Trois études pour une crucifixion

1962
Trois Études pour une Crucifixion
Francis Bacon , mars 1962.
Huile avec sable sur toile, trois panneaux, 198 x 145 cm, chacun.
New York, Musée Solomon R. Guggenheim

En 1944, une des années les plus dévastatrices de la Deuxième Guerre mondiale, Francis Bacon avait peint Trois études pour des figures à la base d'une crucifixion. Avec ce triptyque terrifiant, dépeignant des créatures vaguement anthropomorphiques se tordant dans l'angoisse, Bacon avait établi sa réputation de peintre figuratif important en Angleterre et de chroniqueur impitoyable de la condition humaine. Pendant les années suivantes, certains sujets inquiétants se sont reproduits dans l'oeuvre de Bacon : portraits déformés, presque impersonnels ; corps altérés ressemblant à des carcasses animales ; des figures criantes et des versions particulières du Crucifixions.

Sujet des plus fréquemment représentés dans l'art Occidental, la Crucifixion a fini par symboliser beaucoup plus que l'événement historique et religieux lui-même. Rendu dans des temps modernes par des artistes comme Paul Gauguin, Pablo Picasso et Barnett Newman, ce thème dénote l'homme souffrant à une échelle universelle.

La Crucifixion est apparue dans le travail du Bacon dès 1933. Bien qu'il soit, de son propre aveu, irréligieux, Bacon a vu la Crucifixion comme "une armature magnifique" à partir de laquelle suspendre "tous les types de sentiment et de sensation." Il a fourni à l'artiste un format prédéterminé pour inscrire ses propres interprétations, lui permettant d'éluder le récit (il dédaigne la peinture-illustration) et de se concentrer sur l'évocation émotionnelle et perceptrice. Son utilisation persistante du format de triptyque (aussi traditionnellement associé à la peinture religieuse) a favorisé la disjonction de récit dans les travaux par la séparation physique des éléments qui les comprennent.

Bacon a vu un rapport entre la brutalité des abattoirs et la crucifixion. Dans le panneau de droite, la figure crucifiée, glissant en bas de la croix rapelle la forme sinueuse des Christs en croix de Cimabue (Arezzo ou Assise). Elle est ouverte comme la carcasse abattue d'un animal. Les blocs de viande dans le panneau de gauche corroborent cette lecture. Bacon croyait que les animaux dans des abattoirs soupçonnaient leur destin suprême. Pour lui, les abattoirs et la Crucifixion représentent la mort inévitable - il a expliqué, "nous sommes de la viande, nous sommes des carcasses potentielles." L'homme proéminent, ensanglanté, couché sur le divan dans le panneau central incarne cette humanité mortelle.

Nancy Spector (site du Guggenheim)

Retour à la page d'accueil de la section Beaux -Arts