Hadès était le fils de Cronos et de Rhéa, à qui échut le monde souterrain où vont les ombres des morts. Il régnait avec sa femme Perséphone sur les Enfers et les morts.

Ce n' était pas un dieu monstrueux mais simplement implacable et inflexible dont le simple nom était déjà de mauvais augure c'est pourquoi on utilisait très fréquemment un surnom ou un euphémisme pour le désigner:
Ploutôn = celui qui enrichit,
Eubouleus = le Bon Conseiller,
Aïdoneus = celui qu' on ne voit pas
Klymenos = Renommé,
Polydegmon = qui reçoit beaucoup,
Pylartes = aux portes solidement closes,
Stygeros = horrible,
Zeus Katachtonios, ou Zeus Chthonios = le Zeus des Enfers
Dis ou Dis Pater chez les romains
Orcus, nom utilisé par les romains mais dont l'origine reste obscure.
Plus tard, il fut aussi considéré comme un dieu bienfaisant, dispensateur de la richesse agricole (Ploutôn, celui qui enrichit), d'où sa corne d' abondance.

Il fut identifié avec Sérapis ptolémaïque et avec Pluton romain.

Il était coiffé de la kunéê, casque fabriqué par les Cyclopes qui rendait invisible tous ceux qui le portaient. Il lui arrivait de le prêter à des mortels comme à Persée quand il alla voir Méduse ou à des dieux comme Hermès quand il combattit les Géants ou Athéna lors du siège de Troie ce qui lui permit de ne pas se faire voir d' Arès.

Il est souvent représenté avec une lance à deux dents à la main. Il faut ajouter deux (ou quatre) chevaux bleu nuit qui lui servirent à enlever sa future femme.

Il possédait aussi des troupeaux, qui paissaient dans l' île d'Erythie, l'île rouge. Ils étaient gardés par le berger Ménoétès qui espionna Héraclès lorsque le héros s' empara des troupeaux de Géryon.
Hadès sur son char

Hadès intervient rarement dans les légendes.
En effet, peu de mortels se hasardèrent à lui rendre visite:

Les immortels aussi n'imaient se rendre dans son royaume lugubre, exception faite d'ermès qui était chargé de conduire les âmes aux Enfers et qui servait de messager.

De plus il sortait rarement de son royaume: Une fois pour l' enlever Perséphone et une autre fois pour se faire soigner sur l'Olympe la blessure infligée par une flèche d'Héraclès.


Hadès enleva Perséphone, avec l'accord de Zeus, alors qu'elle était en train de cueillir des fleurs en compagnie de nymphes dans la plaine d'Enna (Sicile). Déméter la chercha partout sur la terre et déchaîna une grande famine. Zeus fut alors obligé de tenter une réconciliation et ordonna à son frère de rendre Perséphone à sa mère avant que la terre entière ne soit morte de faim. Il envoya Hermès porter le message à Hadès. Ce dernier fut d' accord de la laisser partir à condition qu 'elle n' ait pas encore goûté la nourriture des Morts.
Et comme Perséphone n'avait rien mangé depuis son enlèvement, Hadès, contraint de respecter les conseils de son frère, dissimula son dépit et la renvoya vers sa mère.
Les larmes de Perséphone cessèrent immédiatement de couler. Mais juste au moment où elle se mettait en route pour Eleusis, un des jardiniers d' Hadès, du nom d'Ascalaphos, rapporta à Hadès qu'il l'avait vu cueillir une grenade et en manger sept grains.
Perséphone avait mangé la nourriture des Enfers et devait rester éternellement dans le sombre royaume. Zeus intervint à nouveau et proposa à Perséphone de passer trois mois de l' année aux Enfers et neuf mois sur la Terre. Ce qui fut accepté.


Selon Ovide et Strabo, Hadès tomba amoureux de Mintha ou Mentha, la nymphe du fleuve des Enfers, le Cocyte. Mais cette liaison déplut fortement à Perséphone qui piétina la malheureuse Mintha.
Hadès (ou Perséphone elle-même) la transforma en plante : la menthe

Leuce, une autre nymphe fille d'Océan, fut enlevée par Hadès et changée par Perséphone (ou Hadès) en peuplier blanc..


Il resta toujours le dieu des morts, craint et détesté, représenté comme un homme mûr, barbu, farouche, souvent assis sur un trône et tenant une patère° et un sceptre, avec le chien à trois têtes, Cerbère, ou un serpent à ses pieds.

Source : Le grenier de Clio