martha et Reggie McKeen de Wellfleet, un couple beaucoup plus jeune. Il avait été obligé de renoncer à naviguer seul par Jo qui pensait que c'était trop dangereux. Tandis que la toile était en cours, les Hopper sont également allés à Provincetown afin qu'il puisse étudier les goélands dans une maison sur un quai ferroviaire. Jo a estimé que l'homme représenté à la barre était Hopper lui-même.

Depuis qu'il a construit un petit bateau adolescent, Hopper adorait la voile. Son amour de la solitude s'accordait avec le plaisir de la voile. Jeune, il a dessiné de nombreux voiliers dans sa ville natale, Nyack (New York), un port de la rivière Hudson qui possaidait à cette époque une industrie de construction navale. Le premier tableau qu'il vend, Sailing, présenté à l'Armory Show de New York en 1913, était aussi un tableau de voilier.

Des voiliers apparaissent dans les huiles qu'il peint à Gloucester mais aussi dans des aquarelles : The Dory, 1929 et Yawl Riding a Swell, 1935.

Le "Martha McKeen" de Wellfleet est précédé de trois autres toiles de scènes de voile: The Long Leg (1935), Ground Swell (1939) et The Lee Shore (1941). Chacune de ces peintures utilise une bande horizontale de ciel et de mer, et parfois de la terre, parallèlement au plan de l'image. Le seul schéma préparatoire de Hopper pour The "Martha McKeen" de Wellfleet révèle qu'il envisageait à l'origine de placer un personnage debout près du mât plutôt que les deux hommes assis que l'on voit dans la peinture finale.

Sa résolution est une toile impressionnante avec de fortes tonalités bleues jouées contre les voiles blanches et la barre de sable. La lumière du soleil dramatise toute la composition et les goélands jettent des ombres bleues. Hopper capture avec une grande force l'harmonie momentanée de l'homme avec la mer.

Retour à la page d'accueil de la section Beaux -Arts