Selon la légende la plus connue, Athéna (Aqena) serait sortie tout armée et casquée de la tête de Zeus en poussant son cri de guerre ; suivant d'autres traditions moins répandues, elle naquit en Libye ou en Egypte, elle passait aussi pour la fille de Poséidon. Elle fait partie des douze Olympiens.

Ses innombrables surnoms rappellent les circonstances de sa naissance ou sa physionomie, ses attributions:

Tritogeneia (née près du Triton),
Coryphasia (née sur une hauteur),
Pallas ou Parthénos (la vierge),
Glaukôpis (aux yeux brillants),
Hippia (protectrice des chevaux),
Promachos (le rempart de la cité),
Polias (gardienne de la ville),
Nikè(la victorieuse),
Ergané (la travailleuse),
Pronoia (la prévoyante),
Agoraia (déesse de l'agora),
ou des détails de son culte: Apatouria, Chalciaekos, Itonia, Pandrosos, Phratia, Skiras, etc.

Divinité agricole elle dota l'Attique de l'olivier et du figuier. Divinité de la Sagesse et de l'Intelligence, elle présidait aux arts, aux inventions, aux assemblées, à l'éloquence. Athéna inventa la flûte, la trompette, la poterie, la charrue, le râteau, le joug pour les boeufs, le char et le navire. C'est elle la première qui enseigna les nombres et tous les arts pratiqués par les femmes.
Divinité guerrière, elle représentait la bravoure réfléchie. Elle n'aimait pas les batailles; au contraire, elle était heureuse quand elle pouvait faire cesser une querelle ou lorsqu'elle pouvait soutenir le droit par des moyens pacifiques. En temps de paix elle ne portait pas d'armes, quand elle en avait besoin, elle les empruntait généralement à Zeus. Elle était encline à la clémence: lorsque les voix des juges était à égalité dans un procès à l'Aréopage, elle votait toujours de manière à faire libérer l'accusé. Cependant une fois engagée dans la bataille elle n'était jamais vaincue, même contre Arès, car elle possèdait une meilleure connaissance de la stratégie et les sages capitaines s'adressaient toujours à elle lorsqu'ils avaient besoin d'un conseil.
Athéna combattant Arès par SUVEE
(© musée des beaux-arts de Lille)

Elle paraissait souvent dans la mythologie, lutta contre les Titans, entra en rivalité avec Poséidon, protègea des héros: Héraclés, Persée, Bellérophon, Ulysse, etc. Personnification du ciel lumineux, déesse toujours vierge elle avait les attributions les plus variées.

la chouette, le casque, l'égide, ( bouclier orné de la tête de Méduse), la lance d'or, l'olivier, le Serment, la Victoire ailée.

Naissance d'Athéna
Zeus convoitait Métis, la Titanide, qui se métamorphosait constamment pour lui échapper jusqu'à ce qu'elle fût prise et rendue enceinte.

Un oracle de la Terre-Mère déclara alors que l'enfant serait une fille et que si Métis enfantait de nouveau, le fils qu'elle porterait détrônerait Zeus, de la même manière que Zeus avait lui-même détrôné Cronos et que Cronos avait détrôné Ouranos. C'est pourquoi après avoir entraîné Métis vers sa couche avec de douces paroles, Zeus ouvrit brusquement la bouche et l'avala, et ce fut la fin de Métis, bien qu'il affirmât par la suite qu'elle lui donnait des conseils de l'intérieur de son ventre. Au bout d'un certain temps, un jour, se promenant sur les rives du lac Triton, il fut pris d'un mal de tête si violent qu'il lui sembla que son crâne allait éclater et il se mit à pousser de tels cris que le firmament entier lui fit écho. Hermès arriva en courant, il avait immédiatement deviné la cause des douleurs de Zeus. Il persuada Héphaïstos, (ou, selon certains, Prométhée) de prendre son coin et son maillet et de faire une brèche dans le crâne de Zeus, d'où, poussant un cri puissant, jaillit Athéna tout armée.Athéna, mais elle repoussa toutes les avances qui lui furent faites.

