(1475 env-1528)
Renaissance

Bien que Matthias Grünewald soit un des plus grands peintres allemands, on ne connaît avec précision ni son nom, ni la date et le lieu de sa naissance. Rétif à l'esprit d'innovation de la Renaissance, ses tableaux s'inspirent toujours de thèmes sacrés, plus précisément des souffrances et de l'œuvre rédemptrice du Christ, auxquelles Grünewald prête une intense poésie dramatique.

Le retable d’Issenheim 1516 Colmar, musée Unterlinden
La crucifixion 1516 Colmar, musée Unterlinden
La résurrection 1516 Colmar, musée Unterlinden

L'identité de « Matthias Grünewald » reste incertaine. Ce nom lui fut donné, de manière assez arbitraire, par Joachim von Sandrart (1606–1688), « le Giorgio Vasari allemand », qui, après environ un siècle d'oubli quasi total du nom sinon de l'œuvre, le redécouvre et en parle dans sa volumineuse Teutsche Academie der Edlen Bau-, Bild- und Mahlerey-Künste (encyclopédie des architectes, sculpteurs et peintres allemands) de 1675. On lui connaît d'ailleurs plusieurs types de signatures – MGN avec G dans M, et N latéral ; MGN avec G dans M, et N superposé ; MG avec G dans M et Mathis —– qui ont ajouté à la confusion autour de son nom : s'appelait-il Gothart —– « le pieux » — surnommé Neithart — « le chagrin » —– ou l'inverse ? Sur les documents qui nous restent attestant de ses contrats d'ingénieur hydraulique pour la cour du jeune archevêque, Albert de Brandebourg (1490-1545), auprès de Jacques de Liebenstein, ou, auparavant, de l'archevêque Uriel von Gemmingen d'Aschaffenbourg, il est tantôt appelé Gothart, tantôt Neithart. Ces mêmes contrats montrent d'ailleurs que ses compétences d'ingénieur devaient être comprises au sens large, car en plus du percement d'un puits et de l'installation d'une pompe, il était également chargé de la reconstruction de l'âtre.

Grünewald est peut-être né à Würzburg, en Bavière. Il semble qu'il soit demeuré assez longtemps à Aschaffenburg et qu'il y ait ouvert un atelier. Il est souvent fait mention de lui dans cette ville entre 1505 et 1526. En 1510, il est officiellement occupé comme maître d'œuvre ou architecte au service de l'archevêque de Mayence, Uriel von Gemmingen. En 1511, il participe à la construction de la résidence de l'archevêque d'Aschaffenburg. Quelques années plus tard, il est à Issenheim, en Alsace, où il travaille au couvent des Antonins. En 1517, au plus tard, il est de nouveau à Aschaffenburg et peint le retable de l'autel de Notre-Dame-des-Neiges.

Au XXie siècle, les experts attribuent avec certitude à Matthias Grünewald dix œuvres dont plusieurs polyptyques et 35 dessins, répartis dans des collections européennes et américaines. Sa première toile incontestée est l'émouvant Christ outragé, datant de 1503, conservé à la Alte Pinakothek de Munich, qui est très proche de la peinture du gothique tardif dans la vallée du Rhin. Son œuvre la plus célèbre est le Retable d'Issenheim, pièce maîtresse des collections du Musée Unterlinden de Colmar.