DVD coffret Mizoguchi
coffret 4DVD, 3 films : L'Elégie de Naniwa (1936), Contes des chrysanthmes tardifs (1939) et Les 47 ronins (1942, 2DVD). DVD Elegie de Naniwa DVD Contes ds chrysanthemes tardifs DVD les 47 ronins
 
(analyse )

(analyse )

(analyse )

Editeur : Mk2, octobre 2007. DVD1 (film : 1h09, total : 2h06). DVD2 (film : 2h17. total : 2h50). DVD3 (film : 3h34). DVD4 (1h31). Format image : 1.33. Version originale mono - Sous-titres : Franšais

Suppléments :

De L'élégie de Naniwa (1936) aux Contes des chrysanthèmes tardifs (1939)
ou comment Mizoguchi est devenu "Dieu"

Coffret essentiel pour redécouvrir les films des années 30 de Mizoguchi qui sont souvent mal aimés car mal connus pour avoir été vus sur des copies mutilées ou en mauvais état. Superbement restaurés, chacun des trois films du coffret marquent un aspect important de l'œuvre du plus grand des cinéastes japonais ou comment il est devenu "Dieu" selon le mot des critiques de la Nouvelle vague.

L'élégie de Naniwa (1936) est l'un des premiers films retrouvés de Mizoguchi. Il préfigure les grands drames sociaux des années 50 : Le destin de madame Yuki (1950), La rue de la honte (1956). Même si Mizoguchi n'a pas encore trouvé le style de ses futurs chef-d'œuvre c'est un film bouleversant et révolté contre le cynisme de la famille et du monde des bureaux.

Contes des chrysanthèmes tardifs (1939) est le chef-d'œuvre de Mizoguchi avant la relative période de récession qui suit la défaite de 1945. Reconnu comme un film aussi important que Les contes de la lune vague après la pluie par Noël Burch, Gilles Deleuze ou Jacques Lourcelles, il est ici magnifiquement et subtilement analysé par Charles Tesson.

Les 47 ronins (1942) est le premier grand film historique de Mizoguchi, beaucoup moins mouvementé toutefois que ses chefs-d'œuvre des années 50 : L'intendant Sansho (1954), L'impératrice Yang-Kwei-fei (1955), Le héros sacrilège (1956). Il est accompagné ici d'un très complet appareillage critique sur la transformation de ce fait divers en mythe national. Analyses brillantes une fois de plus de Charles Tesson et Jean Narboni.

 

Mk2
 
présente