Straight shooting
1917

Thunder Flint se trouve à la tête d'un important ranch et son principal désir est de se débarasser de tous les fermiers des environs. Sweetwater Sims est l'une de ses prochaines victimes, mais celui-ci n'est pas décidé à se laisser faire. Il perdra son fils, mais aider par un hors la loi, Cheyenne Harry, qui deviendra son gendre, il vaincra le chef des cow-boys.

Straight shooting est le sixième film de Ford, mais le premier à avoir survécu et le premier d'une longueur importante (cinq bobines). Ford n'a que vingt deux ans, mais on découvre déjà toute les qualités du cinéastes. On peut en effet remarquer son sens exceptionnel du décor et du paysage, sa manière d'intégrer ses personnages à de vastes étendues, à des collines ou des montagnes, la façon aussi d'utiliser le système des caches pour renforcer un plan, augmenter l'intensité d'un visage.

De même, lorsque le vieux Sims caresse tendrement l'une des pierres de la tombe rudimentaire de son fils Ted, on sent déjà l'anonce de ces admirables scènes fordiennes dans lesquelles les héros -Henry Fonda ou John Wayne - se recueillent et se confient à ceux qui sont déjà passés de l'autre côté. Lors de la séquence finale, la vue que l'on peut voir à travers une porte ouverte, à gauche du plan, est aussi une ébauche de ce que seront les plans sublimes au début et à la fin de La prisonnière du désert.

 

Retour à la page d'accueil

Genre : Western

Avec : Harry Carey (Cheyenne Harry), Molly Malone (Joan Sims), Duke Lee (Thunder Flint) george Berell (Sweetwater Sims). 1h07.

Voir : Photogrammes