Abonnez-vous à La newsletter du Ciné-club de Caen
sur demande à : jeanluc@cineclubdecaen.com

1 - Festival des Boréales, spécial Norvège : Projections au Café des Images de La chasse (Erik Løchen, 1959), dimanche 17 novembre à 18 heures et, le jeudi 21 novembre, de Nouvelle donne (Joaquim Trier, 2006) au Ciné-club à 21h00.

2 - A la télévision cette semaine.

 

1 - Spécial cinéma norvégien : Le Festival des Boréales au Café des Images :

Moins connu à l’étranger que le théâtre de son pays (Ibsen, Jon Fosse, Arne Lygre), le cinéma norvégien est longtemps resté centré sur le marché intérieur, alors que ses voisins immédiats, le cinéma danois et le cinéma suédois, voyaient très tôt leurs longs métrages appréciés hors de leurs frontières. La situation en Norvège a changé au cours de ces dernières années, plusieurs films ont été nominés ou récompensés lors des grands festivals : Norway of life (Jens Lien) et surtout les films de Joaquim Trier : Nouvelle donne (2006), Oslo, 31 août (2011 Back home (2015) Thelma (2017). Ces succès permettent la sortie en France des deux films de son grand-père. En 2018 Utøya 22 juillet (Erik Poppe, 2018) exploite de manière formaliste le masssacre sur l'Île d’Utøya, Norvège, le 22 juillet 2011 dans un camp d‘été organisé par la Ligue des jeunes travaillistes.

La fréquentation des salles de cinéma en Norvège progresse de 3,0 % en 2018 à 12,1 millions d’entrées (8 pour la Finlande; 13 pour le Danemark et 16 pour la Suède). La part de marché des films nationaux est en nette hausse à 25,1 % (+7,0 points), alors que la part de marché américaine recule à 61,3 % (-8,5 points). Le classement est dominé par le film britannique Mamma Mia! Here We Go Again (Ol Parker, 0,7 million d’entrées), suivi par trois films nationaux. Le reste du top 10 est composé de films américains. En 2017, seul The Ash Lad: In the Hall of the Mountain King à la deuxième position avec 0,4 million d’entrées entrait dans le Top10. En 2016, trois films nationaux dominaient le box-office: The King’s Choice (0,7 million d’entrées), Carpenter Andersen Meets Santa Claus (0,5 million) et Børning 2: On Ice (0,4 million).

 

Dimanche 17 novembre à 18 heures. La chasse (Erik Løchen, 1959). Etudiant, Erik Løchen tente de s'enfuir en Suède pour entrer dans la résistance. Arrêté, il est envoyé dans les camps de Berg et de Grin où il reste 6 à 7 mois. Relâché en 1944, il rejoint la résistance communiste. A la fin de la guerre, beaucoup de ses amis d'enfance ont été tués. Il en garde un profond traumatisme. Pianiste et bassiste de jazz, il joue pendant des années avec Rowland Greenberg. Conscience de la forme, mêlée à la peur de mourir et à la paranoïa vont influencer La chasse (1959), présenté au festival de Cannes 1960 avec des films de la nouvelle vague.

Erik Løchen fait rendre gorge à un drame sentimental classique, entre deux hommes et une femme, en multipliant les formes de distanciation. Voix off, personnages interpellés, regards caméra et changements de registres (scénes documentaires et scènes oniriques) éclairent ainsi la généalogie mentale des actes du trio et invite son spectateur à une interrogation sur les fondements de son existence. Une démarche qui n’est ailleurs, pas sans évoquer celle de son petit fils, Joaquim Trier dans Oslo, 31 août. Comme La Chasse, ce récit de la dernière journée d’un suicidé est aussi une magnifique source de réflexion sur ce qui (dé)fait une vie humaine.

 

Jeudi 21 novembre à 21 heures, Nouvelle donne (Joaquim Trier, 2006) au Ciné-club à 21h00. On trouve dans ce premier long métrage du chef de file du cinéma norvégien, petit-fils d'Erik Lochen et auteur de Oslo, 31 aout (2011), les vertiges de la folie, l'énergie de la jeunesse, les délires entre potes, les angoisses de la création, le rock et la vodka, la danse et les nuits blanches, l'imagination qui galope, la vitesse, l'ivresse et l'indécision face à l'amour des femmes.

Depuis l'enfance, Erik et Phillip, unis par une profonde amitié, ont pour ambition de devenir écrivains. Alors que le manuscrit d'Erik est rejeté, celui de Phillip est publié et le jeune homme devient du jour au lendemain une figure de la scène culturelle norvégienne. Avec leurs amis, ils parlent aussi bien de Marguerite Duras qu'ils écoutent Joy Division, Le tigre ou The Jams.

Déroulement de la soirée du jeudi 21 novembre :

20h00 : Possibilité de se retrouver au Café des Images autour d'une tarte salée (8 euros la tarte et bières à partir de 3 euros). Merci de m'indiquer si vous voulez que je réserve pour vous.

21h00-21h10 : brève présentation du film au sein de la filmographie de Joaquim Trier et mise en relation avec La chasse, réalisé par son grand-père, Erik Løchen en 1959

21h10 : Projection de Nouvelle donne (Joaquim Trier, 2006, 1h43)

23h00 : Pot offert par le Café des Images autour duquel discuter du film et du cinéma norvégien

 

2- A la télévision cette semaine :

de Richard Linklater, lundi 18 novembre, 20h55,Arte
de Robert Bresson , lundi 18 novembre, 20h50, F5
de 'Raoul Walsh, lundi 18 novembre, 23h20, F5
d'Alfred Hitchcock, mardi 19 novembre, 13h35, Arte
de René Clément,mercredi 20 novembre, 20h55, Arte
de Charles Chaplin, mercredi 20 novembre, 22h20, Arte
de Morton Tyldum, jeudi 21 novembre, 21h05, F3
d'Alfred Hitchcock, jeudi 21 novembre, 13h25, Arte
de Joe Dante, jeudi 21 novembre, 23h00, Gulli
de Steven Soderbergh, jeudi 21 novembre, 21h15, TMC
de Steven Soderbergh, jeudi 21 novembre, 23h30, TMC
de Christian Jaque, vendredi 22 novembre, 13h35,Arte

Jean-Luc Lacuve, le 17 novembre 2019

Précédentes newsletters : 6 janvier , 20 janvier , 3 février , 17 février , 3 mars , 17 mars , 31 mars , 14 avril , 28 avril, 12 mai , 26 mai , 10 juin , 23 juin , 18 août , 1er septembre , 29 septembre , 6 octobre , 3 novembre

 

Retour à la page d'accueil