Abonnez-vous à La newsletter du Ciné-club de Caen
sur demande à : jeanluc@cineclubdecaen.com

 

1 - Retour sur la séance du Ciné-club avec Family Romance LLC

2 - Films en salles

3 - A la télévision cette semaine 

4 - Festival du cinéma américain de Deauville

 

1 - Ciné-club du 10 septembre

Nous étions 38, ce jeudi 10 septembre au Café des Images, pour Family Romance LLC, description d'un monde qui se voudrait plus beau et plus chaleureux qu'il ne l'est. Le dépassement de soi, thème cher à Werner Herzog, trouve au Japon une terre où le simulacre s'achète et devient une institution tant est forte la pression pour rester dans la norme.

 

2 - Les sorties en salle

Dans un jardin qu'on dirait éternel . On avait tout à craindre d'une adaptation d'un essai traduit en français sous le titre La cérémonie du thé ou comment j’ai appris à vivre le moment présent (Marabout, 2019). Ce n’est cependant pas un manuel de développement personnel qu’avait publié Noriko Morishita en 2008 au Japon mais un essai autobiographique dont le cinéaste garde le titre original désignant un lieu de repli préservé des imperfections de la vie.

Family romance, LLC . Le dépassement de soi, thème cher à Werner Herzog trouve au Japon une terre où le simulacre s'achète. La puissance des réseaux sociaux incite l'aspirante actrice à se payer une fausse séance de photos afin de se montrer sur Instagram suivie par une foule de paparazzi, signe d'une célébrité à laquelle elle veut accéder. Avec les agences de rentaru furendo (littéralement «location de proches»), comme il en existe des dizaines au Japon, telle Family Romance que dirige Ishii Yuichi, il s'agit aussi de combler les manques d'une société où tout est ritualisé, normé, où les apparences doivent toujours être sauves.


3 - A la télévision cette semaine :

     
de Pascal Breton, samedi 12 septembre, 22h30, LCP
de Blake Edwards dimanche 13 septembre, 20h55, Arte
de Steven Spielberg dimanche 13 septembre, 21h05, , F2
de Woody Allen lundi 14 septembre, 21h05, Chérie25
de Yorgos Lanthimos, lundi 14 septembre, 22h40, Arte
de Jean-Pierre Melville, lundi 14 septembre, 0h00, Arte
de Nick Park, mardi 15 septembre, 21h00, Gulli
Valley of love
de Guillaume Nicloux, mercredi 16 septembre, 20h55, Arte
de Steven Spielberg, mercredi 16 septembre, 23h20, M6
de Simon Curtis jeudi 17 septembre, 20h55, Chérie25
de Serge Bozon, jeudi 17 septembre, 0h40, Arte
Le vélo de Ghislain Lambert
de Philippe Harel, vendredi 18 septembre, 21h10, L'équipe

 

4 - Festival du cinéma américain de Deauville

La compétition du Festival du cinéma américain de Deauville permet de nouveau la confrontation entre, d'une part, un cinéma mainstream, fictions élaborées dans l'idée de faire passer un message (Mon oncle Frank) ou de jouer au plus fin avec un scénario (The nest) et, d'autre part, des propositions plus personnelles basées sur une description documentaire du milieu en approfondissant la singularité des personnages valant alors pour autre chose que des vecteurs de fiction. Inutile sans doute de dire où va notre préférence. Meilleurs films de la compétition : The assistant de Kitty Green, Holler de Nicole Riegel, Kajillionaire de Miranda July (critiques à suivre ces prochains jours).


Palmarès :

Grand Prix : The nest de Sam Durkin
Prix du Jury : First cow de Kelly Reichardt et Lorelei de Sabrina Doyle
Prix de la Critique : The nest de Sam Durkin
Prix du public : Mon oncle Frank de Alan Ball
Prix Fondation Louis Roederer de la révélation : The nest de Sam Durkin
Prix Fondation Louis Roederer de la Mise en scène : The assistant de Kitty Green

Amitiés

Jean-Luc Lacuve, le 13 septembre 2020

Précédentes newsletters : 12 janvier, 26 janvier , 9 février , 1 mars, 22 mars , 5 avril , 24 mai , le 7 juin , 21 juin , le 5 juillet , 19 juillet , 16 août , 30 août

 

Retour à la page d'accueil