Jeudi 16 novembre à 20h20 :
A beautiful day (2017, 1h25) de Lynne Ramsay
 
 

La fille d’un sénateur disparaît. Joe, un vétéran brutal et torturé, se lance à sa recherche. Confronté à un déferlement de vengeance et de corruption, il est entraîné malgré lui dans une spirale de violence...

A beautiful day a remporté le prix du scénario, ex aequo avec Mise à mort du cerf sacré de Yorgos Lanthimos et le prix d'interprétation masculine pour Joaquin Phœnix, lors du festival de Cannes 2017.

Depuis, Lynne Ramsay a, ici ou là, été accusée de formalisme vis à vis du genre du thriller. Oui, c'est bien une formaliste, son moyen de mettre la violence à distance. C'est au travers des sentiments des victimes que la violence est mise en scène, échappant ainsi à la complaisance pour une violence obscène, (adjectif qui signifie littéralement privé de scène).  

We need to talk about Kevin, son précédent film de 2013 commençait par un plan de  vent dans les rideaux d'une fenêtre ouverte, bien plus effrayant que le plan sur des corps assassinés. Il était imprégné de la peur de celle qui pressentait le drame.


Dans A beautiful day, la violence que le personnage met en œuvre est, soit filmée d'assez loin, soit dans son avant ou dans son après. En même temps qu'il agit au présent, Joe est envahi par ses souvenirs traumatisants. C'est bien davantage cette immersion dans les traumatismes passés qui est filmée.

On examinera en quoi le film serait, selon la formule choc du quotidien britannique The Times, le Taxi driver (Martin Scorsese, 1976) du XXIe siècle... et bien davantage encore en quoi il s'en éloigne.

L'analyse comparée du livre de Jonathan Ames (New York 2013 et 2013 pour la traduction française) et du film me permettra de vous indiquer les premières pistes. Mais ce  sont les scènes les plus formalistes (que vous ne manquerez pas de repérer) qui  donnent au film son ton très personnel : celui que nous découvrirons ensemble jeudi.

En attendant jeudi, je vous invite à vous plonger dans l'univers du vidéaste Bill Viola auquel le film fait parfois penser

Version courte de Ascension de Bill Viola
Ascension (Bill Viola, 2000, 10'). Ci-dessus, en vidéo, la version courte de 1'50

 

Après le film et le débat, un pot est offert par le Café des Images.

A ce jeudi 16 novembre donc j'espère.

Jean-Luc Lacuve

Séance du jeudi 7 septembre avec Le privé (Robert Atman, 1973)

De septembre 2007 à juin 2017, ce sont 102 séances de ciné-club qui se sont tenues, au rythme d'une par mois de septembre à juin-juillet avec le public du Café des Images. Le film qui est analysé en salle est l'un de ceux de la programmation normale du cinéma.  Il s'agit de recueillir le plus de façons différentes de voir le film et de proposer  à partir de là deux ou trois angles d'analyses. Je synthétise ensuite ces approches au sein d'une critique, mise en ligne sur le site.

 
Séance du 7 juin 2016 : La chair et le sang (Paul Verhoeven, 1985)
Présentation (video de 8')
Débat (vidéo de 27'30)

Depuis 2013, des extraits de films d'autres œuvres du metteur en scène sont projetés pour permettre de dégager les angles d'analyse. Il s'agit, en s'appuyant sur la tradition de la politique des auteurs, de vérifier la permanence et les variations d'un style au travers d'une filmographie.

Certains débats sont coanimés par un partenaire : Festival des Boréales, Musée des beaux-arts, Centre Chorégraphqiue, UFR des arts du spectacle, de lettres et de géographie de l'Université, Club Chine-Normandie, atelier philo d'Hérouville-saint-Clair,critique ou spécialiste musical.

Le choix des films reflète la qualité et la diversité de la programmation du Café des images. Près d'un tiers des films (31) sont des films de patrimoine, reprises officielles ou demande d'un partenaire et un peu plus des deux tiers (71) sont des films d'actualité. 25 films sont américains, 22 films français ; 9 japonais; 6 canadiens; 4 italiens, allemands et anglais ; 4 chinois, 3 espagnols ; 2 russes, suédois, coréens et 1 taïwanais, thaïlandais, brésilien, argentin, polonais, roumain, hongrois, hollandais, portugais, palestinien, tchadien, sénégalais, danois, norvégien et islandais.

Le jeudi 4 février 2016 : projection des Délices de Tokyo avec dégustation de sushis, offerts par le restaurant Saveur Sushi, rue de Strasbourg à Hérouville Saint-Clair et confections maisons de dorayakis
19h30 : les sushis de Saveur Sushi
dorayakis maison par les membres du ciné-club
 
Le samedi 23 janvier 2016 : Le Club Chine-Normandie et le Ciné-club de Caen s'associent pour proposer de découvrir Black Coal (Yi’Nan Diao, 2014), précédé d'un Café Mandarin
19h45 : accueil
les verres circulent
 
Photographies du débat de juin 2015 à propos
de L'ombre des femmes (Philippe Garrel, 2015).
Présentation de L'ombre des femmes
Animation du débat après la projection
Projection d'extraits de films du réalisateur :
La cicatrice intérieure, Elle a passé tant d'heures sous les sunlights, La jalousie.
Fin de soirée conviviale autour d'un pot pour ceux qui ne craignent pas de prolonger la soirée jusqu'à la fermeture du cinéma
Photographies du débat d'octobre 2015 à propos de Vers l'autre rive (Kiyoshi Kurosawa, 2015)

Lors de cette séance de ciné-club, nous avons bien entendu parlé de fantômes japonais : de leur façon d'apparaître et de disparaître... et de faire la cuisine. Mais le débat s'est vite déplacé dans le hall du Café des Images... après l'annonce que le buffet de Maki préparés par Michelle et Anne était ouvert.

