L'annonciation
Fra Angelico
1434
 
 

L'annonciation
Fra Angelico,1433-34
Détrempe sur bois, 175 x 180 cm
Musée Diocésain, Cortone

   

La composition est singulière car le batiment a l'air d'être composé de deux arcs sur trois, alors qu'en fait il a toujours été composé de trois arcs sur trois. Sur le mur, il y a en effet un arc vide et deux arcs aveugles. De plus, lorsque Fra Angelico reprendra plus simplement l'Annonciation au couvent de san Marco avec la vierge assise cette fois sur un tabouret, on distinguera nettement l'amorce de la troisième arche. La chaise ne s'appuie donc pas contre le mur mais est placée au centre.

Pour Daniel Arasse, si Fra Angélico a choisi ce cadrage particulier c'est pour figurer le mystère de l'Incarnation. L'incarnation est ce moment où tout à coup se met en visibilité le trois en un. Or le centre géométrique du tableau est occupé par la porte donnant sur la chambre de la Vierge et par le rideau rouge au centre géométrique de l'image, sur lequel vient s'inscrire l'auréole de l'Ange Gabriel. Le rouge c'est la couleur du sang, et qu'apporte la Vierge à l'Incarnation ? Son sang. La femme donnait son sang et l'homme la forme. Le rideu rouge au coeur géométrique du tableau est le sang de la Vierge qui va donner matière au corps du Christ, à l'incommensurable figuré par l'auréole d'or.

Le dialogue entre l'Ange et la Vierge Marie est inscrit en lettres d'or. Celui de l'Ange va de gauche à droite. Celui de la Vierge, en revanche, est inscrit de doite à gauche et à l'envers, ce qui est absolument illisible. Non seulement ce n'est pas visible de loin mais, en plus, il faudrait retourner le tableau pour pouvoir le lire. Elle répond : "Ecce ancilla domini, fiat mihi secundum verbum tuum".("Je suis la servante du Seigneur, qu'il me soit fait selon son verbe") et, dans l'instant même, dès lors qu'elle accepte, l'Incarnation est faite.

Daniel Arasse a remarqué que dans cette formule archicanonique, que tous les prêtres connaissent, on peut lire uniquement "Ecce ancilla domini" et "verbum tuum". "Fiat mihi secundum" a disparu !

Ce fiat qui fait l'Incarnation a disparu. Peut-être passe t-il derrière la colonne, symétrique là aussi avec la disposition des paroles de l'Ange qui passent devant la colonne. Mais on retiendra aussi l'hypothèse de Daniel Arasse selon laquelle le texte manquant passe à l'intérieur de la colonne ; la colonne est le "Fiat mihi secundum". La colonne est le symbole traditionnel du Christ.

 

Retour à la page d'accueil de la section Beaux -Arts