Abonnez-vous à La newsletter du Ciné-club de Caen
sur demande à : jeanluc@cineclubdecaen.com

 

1 - Films en salles

2 - A la télévision cette semaine 

3 - Voir ensemble, saison 2.

4- Histoire vagabonde du cinéma, à commander en Click and collect

 

1 - Les sorties en salle d'avant le reconfinement

Michel-Ange . On ne voit jamais Michel-Ange peindre ou sculpter mais on ne voit pas les œuvres non plus. Tout juste, Michel-Ange passe un chiffon sur le genou droit du Moïse, seule partie qui se dégage alors du bloc de marbre. Quelques plans furtifs montrent la chapelle Sixtine dont le plafond est encore caché par des échafaudages et les toutes dernières images du film montrent Michel-Ange se souvenant de ses chefs-d’œuvre passés : La piéta, le David et le Moïse. Ce sont ainsi moins les œuvres d'art ou le travail de l'artiste qui intéressent Andreï Kontchalovski  que les affres du créateur avec ses démons intérieurs et le pouvoir politique. Son ambition de vouloir rendre compte de manière réaliste de l'atmosphère de la Renaissance verse hélas dans l'académisme.

Una promessa . Le film semble suivre les traces du Voleur de bicyclette (Vittorio de Sica, 1948) avec cet enfant pleinement en empathie avec son père en proies aux pires difficultés sur le marché du travail. Mais les réalisateurs ne visent pas le réalisme en commençant leur film par une caméra débullée à 180°, haut et bas inversés, car Anto observe sa mère tête penche sur son lit et ne la "remet droite" que lorsqu'elle vient tendrement lui poser un baiser sur le front. Ainsi, après quelques belles scènes néo-réalistes au début, Guiseppe s’enfonce sans réaction dans l’humiliation et les réalisateurs en rajoutent sur la veulerie et l’abus de pouvoir des patrons sur les plus faibles. Le film vire ainsi du réalisme au naturalisme parfois aussi crû que dans Los Olvidados ( Luis Bunuel, 1950) sans, hélas, éviter le voyeurisme.


2 - A la télévision cette semaine :

     
de David Cronenberg, dimanche 1er novembre, 20h55, Arte
de Ken Loach, lundi 2 novembre, 20h50, F5
d'Otto Preminger, lundi 2 novembre, 20h55, Arte
de Brian de Palma, lundi 2 novembre, 23h30, Arte
de Mervyn LeRoy, lundi 2 novembre, 0h05, Arte
de François Truffaut, mardi 3 novembre, 13h35, Arte
de Christophe Honoré, mardi 3 novembre, 21h05, F4
Cowboys & envahisseurs
de Jon Favrau, mardi 3 novembre, 21h05, NRJ12
de Mike Newell, mardi 3 novembre, 21h05, 6Ter
de Léa Mysius, mercredi 4 novembre, 20h55, Arte
de Christopher Nolan jeudi 5 novembre, 21h05 Chérie25
Les sept mercenaires
de Antoine Fuqua, jeudi 5 novembre, 21h05, F3
de M. Night Shyamalan jeudi 5 novembre, 21h15, TMC
de Lars von Trier jeudi 5 novembre, 23h40, Arte
de François Truffaut, vendredi 6 novembre, 13h35 Arte
de Philippe de Broca, vendredi 6 novembre, 23h20, F3

 

3- Voir ensemble , saison 2 :

Voir ensemble saison 2

Après le Voir ensemble du confinement du printemps, je vous propose la saison 2, le Voir ensemble du reconfinement de l'automne. Si vous souhaitez rejoindre notre groupe déjà constitué depuis le lundi 18 octobre vous recevrez deux ou trois jours par semaine, par mail, le titre du film du soir.

Je propose de nous retrouver ce dimanche 1er novembre, à 20h55 sur Arte, autour de Dead Zone (David Cronenberg, 1983), son adaptation du roman de Stephen King.

Dead zone (David Cronenberg, 1983)

Séances précédentes :

Films du dimanche 18 octobre : Chantons sous la pluie (Stanley Donen, 1952) ; La mariée était en noir (François Truffaut, 1967) ; du mercredi 21 octobre : Moonrise kingdom (Wes Anderson, 2012) ; du lundi 26 octobre : L'homme qui aimait les femmes (François Truffaut, 1977), du jeudi 29 octobre, de Terreur à l'opéra (Dario Argento, 1987).

Si vous souhaitez vous abonner au programme, merci de me le demander ici : jeanluc.lacuve@gmail.com

 

4 - Histoire vagabonde du cinéma

Histoire vagabonde du cinéma

Cette histoire vagabonde du cinéma n'est pas une histoire du cinéma d'un seul mouvement, un récit surplombant, unique et linéaire. Vincent Amiel et José Moure, professeurs en études cinématographiques à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, proposent quatre grands axes de lecture pour penser le cinéma à partir de motifs (visages, corps, paysages, villes, histoires, documents); à partir des matériaux (Plans, couleurs, sons, récits, points de vue, mises en scène), à partir d'éléments constitutifs de la fabrication d'un film (Auteurs, tournages, Acteurs, actrices ; Animations; Effets spéciaux ; Montages), à partir des effets des films sur le spectateur (Spectateurs, spectatrices ; rires; Larmes ; Horreur ; Luttes; Théorie)

Ces grands axes pour penser le cinéma sont développés à partir d'une centaine de films parfois canoniques, parfois moins connus : soit quatre films pour chacune des six parties de chacun des quatre grands axes de lecture (4 axes x 6 chapitres x 4 films).

L'histoire est vagabonde car les tournants sont spécifiques dans chacun des 24 chapitres. Le récit se modernise à un moment, les lumières et le son à un autre. Il s'agit de saisir ces tournants spécifiques, leurs rythmes et leurs vitesses. Chaque fois, ce sont quatre films emblématiques et même, plus précisément, un photogramme particulier de chacun d'eux, qui déclenche l'évocation historique. Ce sont ces images caractéristiques, la plastique de ces photogrammes qui permettent de développer les moments importants, de tirer les multiples fils qui tissent la pensée du cinéma.

Car si elle est vagabonde, cette histoire est très documentée, citant environ 800 films de toutes époques et de tous pays, pour rendre concrètes les relations entre les formes, le contexte et les significations possibles. De ces 626 pages se dégage une compréhension, une émotion du monde par le cinéma sans cesse renouvelée.

J'y reviendrai pour un chapitre différent à chacune des prochaines newsletters mais n'attendez pas : pour le reconfinement, procurez-vous ce livre, sans doute le plus important depuis L'image mouvement (1983) et L'image-temps (1985).

A commander en "click and collect" : sur Caen à Eureka Street , Au Brouillon de Culture , Librairie Guillaume,

Amitiés

Jean-Luc Lacuve, le 1er novembre 2020

Précédentes newsletters : 12 janvier, 26 janvier , 9 février , 1 mars, 22 mars , 5 avril , 24 mai , le 7 juin , 21 juin , le 5 juillet , 19 juillet , 16 août , 13 septembre, 4 octobre , 18 octobre

 

Retour à la page d'accueil