Au total, une très sympathique et animée soirée qui a augmenté un peu plus encore le cercle des ciné-clubiens : la cotisation annuelle n'est que de deux euros...


Séances 2007-2008 : La fille coupée en deux (Claude Chabrol), Sicko (Michael Moore), Les promesses de l'ombre (David Cronenberg), Paysages manufacturés (Beichal), La graine et le mulet (Abdletif Kechiche), Sweeney Todd (Tim Burton), L'orphelinat (Bayona) , Grizzly man (Werner Herzog), Je t'aime, je t'aime (Alain Resnais), Un conte de Noël (Arnaud Desplechin).

Séances 2008-2009 : Gomorra , La belle personne, L'échange , La corde , Le miroir magique ,Woman on the beach , Bellamy , Tokyo Sonata ,Yella , La femme sans tête.

Séances 2009-2010 : Non ma filles tu n'iras pas danser, Fish tank , Les herbes folles, De l'eau tiède sous un pont rouge ,Invictus , Les amours d'une blonde , Shutter island ,Ajami , Bad Lieutenant : Escale à la Nouvelle Orléans ,Les chausssons rouges

Séances 2010-2011 : L'homme à la caméra, Un homme qui crie, Thirst , La nuit du chasseur , New York Miami , I wish I knew , Je suis un no man's land , Pina , Le journal d'une femme de chambre, Tomboy

Séances 2011-2012 : Habemus Papam , L'Apollonide-souvenirs de la maison close, Au seuil de la vie, Carnage , A dangerous method , Le cheval de Turin , Despair, Colonel Blimp , I wish nos voeux secrets, Sur la route.

Séances 2012-2013 : Like someone in love, Oslo 31 août , Gigi , The master, Mundane history , Camille Claudel 1915, Les amants passagers , The grandmaster, Shokuzai, celles qui voulaient se souvenir, La grande Bellezza.

>

Séances 2013-2014 : Jimmy P. , Une chambre en ville, Nói albínói , La jalousie, Mère et fils , Lettre d'une inconnue , Les fraises sauvages , Les chiens errants , Touki-bouki , Maps to the stars , Johnny got his gun, Le soleil brille pour tout le monde.

septembre
Noi Albinoi
La jalousie
Lettre d'une inconnue
Les fraises sauvages, ciné-club mars
Les chiens errants, ciné-club avril 1
Touki Bouki, ciné-club avril 2
Maps to the stars
Johnny got his gun
Le soleil brille pour tout le monde, ciné-club de juillet

 

Séances 2014-2015 : Sils Maria, Mommy, Alexandre Nevski, We can't go home again, Whiplash, Les merveilles, La isla minima, Kommunisten, Trois souvenirs de ma jeunesse, L'ombre des femmes.

Sils Maria
Mommy
Alexandre Nevski
We can't go home again
Whiplash
Alexandre Nevski
Marshland (La isla minima)
Kommunisten
Trois souvenirs de ma jeunesse
L'ombre des femmes

Séances 2015-2016 : In the family, Vers l'autre rive, Gertrud, Caravaggio, Black coal, Les délices de Tokyo , Antonio das Mortes , Everybody wants some , Nos souvenirs, La chair et le sang.

In the family
Vers l'autre rive
Gertrud
Carravagio
Black coal
Les délices de Tokyo
Nos souvenirs
La chair et le sang

Séances 2016-2017 : Juste la fin du monde, Mirage de la vie, Menilmontant, The limits of control, La socièté du spectacle, Les rendez-vous de Paris, Un merveilleux dimanche, The world, Après la tempête, La pyramide humaine

Juste la fin du monde
Mirage de la vie
Menilmontant
The limits of control
Société du spectacle
Les rendez-vous de Paris
Un merveilleux dimanche
The world

Séances 2017-2018 : Le privé, Un beau soleil intérieur, A beautiful day

Le privé
Un beau soleil intérieur
A beautiful day
première phase : débat de trois quarts d'heures
ici dans la salle coupole

La séance se déroule en deux phases successives après le film projeté à 20 heures : trois quarts d'heures de débat dans la salle puis prolongation, pour ceux qui ne craignent pas de se coucher un peu plus tard, autour d'un pot offert par le Café des images dans le hall du cinéma.

débat
de 22 heures à 23 heures

débat
de 22 heures à 23 heures
Après le débat, le bureau du ciné-club
invite les cinéphiles acharnés à prolonger la dicussion et à faire connaissance...

Ouest-France du Jeudi 12 septembre 2013

 voir la vidéo (3m47)
New York Miami présenté par Jacques Perrotte et Jean-Luc Lacuve au Café des Images le 6/01/2011
Voir la vidéo (3m47)
Retour à la page d'accueil