Les mangeurs de pommes de terre 1885 Amsterdam, Musée Van Gogh
Les souliers 1886 Amsterdam, Musée Van Gogh
Agostina Segatori 1887 Amsterdam, Musée Van Gogh
Autoportrait 1888 Amsterdam, Musée Van Gogh
Le semeur au soleil couchant 1888 Otterlo, Musée Kröller-Müller
Quatrorze tournesols dans un vase 1888 Londres, National Gallery
Terrasse du café le soir 1888 Otterlo, Musée Kröller-Müller
Le café de nuit, place Lamartine 1888 New Haven, Yale University
Chambre de Vincent à Arles 1888 Amsterdam, Musée Van Gogh
La vigne rouge 1888 Moscou, Musée Pouchkine
Souvenir du jardin à Etten 1888 Leningrad, Musée de l'Ermitage
Le semeur au coucher du soleil 1888 Zurich, Fondation E. G. Bührle
L'Arlésienne 1888 New York, Metropolitan
Quatrorze tournesols dans un vase 1889 Tokyo, Yasuda insurance company
Quatrorze tournesols dans un vase 1889 Amsterdam, Musée Van Gogh
Autoportrait (L'homme à la pipe) 1889 Chicago, Collection Leigh B. Block
Iris 1889 Malibu, Paul Getty Museum
La nuit étoilée 1889 New York, M.O.M.A.
Le surveillant en chef Trabuc 1889 Solothurn, Kuntsmuseum
Autoportrait sans barbe 1889 Collection particulière
Pieta (d'après Delacroix) 1889 Amsterdam, Musée Van Gogh.
Champ de blé avec cyprès 1889 Collection privée
Chambre de Vincent à Arles 1889 Chicago, The art institute
Chambre de Vincent à Arles 1889 Paris, Musée d'Orsay
Autoportrait à Saint Remy 1890 Paris, Musée d'Orsay
Branches fleuries d'amandier 1890 Amsterdam, Musée Van Gogh.
Marguerite Gachet dans son jardin 1890 Paris, Musée d'Orsay
Eglise d'Auvers 1890 Paris, Musée d'Orsay
Portrait du docteur Gachet à digitale 1890 Paris, Musée d'Orsay
Portrait du docteur Gachet 1890 Collection particulière
Epis de blé 1890 Amsterdam, Musée Van Gogh
Portrait de jeune paysanne assise 1890 Berne, collection H. R. Hahloser
L'homme au bleuet 1890 Lieu inconnu
Marguerite Gachet au Piano 1890 Bâle, Offentliche Kunstsammlung
Champ de blé sous un ciel orageux 1890 Amsterdam, Musée Van Gogh
Plaine près d'Auvers avec ciel nuageux 1890 Munich, Neue Pinacothèque
Les bords de l'Oise à Auvers 1890 Detroit, Detroit Institute of Arts
La plaine d'Auvers avec ciel nuageux 1890 Pittsburgh, Museum of art
Champ de blé aux corbeaux 1890 Amsterdam, Musée Van Gogh

 

I Van-Gogh avant Vincent : Naissance d'une vocation.

Ses goûts littéraires le portent vers La Bible, Zola, Dickens, Michelet, Hugo. En 1869-1877, il est employé de la galerie d'art Goupil et voyage entre La Haye, Londres et Paris. Ses influences picturales le portent vers Rembrandt, Daumier, Millet :

"Pour moi ce n'est pas Manet qui est le peintre extrêmement moderne, mais Millet, qui pour beaucoup de gens ouvre des perspectives lointaines." Lettre à Théo depuis Saint-Rémy.


1878-1879 : Prédicateur du Borinage
1882-1883 : La Haye

"Sorrow", un dessin de femme représentant sa triste compagne d'alors.

II Les périodes de Vincent

1) Nuenen (dec 1883 - nov 1885)

Décidé définitivement à devenir peintre, Van-Gogh signe avec son prénom : Vincent. Influences : Rembrandt et Hals ; empattement, clair-obscur.

"Je ne suis pas mécontent que certains peintres actuels nous privent du bistre et du bitume avec quoi on a peint tant de choses magnifiques"

Paysanne glanant, dos et profil, Les mangeurs de pommes de terre

 

2) Intermède anversois (nov 1885 - fev 1886)

Influences : Rubens qu'il découvre au musée et qui le sensibilise à la couleur et estampes japonaises.

Tête de mort à la cigarette, résonances Ensoriennes

 

3) Paris (fev.1886 - fev 1888)

Utilisation encore modérée de la couleur mais sous l'influence de Gauguin et de Lautrec, il utilise le pouvoir symbolique de la couleur et la déformation expressionniste de la ligne.

Autoportrait , Portrait du père Tanguy

Appelé par son frère Théo à Paris, Van-Gogh fait la connaissance de Lautrec, Pissaro, Gauguin, Bernard, Signac.

