Proposition du Frac Normandie Caen, de l’Artothèque, Espaces d’art contemporain et de l’école supérieure d’arts & médias de Caen/Cherbourg (ésam).

Depuis 2012, le Frac Normandie Caen, L’Artothèque Espaces d’art contemporain et l’école supérieure d’arts & médias de Caen/Cherbourg (ésam) se sont associés pour construire un socle commun de conférences d’histoire de l’art.

Pour ce 7e cycle, entre janvier et avril 2018, ce partenariat est étendu au centre chorégraphique national de Caen en Normandie (CCNCN), l’occasion d’explorer la place du corps dans différents champs artistiques.

Par Fabrice Flahutez, historien de l’art :
Fabrice Flahutez est historien de l’art, cinéaste, éditeur, commissaire d’exposition et enseigne à l’Université de Paris Ouest Nanterre la Défense. Il est par ailleurs spécialiste du surréalisme et dirige actuellement un projet international autour du surréalisme et l’argent avec le Centre Pompidou, le Centre allemand d’histoire de l’art et l’Université de Paris 8 Saint-Denis.

Lundi 22.01.18. Des origines des pratiques performatives 1900-1940. Cette première conférence s’attache à retracer les prémices des pratiques performatives depuis le début du XXe siècle. Il s’agit, avant tout, de montrer que le corps entre en scène de manière progressive et constitue un enjeu historique et sociétal qui dépasse, de loin, la seule représentation. Cela nous conduira à traverser les avant-gardes historiques comme dada ou le surréalisme, mais aussi le Bauhaus ou bien encore l’avant-garde russe.

La danse
(Henri Matisse, 1910)
Danse autour du veau d'or
(Emil Nolde, 1910)

lundi 05.02.18. Les années 1950-1980 et la libération des corps. Enjeux et perspectives. En ayant à l’esprit les antécédents historiques qui ont permis la naissance des pratiques performatives, nous questionnerons ce que les années d’après Seconde Guerre mondiale ont apporté en termes de renouvellement du vocabulaire des formes. Ces nouvelles pratiques laissent au corps le soin de devenir à la fois le support de revendications politiques, mais aussi un moyen d’ouvrir des champs entiers de la création contemporaine. Nous verrons aussi combien les pratiques performatives entrent en résonance avec l’émergence de l’art vidéo.

Par Cristina De Simone, historienne de l’art :
Cristina De Simone est Maître de conférences au département des arts du spectacle de l’Université de Caen Normandie et est l’auteure d’une étude historique intitulée Proféractions ! Poésie en action à Paris (1946-1969), à paraître aux Presses du réel. Elle poursuit également une recherche en tant qu’interprète et dramaturge au sein de la compagnie Public Chéri au Théâtre de l’Échangeur à Bagnolet.

Mardi 20.02.18. L’oralité contre le spectacle : du dernier Artaud aux premières expériences de poésie en action des années 1950-1960. Cette première intervention trace un fil rouge de la recherche du dernier Artaud aux premières expériences de poésie-performance à Paris : les expérimentations des lettristes, et notamment de François Dufrêne et de Gil J Wolman, puis celles de Henri Chopin et de Bernard Heidsieck. Comment, à partir du cri et du souffle « artaudien », le champ de l’oralité est-il réinvesti par des poètes qui veulent en finir avec toute séparation entre esprit et corps, sens et son, langage et action.

Poupou rabou
(Antonin Artaud, Rodez, 1945)
Carton d'invitation soirée
du 13 janvier 1947

Mardi 13.03.18. L’art comme expérience : de John Dewey à John Cage et Merce Cunningham, Allan Kaprow et Fluxus, en passant par la réception américaine d’Antonin Artaud. Cette deuxième séance garde comme fil conducteur la figure d’Antonin Artaud et les multiples parcours de sa réception aux Etats-Unis dans les années 50-60. Tout d’abord son influence sur la pratique de l’oralité des poètes de la Beat Generation, à travers notamment l’exemple de Howl de Allen Ginsberg. Puis, comment la lecture d’Artaud a-t-elle aussi nourri les réflexions autour de l’Event et du Happening, de John Cage à Fluxus.

Plan
Performances simultanées

Conférence/Performance de Nathalie Broizat

Lundi 09.04.18. No mistakes only bad follow-ups, Conférence-Performance de Nathalie Broizat, performeuse, ancienne membre de la Cie Rachel Rosenthal sur une proposition du CCNCN, donnée le lundi 9 avril 2018 à l'Esam de Caen.

C’est autour des figures des artistes Robert Rauschenberg et Rachel Rosenthal, emblématiques de liens étroits entre la danse, l’art de la performance et leurs rapports aux espaces investis que Nathalie Broizat, livre une proposition en lien avec la plastique du corps en mouvement.

Vendredi 16.03.18. Destruction annoncée #7. Dominique Angel achève son œuvre par sa destruction, lors d’une performance publique à l’Artothèque de Caen de 19h00 à 19h54, moment où Dominique Angel prend en photo son oeuvre détruite.

Retour à la page d'accueil de la section Beaux-Arts