Elle n'hésita pas à se disputer à Poséidon la protection de l'Attique. Tandis que le dieu frappait l'Acropole de son trident et en faisait jaillir un lac d' eau saumâtre (ou selon d'autres versions,un splendide coursier) , la déesse offrit aux habitants du pays un olivier, symbole de la paix et de la richesse.
Cécrops se posa en arbritre dans ce conflit et choisit la déesse. Poséidon, furieux, se vengea en envoyant une terrible tempête. On décida alors de voter : toutes les femmes prirent cause pour Athéna, et tous les hommes pour Poséidon, mais comme il y avait une femme de plus, encore cette fois , Athéna triompha et fut choisie pour protectrice.
La déesse aux yeux pers protégea sans cesse les grands héros de l'Attique et la plupart des chefs grecs au cours de la guerre de Troie. Beaucoup de dieux, de Titans et de Géants auraient été heureux d'épouser
Athéna

Minerve (Louvre)
Une fois, au cours de la guerre de Troie, ne voulant pas emprunter des armes à Zeus, elle pria Héphaïstos de lui en fabriquer un assortiment spécialement pour elle.
Héphaïstos n'accepta aucun paiement et dit timidement qu'il exécuterait le travail pour l'amour d'elle. N'ayant pas saisi le sens de ses paroles, elle vint un jour dans sa forge le voir travailler, et Héphaïstos, s'étant brusquement tourné vers elle, la saisit et essaya de lui faire violence. Héphaïstos avait été la victime d'une farce que lui avait faite, par malice, Poséidon: celui-ci lui avait fait savoir qu'Athéna était en route pour sa forge avec l'autorisation de Zeus et qu'elle espérait vivement qu'on lui ferait une cour ardente. Toujours est-il que ce fut Gaia qui enfanta accidentellement. Révoltée à l'idée d'être mère d'un enfant qu'Héphaïstos avait essayé de faire à Athéna, la Terre-Mère déclara qu'elle ne voulait pas se charger de son éducation. Et Athéna prit à sa charge l'enfant aussitôt né, elle l'appela Erichthonios et, afin que Poséidon ne puisse pas rire du succès de sa plaisanterie, elle le cacha dans une corbeille sacrée qu'elle remit à Aglauros, la fille aînée du roi athénien Cécrops, en lui donnant l'ordre d'en prendre grand soin.

Athéna, bien que tout aussi modeste qu'Artémis, était un peu plus généreuse. Un jour que Tirésias l'avait surprise par hasard dans son bain, elle lui posa les mains sur les yeux et le rendit aveugle mais, en compensation, elle lui conféra le don de divination.


A l'époque archaïque, on représentait Athéna assise sur un trône, coiffée du polos ayant sur la poitrine l' égide et le Gorgoneion, ou bien debout, le bas du corps engainé, ou encore en marche, lance en main.
Tels devaient être le xoanon de l'Erechtheion, et la Promachos de Phidias (voir l'Athéna du fronton d'Egine, ou des amphores panathénaïques) Phidias créa encore la Lemnia sans armes, et la Parthénon, debout, la tête coiffée du casque orné d'un sphinx et de deux griffons, la poitrine protégée par l'égide garnie de serpents et d'un masque de Gorgone, la main gauche reposant sur le bouclier et tenant une lance, la droite une Victoire ailée.
La plupart des Athéna hellenistiques et des Minerve sont des répliques de cette Parthénos. Athéna figure encore dans de nombreuses scènes: Naissance d'Athéna et Lutte contre Poséidon (fronton du Parthénon); Athéna et Héraclès (métopes d'Olympie); Lutte contre les géants (frise de Pergame),etc

Source : Le grenier de Clio

 

Retour à la page d'accueil de la section Beaux -Arts