Tous les garçons s'appellent Patrick
1957

Deux amies, Charlotte et Véronique, partagent une chambre à Paris... Dans la même journée, chacune fait la connaissance de Patrick qui ne manque pas de les courtiser et de leur fixer un rendez-vous "amoureux"... Elles se confient l'une à l'autre, leur "petite aventure" et se décrivent mutuellement leur soupirant. Cependant, ce dernier se trouve déjà dans les bras d'une autre fille...

Charlotte et Véronique, plus connu de nos jours sous le titre Tous les garçons s'appellent Patrick est le premier court métrage professionnel de Godard. Il est produit par Pierre Braunberger et tourné en trois jours en juin 1957.

Charlotte est alors un personnage récurrent des premiers courts métrages de la Nouvelle vague, que l'on a déjà vu quelques années avant dans Charlotte et son steak sous la direction d'Éric Rohmer et que l'on reverra deux ans plus tard à nouveau chez Godard dans Charlotte et son Jules. Cette série de courts métrages est l'occasion de proposer, selon leurs auteurs, des portraits de jeunes filles "modernes et parisiennes". On peut y voir le début des séries initiées par Rohmer, qui a écrit le scénario.

Charlotte et Véronique sort en complément de programme du film d'Edouard Molinaro, Un témoin dans la ville.

Godard réalisera deux autres courts métrages pour Pierre Braunberger : Une histoire d'eau coréalisé avec François Truffaut, et Charlotte et son Jules interprété non plus par Jean-Claude Brialy mais par Jean-Paul Belmondo que Godard retrouve pour À bout de souffle.

 

Retour à la page d'accueil

(Charlotte et Véronique). Avec : Nicole Berger, Anne Colette, Jean-Claude Brialy. 0h20.
Genres : Comédie sentimentale