 

4) Arles (fev 1888 - mai 1889)

Dépassement de la dispersion impressionniste et de son caractère allusif. Il va chercher dans le midi, dont Lautrec lui a parlé, plus de lumière, plus de couleur.Dessin aux accents forts et brefs, couleur étale et tenue.

L' Arlésienne , Café la nuit

crise du 23 décembre 1888 avec Gauguin, il se mutile l'oreille. Internement à l'Hôtel-dieu en mars.

 

5) Saint Rémy (mai 1889 - mai 1890)

Dessin souple et sinueux, densité de matière

Les peupliers

Internement volontaire à l'hospice de Saint-Paul de Mausole "exprimer avec le rouge et le vert les terribles passions humaines."

6) Auvers sur Oise (mai 1890 - juillet 1890)

De Marguerite Gachet dans son jardin à Champ de blé aux corbeaux .Le docteur Gachet, amateur d'art, recueille Vincent qui semble aller mieux. Pourtant, le 27 juillet, il se tire une balle dans la tête. Il meurt le 30 juillet.

Premier article critique paru en janvier 1890. En février 1890, achat de "La vigne rouge" par un peintre belge pour 400F. Ainsi, c'est dès l'année même de sa mort que Van-Gogh commençait à être connu. Il a tout de suite eu une influence profonde sur les peintres modernes adeptes de l'expressionnisme. Les fauves français utiliseront la construction du tableau par la touche colorée. Les expressionnisme allemand retiendront la valeur symbolique de la couleur et l'xpressionnisme abstrait, la rapidité fébrile de l'exécution.


Les raisons d'un sucide.

En juillet 1889, L'Angélus de Millet avait été vendu aux enchères. Le tableau avait soudain rapporté plus d'un demi-million de francs, maintenant que le peintre était mort. Van Gogh trouvait cette situation tout simplement misérable : "Et les prix élevés dont on entend parler, qui sont payés pour des oeuvres de peintres qui sont morts et n'ont pas été payés de la sorte de leur vivant retirent plus d'inconvénients que d'avantages. (Lettre 612)"

"Et pourtant, et pourtant", scande-t-il dans la lettre 638 "Certains de mes tableaux trouveront un jour des amateurs. Mais tout le bruit fait à propos des prix élevés qui ont été payés ces temps derniers pour des Millets, etc., aggrave à mon avis la situation. "

Dans sa dernière lettre il exprime encore plus clairement encore les raisons d'un suicide. Cette lettre, la 652, a été retrouvée dans la veste de Vincent après sa mort. Il n'avait pas souhaité l'envoyer à son frère. Elle lui semblait sans doute trop rude, trop profondément expressive, pour vouloir importuner Théo qui était fourré dans les difficultés jusqu'au cou. Il écrivit à la place une lettre plus neutre et plus superficielle. C'est ainsi que la première lettre, la lettre 652 qui ne partit pas devint le testament de Vincent. Elle se terminait par ces phrases :"Dans un moment où la situation entre marchands de tableaux d'artistes décédés et marchands de tableaux d'artistes vivants est très tendue. Et mon propre travail, eh bien, je mets ma vie en jeu, et mon esprit y est resté pour moitié -bon-, mais pour autant que je sache, tu ne fais pas partie des marchands d'esclaves et tu peux, je trouve, prendre position et agir vraiment humainement- mais que faire ?" Du fait de son suicide, son frère ferait bientôt partie de la première catégorie.

BIBLIOGRAPHIE,

Jo van Gogh-Bonger, belle-soeur de Vincent et veuve de Theo, a publié pour la première fois au cours des années 1914/15, les lettres gardées par son mari. 652 lettres en tout dont on a conservé la numérotation jusqu'à nos jours. En 1911 Emile Bernard, l'un des amis les plus intimes de Vincent, avait déjà fait publier les lettres qui lui avaient été adressées. Celles-ci ont été numérotées de façon autonome et leur numéro est précédé d'un B. En 1937, Anton Van Rappard, un collègue hollandais de Vincent, rendit accessible les lettres que lui envoya celui-ci. Elles sont marquées d'un R van leur numéro. En 1954, parut enfin un recueil imprimé des lettres adressées à sa soeur Willemina, lettres dont la numérotation est précédée d'un W. On publia également de 1952 à 1954, les réponses de Theo et sa femme, 41 en tout, toutes marquées d'un T. Ce sont au total plus de 800 lettres qui ont pu être conservées.

FILMOGRAPHIE

Alain Resnais : Van Gogh (1948)
Vincente Minnelli : La vie passionnée de Vincent Van Gogh (1956)
Maurice Pialat : Van Gogh (1991)

 

Retour à la page d'accueil de la section Beaux-Arts
 

(1853-1890)
Expressionnisme